Albert Saverys
Jozef De Coene met Stijn Streuvels, Albert Saverys en Arthur Deleu.PNG
De gauche à droite : Jozef "Seppe" De Coene (nl), Stijn Streuvels, Albert Saverys, Arthur Deleu.
Naissance
Décès
(à 77 ans)
Petegem (Belgique)
Nationalité
Activité

Albert Saverys, né le à Deinze (Belgique) et mort le à Petegem (Belgique), est un artiste peintre belge qui figure parmi les plus en vue de l'entre-deux-guerres.

Avec des œuvres luministes (jusqu'en 1920) puis expressionnistes, principalement des vues de la Lys à Deinze et Astene, de patineurs, de paysages, de marines et de natures mortes, il acquiert une renommée nationale et internationale.

Antécédents artistiquesModifier

Albert Saverys est souvent associé au troisième groupe de Latem, mais à proprement parler, il ne lui appartient pas. Saverys subit de nombreuses influences, mais les incorpora dans son propre coup de pinceau nerveux, inspiré par Van Gogh et le luminisme entre 1914 et 1922, puis par sa fluidité, ses couleurs et sa composition apparemment lâche qui rappelle l'œuvre du fauviste français contemporain Maurice de Vlaminck, qu'il a personnellement connu. Contrairement aux expressionnistes flamands de son époque et dans le contexte d'une Europe fortement polarisée, Saverys a présenté un tableau sans doctrine lourde, qui séduit par l'opération indépendante de la couleur et de la forme dans laquelle le paysage sert de cadre à la libération artistique.

Expositions et muséesModifier

Tout au long de sa carrière, Saverys a eu une activité d'exposition bien remplie qui a abouti à une rétrospective au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles en 1937 et à des expositions dans la plupart des capitales européennes, à la Biennale de Venise, à New York et à Tokyo. Ses œuvres figurent dans les collections du Centre Pompidou (Paris), de l'Ermitage (Saint-Pétersbourg), de la Galleria internazionale d'arte moderna (it) (Venise), du Stedelijk Museum (Amsterdam) et des Musées royaux des Beaux-Arts (Bruxelles). Son succès commercial ininterrompu l'incitait parfois à la surproduction après 1940, mais son meilleur travail le montre comme le maître effréné de l'expression des couleurs, capturé dans un flot ininterrompu d'images de paysages vaguement structurés.

Le musée de Deinze et de la région de la Lys a accueilli 9 000 visiteurs au printemps 2014 lors d'une rétrospective dirigée par le commissaire Peter JH Pauwels.

Sélection d'œuvresModifier

 
Lage Oever, 1917 (68x69 cm).
  • Winterlandschap aan de Leie (collection privée, Brugge Vanhoutte)
  • Stille Avonden (1915, collection privée, Antwerpen)
  • De Perelaar (<1920, collection privée, Gent)
  • Winterpret (1917, collection privée, Astene-Deinze)
  • Winter in Vlaanderen (1924, collection privée)
  • Sneeuwlandschap met Raaf (1920, Museum van Deinze en de Leiestreek)
  • Rootbakken aan de Leie (1924, Museum van Deinze en de Leiestreek)
  • De Noodbrug te Deinze (<1920, Museum van Deinze en de Leiestreek)
  • Wilgen aan de Leie (<1920, Francis Maere, Ooidonk)
  • Zeegezicht met zeilboten (>1930, collection privée, Amsterdam)

TriviaModifier

  • Albert Saverys fit construire une villa classée à Knokke en 1928 par Henry Van de Velde.
  • Après 1945, son fils Jan Saverys est devenu un artiste non sans mérite.
  • Invité de bienvenue à la cour de Belgique, il fut visité par la reine Elisabeth dans son atelier situé dans le moulin d'Astene en 1932.
  • Albert Saverys a illustré de nombreuses œuvres de Stijn Streuvels, l'un de ses meilleurs amis.
  • Il a collaboré avec les Kunstwerkstede Gebroeders De Coene à Courtrai pour la décoration d'intérieurs et de meubles.
  • À l'interbellum, il a représenté six fois la Belgique à la Biennale de Venise.

LittératureModifier

  • Paul Huys, Albert Saverys: een kunstenaarsleven, Lannoo, Tielt / Bussum, 1983, (ISBN 90-209-1096-5)
  • Peter JH Pauwels, Albert Saverys, Borgerhoff & Lamberigts, Gand, 2014, (ISBN 97-890-893-1429-1)

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :