Albert Bourlon

cycliste français
Albert Bourlon
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Informations
Nom de naissance
Albert Louis BourlonVoir et modifier les données sur Wikidata
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 96 ans)
BourgesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Équipes amateurs
VC Bourges
Équipes professionnelles
1937Essor-Hutchinson
1938-1939Helyett-Hutchinson
1946Mercier-A. Leducq
1947Peugeot-Dunlop
1947-1950Rochet-Dunlop
1951Arliguie-Hutchinson
Principales victoires
1 étape du Tour de France 1947

Albert Bourlon est un coureur cycliste français, né le à Sancergues (Cher) et mort le [1] à Bourges. Sur les éditions du Tour de France depuis la Seconde Guerre mondiale, il détient le record de la plus longue échappée solitaire victorieuse soit 253 km le (toutes éditions confondues, le record revient à René Pottier en 1906 avec 325 km).

BiographieModifier

Albert Bourlon commence à travailler aux usines Renault. Il se fait remarquer comme militant communiste et participant aux grèves de 1936[2],[3]. Il soutient alors le Front populaire[4].

Il devient cycliste professionnel de 1936 à 1939[5]. Lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate, mobilisé, il est capturé. Il tente à trois reprises de s'évader du stalag. Il réussit enfin à s'échapper et à gagner la Roumanie[2]. En 1944, il remporte la reine des classiques roumaines, Bucarest-Ploesti-Bucarest[6],[7].

Il reprend le cyclisme professionnel après guerre de 1946 à 1951. Il est également, tout comme son ami René Vietto, membre du Parti communiste[4].

En 1947, il remporte notamment Paris-Bourges et une étape du Tour de France, Carcassonne-Luchon. Dans cette étape, il établit le record de la plus longue échappée solitaire victorieuse sur les éditions du Tour de France disputées depuis la Seconde Guerre mondiale : 253 km[8]. Un record qui tient toujours, et qui sera difficile à battre[5],[9], en raison de la limitation de la longueur des étapes[10].

Il était le doyen des coureurs ayant participé au Tour de France après la mort de Pierre Cogan le [11].

PalmarèsModifier

  • 1936
    • 2e étape de Paris-Châteaumeillant
  • 1937
    • Circuit de Vienne
    • 4ea étape de Paris-Saint-Jean-d'Angély
    • 2e de Paris-Saint-Jean-d'Angély
  • 1938
    • 3e du Grand Prix Sanal
  • 1944
    • Bucarest-Ploesti-Bucarest

Résultats sur le Tour de FranceModifier

2 participations

  • 1938 : 35e
  • 1947 : 21e, vainqueur de la 14e étape

Notes et référencesModifier

  1. « Un doyen s'est éteint », sur lequipe.fr,
  2. a et b Carrey 2013.
  3. Bourlon, Carrea, Berty, le prix fort de la Résistance
  4. a et b « Albert Bourlon, une certaine idée du cyclisme », sur L'Humanité,
  5. a et b Lombarteix 2013.
  6. Laborde 2011.
  7. « Cyclisme: décès du doyen des coureurs du Tour de France », Libération,‎ (lire en ligne).
  8. Bezet 2013.
  9. « Une légende berrichonne s'en est allée », sur lanouvellerepublique.fr, (consulté le )
  10. Le règlement de l'Union cycliste internationale limite la distance des étapes des épreuves de l'UCI World Tour (dont le Tour de France) à 240 km. Les organisateurs d'épreuves de 10 jours ou plus peuvent être autorisés, sur dérogation spéciale du Conseil du cyclisme professionnel, à inclure au maximum deux étapes de plus de 240 km (« Règlement UCI du sport cycliste - Titre II : Epreuves sur Route - Articles 2.6.008 et 2.6.009 », sur uci.ch (consulté le )).
  11. « Mort du doyen », sur lequipe.fr, (consulté le )

Voir aussiModifier

SourcesModifier

Liens externesModifier