Alain Perrin

footballeur et entraineur français

Alain Perrin
Image illustrative de l’article Alain Perrin
Perrin en janvier 2019.
Biographie
Nationalité Français
Naissance (65 ans)
Lure (France)
Poste Défenseur puis entraîneur
Parcours junior
Années Club
1966-1970 SR Haguenau
1970-1971 Tomblaine
1971-1975 AS Nancy-Lorraine
Parcours amateur
Années Club
1976-1981 Varangéville
1983-1987 AS Nancy-Lorraine B
Équipes entraînées
AnnéesÉquipe Stats
1993-2002 ES Troyes AC133v 105n 86d
2002-2004 Olympique de Marseille31v 9n 20d
2004 Al-Ain2v 0n 2d
2005 Portsmouth4v 6n 11d
2006-2007 FC Sochaux22v 13n 12d
2007-2008 Olympique lyonnais39v 11n 9d
2008-2009 AS Saint-Étienne20v 13n 25d
2010-2012 Al-Khor24v 13n 28d
2012 Qatar olympique3v 3n 3d
2012-2013 Al-Gharafa3v 3n 1d
2013 Umm-Salal4v 2n 5d
2014-2016 Chine15v 9n 4d
2018-2019 AS Nancy Lorraine9v 4n 10d
1 Matchs de championnat uniquement.
Dernière mise à jour : 14 mai 2019

Alain Perrin, né le à Lure (Haute-Saône), est un joueur et entraîneur de football français.

Après une carrière de joueur modeste, il entraîne successivement Troyes, Marseille, Sochaux, Lyon et Saint-Étienne, dont il est licencié en . Il quitte alors la France et commence une carrière à l'étranger. En 2014, il est nommé sélectionneur de l'équipe nationale chinoise.

ParcoursModifier

Carrière du joueurModifier

De 1966 à 1970, Alain Perrin évolue au Sports réunis Haguenau, puis à Tomblaine jusqu'en 1971. Il rejoint alors l'AS Nancy-Lorraine, avec laquelle il évoluera jusqu'en 1975.

Il reste ensuite en Meurthe-et-Moselle, jouant à Varangéville de 1976 à 1981.

Il termine sa carrière de joueur en retournant à l'AS Nancy-Lorraine, où il est entraîneur-joueur de l'équipe de division d'honneur de 1983 à 1987. Il continue par la suite sa formation en prenant la tête du centre de formation et de l'équipe réserve du club jusqu'en 1993[1].

Parcours d'entraîneurModifier

La période troyenneModifier

C'est l'ES Troyes AC qui lui propose son premier vrai défi comme entraîneur. Recruté en 1993, alors que le club évolue encore dans l'ancien championnat de National 2, la 4e division française, il réussit à ramener l'Estac au niveau professionnel en à peine trois saisons. Après une première saison de Deuxième Division difficile, le club aubois n'y sauve sa place que grâce à deux dépôts de bilans en fin de saison. Les quatre années qui suivent sont un vrai conte de fée, durant lesquelles le club va jusqu'à bousculer la hiérarchie de la Première Division, signant quelques succès retentissants en Europe (victoire de la Coupe Intertoto en 2001) et en Coupe de France (demi-finaliste en 2001), et révélant des joueurs de qualité tels que Jérôme Rothen, Karim Ziani ou Mamadou Niang. Son style fait de 4-2-1-2-1 et de 5-2-3 constitue sa marque de fabrique, la discipline et la générosité dans l'effort, ses principes. Perrin pouvait en outre compter sur la confiance aveugle du président Vacelet et gérait une fonction de manager, et non de simple entraîneur. Il quitte le club en 2002, afin de relever un défi encore plus ambitieux.

Quelques petits tours à Marseille et à l'étrangerModifier

En 2002, il rejoint l'Olympique de Marseille où il se distingue par une troisième place en championnat, qualificative pour le tour préliminaire de la Ligue des champions, ainsi que par une demi-finale de Coupe de la Ligue qu'il perdra face à l'AS Monaco 0-1.

Sa deuxième saison sera en revanche plus mitigée. Après un bon début de championnat, l'OM ne parviendra pas a se qualifier pour les huitièmes de finales de la Ligue des champions, dans un groupe relevé avec le Real Madrid, le FC Porto et le Partizan Belgrade. L'OM terminera troisième et sera reversé en Coupe de l'UEFA. Parallèlement, l'OM perd des points en championnat, et est éliminé des les huitièmes de finales de la Coupe de la Ligue.

Il est licencié pour faute grave en . Selon le journal l'Équipe, Alain Perrin aurait été surpris en plein ébat sexuel avec une salariée du club, à la Commanderie. Les motifs invoqués dans sa lettre de licenciement sont de l'ordre de l'exhibitionnisme et du harcèlement sexuel. Il assigne le club devant le Conseil de Prud'hommes et réclame dix millions d'euros d'indemnités. Finalement, en 2006, un accord à l'amiable sera trouvé, à hauteur de deux millions d'euros[2].

Il décide de s'exiler au Émirats arabes unis, où il entraîne brièvement le club Al-Ain à Abou Dabi, puis en Angleterre, à Portsmouth, où il ne reste que quelques mois.

La renaissance sochalienneModifier

 
Coupe de France de football 2007 au côté du président du FC Sochaux Jean-Claude Plessis (à droite).

En 2006, le FC Sochaux lui tend les bras : il signe un contrat, recrute des joueurs de talent et rapporte la Coupe de France en Franche-Comté, sa région natale, en battant en finale son ancien club, l'Olympique de Marseille, aux tirs au but. Il ne reste toutefois qu'une saison dans le club sochalien.

Le douloureux épisode lyonnaisModifier

Le , il prend la succession de Gérard Houllier au poste d'entraîneur de l'Olympique lyonnais[3]. Il remporte deux premiers trophées avec Lyon dès juillet 2007, d'abord lors de la Peace Cup en Corée du Sud puis, le 28 juillet, le Trophée des champions, face à son ancien club, le FC Sochaux (2-1).

Le , il remporte le Championnat de France de L1 avec l'Olympique lyonnais, le 7e d'affilée pour le club. Le , il remporte à nouveau la Coupe de France, cette fois-ci avec Lyon, en battant le Paris Saint-Germain en finale (1-0 après prolongation)[4], permettant à l'OL de réaliser le premier doublé Coupe de France-Championnat de son histoire.

Malgré ce doublé, Alain Perrin et le club décident d'un commun accord de se separer le . Le président du club, Jean-Michel Aulas, qualifiera d'erreur de casting le fait de lui avoir confié la succession de Gérard Houllier. En effet, il est rapidement apparu des divergences avec une grande partie de son staff, des désaccords avec Bernard Lacombe au sujet du recrutement et une mauvaise relation avec ses joueurs.

Des difficultés apparaissent toutefois pour licencier Alain Perrin de Lyon et l'affaire dure[5]. Une fois la rupture de contrat entérinée, Alain Perrin se confie dans L'Équipe sur son passage lyonnais[6]. Entretemps, il est remplacé à la tête de l'effectif lyonnais par Claude Puel.

Au chevet de Saint-ÉtienneModifier

Lors du mois d'août 2008, Perrin refuse une offre du FC Nantes et devient par la suite, avec son adjoint, consultant pour la chaîne cryptée Canal+. Le , il accepte de succéder à Laurent Roussey à la tête de l'AS Saint-Étienne[7]. Celui-ci vient d'être remercié après la lourde défaite à domicile des Verts qui précipite le club dans la zone de relégation. Alain Perrin est une nouvelle fois accompagné par son adjoint Christophe Galtier. Son arrivée n'est pas immédiatement convaincante puisque les Verts perdent alors à deux reprises contre le LOSC et l'OGC Nice, ce qui provoque leur chute à la 20e place à l'issue de la 15e journée de Ligue 1. L'AS Saint-Étienne enregistre par la suite deux succès consécutifs face à l'AS Nancy Lorraine et face au Havre AC. La saison des Verts reste tourmentée par plusieurs revers, et il faut attendre la dernière journée pour que leur maintien soit assuré. Un succès 4-0 face à Valenciennes leur permet de sortir in extremis de la zone rouge, alors que Caen, qui vient de perdre contre les Girondins de Bordeaux (sacrés champions grâce à ce succès), est relégué en Ligue 2 en compagnie du Havre et de Nantes.

Le , à la suite d'une série de mauvais résultats au sein de l'AS Saint-Étienne, Alain Perrin est limogé de son poste d'entraîneur et est remplacé par son adjoint Christophe Galtier.

L'exil au Qatar et sélectionneur de l'équipe nationale chinoiseModifier

En juin 2010, il signe un contrat de deux ans avec le club qatari d'Al-Khor et succède à un autre entraîneur français, Bertrand Marchand[8]. Il termine 7e lors de sa première saison, dans un championnat de 12 équipes, puis 5e lors de la saison 2011-2012. Au terme de ses deux années de contrat, il est nommé à la tête de la sélection olympique qatarie de football[9].

Le , il est nommé sélectionneur de l'équipe nationale chinoise de football[10],[11]. Il est limogé le à la suite d'une série de mauvais résultats lors des éliminatoires de la Coupe du monde de football 2018.

Retour en France à NancyModifier

Le , l’AS Nancy Lorraine annonce par le biais d’un communiqué la nomination d’Alain Perrin en tant que conseiller du président Jean-Michel Roussier. Cette nomination doit permettre la réalisation d'un audit de l’ensemble des secteurs sportifs du club au chardon. A cette période, l’ASNL, entraînée par Didier Tholot, est alors dernière de Ligue 2[12].

Le , Didier Tholot est remercié, la faute à une succession de résultats peu favorables. Le lendemain, Alain Perrin accepte de prendre sa succession, à la demande du président Jean-Michel Roussier. Il est secondé par Benoît Pedretti [13] pour le reste de la saison 2018-2019.

Le , Alain Perrin quitte ses fonctions avec la satisfaction du devoir accompli. Après avoir réussi sa mission maintien, il décide de quitter le banc de touche[14].

Carrière d'entraîneurModifier

Saison Club Division
1983 - 1993 AS Nancy-Lorraine (équipe junior)   -
1993 - 1994 ES Troyes AC   4
1994 - 1996 ES Troyes AC   3
1996 - 1999 ES Troyes AC   2
1999 - 2002 ES Troyes AC   1
2002 - Olympique de Marseille   1
2004 - Al-Ain Club   1
- Portsmouth   1
2006 - 2007 FC Sochaux   1
2007 - 2008 Olympique lyonnais   1
- AS Saint-Étienne   1
- 2012 Al-Khor   1
- Qatar olympique   -
- Al-Gharafa SC   1
- Umm Salal   1
- Chine   -
- AS Nancy-Lorraine   2

PalmarèsModifier

StatistiquesModifier

Club Début Fin Statistiques[15],[16]
M V N D V. %
  ESTAC Troyes 324 133 105 86 41,0 %
  Olympique de Marseille 60 31 9 20 51,6 %
  Al-Ain 4 2 0 2 50,0 %
  Portsmouth FC 21 4 6 11 19,0 %
  FC Sochaux-Montbéliard 47 22 13 12 46,8 %
  Olympique lyonnais 59 39 11 9 66,1 %
  AS Saint-Étienne 58 20 13 25 34,4 %
  Al-Khor 65 24 13 28 36,9 %
  Qatar olympique 9 3 3 3 33,3 %
  Al-Gharafa 7 3 3 1 42,8 %
  Umm Salal 11 4 2 5 36,3 %
  Chine 29 15 10 4 51,7 %
  AS Nancy-Lorraine 23 9 4 10 39,1 %
TOTAL 717 309 192 216 43,0 %

Notes et référencesModifier

  1. « Communiqué du club », Communiqué de l'ASNL à la suite de la nomination d'Alain Perrin comme conseiller du président., (consulté le )
  2. « Ces crises dont Marseille aurait pu faire l'économie ».
  3. « Perrin nouvel entraineur de Lyon », sur Yahoo! Sports, (consulté le )
  4. « Ligue de Football Professionnel : Coupe de France », sur lfp.fr, (consulté le )
  5. « Perrin n’est toujours pas licencié », sur tribunedelyonhebdo.fr, (consulté le )
  6. « Perrin plombé par ses adjoints », sur lequipe.fr, (consulté le )
  7. « Alain Perrin a signé », sur asse.fr, (consulté le )
  8. Al-Khor : Alain Perrin entraîneur
  9. Qatar : Alain Perrin coach de l'équipe olympique, sofoot.com, 4 juin 2012.
  10. Football : Alain Perrin va entraîner l'équipe de Chine, leparisien.fr, 26 février 2014.
  11. « Football : Alain Perrin prend les rênes de la sélection chinoise », sur Le Monde, (consulté le )
  12. « Communiqué du club », sur www.asnl.net (consulté le )
  13. « Communiqué du club », sur www.asnl.net (consulté le )
  14. « Officiel : Alain Perrin quitte l’AS Nancy Lorraine ! », sur www.footmercato.ne,
  15. « Fiche d’Alain Perrin », sur footballdatabase.eu
  16. Ce tableau prend en compte le championnat de France de Ligue 1, la Ligue des champions, la Coupe de la Ligue, la Coupe de France, le Trophée des champions et la Peace Cup.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :