Al-Battani

astronome arabe
Page d’aide sur la police de caractères Unicode Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation, etc.), consultez la page d’aide Unicode.
Al-Battani
Albategnius.jpeg
Biographie
Naissance
Avant 858 (?)[1]
HarranVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata
-
Nom dans la langue maternelle
أبو عبد الله محمد بن جابر بن سنان الحراني الصابي البتانيVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Domaine
Religion

Abu Abdallah Muhammad Ibn Jabir Ibn Sinan Al-Battani Al-Harrani[2],ou plus simplement Al-Battani, parfois écrit Al Batani et latinisée sous les noms d'Albategnius, Albategni voire Albatenius, était un astronome et mathématicien arabe du Xe siècle parfois désigné comme le « Ptolémée des Arabes », ces écrits ont considérablement influencé l'astronomie européenne[3],[4].

BiographieModifier

Al-Battani est né probablement avant 858[1] de notre ère dans la ville de Battan dans la province d'Harran, près de l'actuelle Şanlıurfa au sud-est de l'Anatolie, comme l'indique son gentilé. Son épithète as-Sabi suggère que ses ancêtres étaient de religion Sabéen, mais son nom complet montre qu'il est lui-même musulman. Bon nombre d'orientalistes européens lui attribuent des origines arabes princières[5], mais la plupart des biographies arabes n'en font pas mention[5].

Il a d’abord été éduqué et sans doute formé par son père Jabir Ibn Sinan Al-Battani qui était un scientifique et artisan d'instrument astronomique notable de l'époque[6]. Par la suite, il est parti s’installer à Raqqa où il compléta sa formation, et travailla. Il voyagea aussi à Damas, Antioche[1] et Bagdad avant de repartir au début du Xe siècle s'installer à Raqqa mais il meurt non loin de Samarra, sur le chemin du retour en 929[6].

AstronomieModifier

Son œuvre majeure est le Kitāb az-Zīj al-Sabi (le « Livre des tables sabéennes »), composé de 57 chapitres. Le Kitab-al-Fihrist du bibliographe Ibn al-Nadim, publié en 988 - index encyclopédique des principaux ouvrages musulmans du Xe siècle décrivant brièvement certains des auteurs de cette littérature - cite un certain nombre d'œuvres d'al-Battani[7].

Al-Battani a corrigé certains calculs de Ptolémée et a produit de nouvelles tables pour le Soleil et pour la Lune, qui ont longtemps fait autorité. Il a aussi traité la division de la sphère céleste. Il a découvert le mouvement de l'apogée du Soleil, calculé les valeurs de la précession d'un équinoxe (54,5" par an) et l'inclinaison de l'axe terrestre (23° 35'). Al-Battani a montré que la distance entre le Soleil et la Terre varie beaucoup au cours d’une même année, mais, comme le souligne Swerdlow, l'influence de Ptolémée été encore très forte à cette époque ce qui expliquerait qu’al-Battani n'a probablement pas osé revendiquer une valeur différente de la distance proposée par Ptolémée[8] . Il a enregistré plus de 489 étoiles, a affiné la valeur de la durée d'une année à la valeur de 365 jours 5 heures 48 minutes 24 secondes. En lieu et place d'utiliser des méthodes géométriques, comme Ptolémée, Al-Battani utilise des méthodes trigonométriques[6].

Influences et postéritéModifier

L'encyclopédiste égyptien du XIIe siècle Al-Qifti, dans son histoire biographique Ta’rīkh al-Ḥukamā', mentionne la contribution d'Al-Battānī aux progrès de l'observation astronomique et des calculs basés sur l'Almageste de Ptolémée.

Son Zij a été traduit en latin sous le titre de De Motu Stellarum (littéralement sur le mouvement des étoiles) par Platon de Tivoli en 1116, avant d’être imprimée en 1537 par Melanchthon, annoté par Regiomontanus, puis à nouveau en 1645 à Bologne. Le manuscrit original de Platon est conservé à la bibliothèque du Vatican. La bibliothèque de l'Escorial possède un manuscrit de chronologie astronomique d'al-Battani. Une traduction espagnole a aussi était réalisée au XIIIe siècle[6]. Al-Battani a énormément influencé le développement de l’astronomie en général et notamment les travaux de Tycho Brahe, Kepler, Galilée et Copernic[9].

L'astronome Copernic dans son ouvrage Revolutionibus orbium coelestium, rédigé en 1543, se réfère à Al-Battani le citant sous le nom latin de "Machometi Aracenfis", ce qui indique qu'il s'est largement inspiré de ce savant musulman du IXe siècle.

Un cratère lunaire porte son nom latinisé Albategnius en son honneur.

MathématiquesModifier

Probablement sans connaître les travaux de l'astronome indien du Ve siècle Âryabhata, il a introduit l'usage du sinus dans les calculs, et en partie celui de la tangente, formant ainsi des bases du calcul trigonométrique moderne. Il a utilisé les idées d'al-Marwazi sur les tangentes (ou « ombres ») pour développer des méthodes de calcul des tangentes et des cotangentes, et il en a dressé des tables.

Il a créé plusieurs formules trigonométriques :

 
 

Il a aussi résolu l'équation

 

en la traduisant par l'équation suivante:

 

Travaux et OuvragesModifier

  • Kitāb az-Zīj ("Livre des tables astronomiques"): L'ouvrage majeur d'Al-Battānī.
  • Kitāb Zīj al-Ṣābī , publié par Carlo Alfonso Nallino au XIXe siècle et basée sur un manuscrit arabe conservé à la bibliothèque de l'Escorial.
  • Arbā Mākālāt («Quatre discours»); un commentaire sur le Quadripartitum de apotelesmatibus e judiciis astrorum de Ptolémée. L'encyclopédiste du Xe siècle Isḥāq al-Nadīm dans son Kitāb al-Fihrist répertorie al-Battānī parmi les auteurs des commentaires de ce livres.
  • Marifat Matāli'l Buruj («Connaissance des lieux des signes zodiacaux»)
  • Kitāb fī Mikdār il-Ittisālāt; traité sur les quatre quarts de la sphère.

Dans la culture populaireModifier

Un vaisseaux spatiale de l'univers de Star Trek: Voyager est nommée selon le nom d'A-Battani.

Notes et référencesModifier

  1. a b et c (en) Julio Samsó, « al-Battani », dans Helaine Selin, Encyclopaedia of the History of Science, Technologie, and Medecine in Non-Western Cultures, Springer-Verlag, (ISBN 978-1-4020-4559-2), p. 91
  2. Al-Qifṭī rapporte comme nom complet: Ibn Sinān Abū ‘Abd Allāh Al-Harranī, et mentione que l'historien Saïd al-Andalusî dans son livre Kitāb al-Qāsī (كتاب القاصى) lui attribue le nom: Abū Jāfar Muḥammad ibn Sinān ibn Jābir al-Harranī.
  3. Schlager, Neil; Lauer, Josh (2001). Science and Its Times: 700-1449. Gale Group. p. 291.
  4. Griffin, Rosarii (2006). Education in the Muslim World: different perspectives. Symposium Books Ltd. p. 31.
  5. a et b Chisholm, Hugh, ed. (1911). "Albategnius" . Encyclopædia Britannica. 1 (11th ed.). Cambridge University Press. p. 491.
  6. a b c et d Biography Muslim Scholars and Scientists, Dr W. Hazmy C.H., Dr Zainurashid Z. and Dr Hussaini R. (ISBN 983-2740-00-2)
  7. Biography in Dictionary of Scientific Biography (New York 1970-1990).
  8. N Swerdlow, Al-Battani 's determination of the solar distance, Centaurus 17 (2) (1972), 97-105.
  9. Y Maeyama, Determination of the Sun's orbit (Hipparchus, Ptolemy, al-Battani, Copernicus, Tycho Brahe), Arch. Hist. Exact Sci. 53 (1) (1998), 1-49.

BibliographieModifier

ŒuvresModifier

ÉtudesModifier

  • Encyclopaedia Britannica, "Albategnius"
  • P Kunitzsch, New light on al-Battani's Zij, Centaurus 18 (1973/74), 270-274.
  • Y Maeyama, Determination of the Sun's orbit (Hipparchus, Ptolemy, al-Battani, Copernicus, Tycho Brahe), Arch. Hist. Exact Sci. 53 (1) (1998), 1-49.
  • K Maghout, al-Battani : un grand astronome et mathématicien arabe, Bull. Études Orient. 41(42) (1989/90), 55-58.
  • F J Ragep, Al-Battani, cosmology, and the early history of trepidation in Islam, in From Baghdad to Barcelona, Zaragoza, 1993 I, II (Barcelona, 1996), 267-298.
  • N Swerdlow, Al-Battani 's determination of the solar distance, Centaurus 17 (2) (1972), 97-105.

AnnexesModifier

Connexions internesModifier

Liens externesModifier

Al Battani