Ajax (Q148)

navire de guerre

L'Ajax est un sous-marin français de la classe 1 500 tonnes. Lancé en 1930, il appartient à la série M6.

Ajax
Image illustrative de l’article Ajax (Q148)
L'Ajax.
Type Sous-marin
Histoire
A servi dans Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale
Chantier naval Arsenal de Brest
Quille posée
Lancement 28 mai 1930
Armé
Statut sabordé le 24 septembre 1940
Équipage
Équipage 5 officiers, 66 marins
Caractéristiques techniques
Longueur 92,30 m
Maître-bau 8,10 m
Tirant d'eau 4,40 m
Déplacement 1 572 tonnes en surface
2 082 tonnes en plongée
Propulsion 2 moteurs diesel
2 moteurs électriques
Puissance Diesel : 2 x 3 000 ch
Électrique : 2 x 1 200 ch
Vitesse Surface : 17,5 nœuds
Plongée : 10 nœuds
Profondeur 80 m
Caractéristiques militaires
Armement 9 tubes lance-torpilles de 550 mm
2 tubes lance-torpilles de 400 mm
1 canon de 100 mm
1 mitrailleuse-double de 13,2 mm/76
Rayon d'action 14 000 milles à 7 nœuds (surface)
100 milles à 7 nœuds (immersion)
Carrière
Port d'attache Brest

HistoireModifier

DéveloppementModifier

L'Ajax fait partie d'une série assez homogène de 31 sous-marins océaniques de grande patrouille, aussi dénommés 1 500 tonnes en raison de leur déplacement. Tous sont entrés en service entre 1931 (Redoutable) et 1939 (Sidi-Ferruch).

Longs de 92,30 mètres et larges de 8,10, ils ont un tirant d'eau de 4,40 mètres et peuvent plonger jusqu'à 80 mètres. Ils déplacent en surface 1 572 tonnes et en plongée 2 082 tonnes. Propulsés en surface par deux moteurs diesel d'une puissance totale de 6 000 chevaux, leur vitesse maximum est de 18,6 nœuds. En plongée, la propulsion électrique de 2 250 chevaux leur permet d'atteindre 10 nœuds. Appelés aussi « sous-marins de grandes croisières », leur rayon d'action en surface est de 10 000 milles nautiques à 10 nœuds et en plongée de 100 milles nautiques à 5 nœuds.

Mis en chantier le avec le numéro de coque Q148, l'Ajax est lancé le et mis en service le .

Seconde Guerre mondialeModifier

 
L'Ajax en train de sombrer après son sabordage. Un canot du HMS Fortune recueille les naufragés.

Il est affecté, au début de la Seconde Guerre mondiale à la 6e division de sous-marins basée à Brest qu'il forme avec le Persée, l'Archimède et le Poncelet[1]. Il est en carénage avec l'Archimède d' à . En avril, l'Archimède et l'Ajax escortent des convois de cargos alliés depuis Halifax jusqu'en Grande-Bretagne (convoi HX 41)[2]. Devant l'avance allemande, il quitte Brest le à 18 h 30 avec le ravitailleur Jules Verne et treize sous-marins, dont Persée, Poncelet, Casabianca et Sfax. Ils arrivent à Casablanca le [3]. À l'annonce de l'attaque de Mers el-Kébir, le , les sous-marins de Casablanca patrouillent au large de la côte marocaine[4].

Le , l'Ajax arrive à Dakar où il retrouve le Persée et le Poncelet, présents depuis la mi-juillet[5]. Le 23, il aperçoit la flotte britannique s'apprêtant à attaquer Dakar. Il se dirige vers elle avec le Persée qui est coulé par les canons britanniques. L'Ajax s'échappe en plongeant et subit un important grenadage, générant quelques avaries. Il tente d'attaquer le lendemain matin les cuirassés HMS Resolution et HMS Barham mais il est repéré et gravement endommagé par les grenades du destroyer HMS Fortune. Désemparé, il fait surface et évacue son équipage, qui le saborde[6].

Notes et référencesModifier

  1. Huan 2004, p. 49
  2. Huan 2004, p. 67
  3. Picard 2006, p. 39
  4. Huan 2004, p. 88-89
  5. Picard 2006, p. 40
  6. Huan 2004, p. 94

BibliographieModifier

  • Claude Huan, Les Sous-marins français 1918-1945, Rennes, Marines Éditions, , 240 p. (ISBN 978-2915379075)
  • Claude Picard, Les Sous-marins de 1 500 tonnes, Rennes, Marines Editions, , 119 p. (ISBN 2-915379-55-6)