Adraste d'Aphrodisie

Adraste d'Aphrodisie (Carie) est un péripatéticien et mathématicien grec de la première moitié du IIe siècle[1]. Un manuscrit de Naples contient sous son nom des Harmoniques, dont il est prouvé qu'ils ne sont autre que l'ouvrage de Manuel Bryenne, publié par Wallis[2].

BiographieModifier

Il vécut entre l'époque de Néron et celle de Marc Aurèle. Fidèle à la vraie doctrine d'Aristote, on lui doit des écrits sur les philosophies d'Aristote, de Platon, des traités et des commentaires dont il ne nous reste que des fragments. Il avait écrit aussi sur l'astronomie et Théon de Smyrne nous a laissé des extraits fort étendus d'un de ses ouvrages d'astronomie, Theonis Smyrnaei liber de Astronomia (édité à Paris en 1849).

Notes et référencesModifier

  1. (en) William Wall Fortenbaugh (de), Theophrastus of Eresus Commentary Volume 6.1: Sources on Ethics, Brill, (ISBN 978-9-00419422-9, lire en ligne), p. 50.
  2. Pour plus de précisions, voir François-Joseph Fétis, Biographie universelle des musiciens et bibliographie générale de la musique, vol. 2, Meline, Cans et C., (lire en ligne), p. 339-340.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Louis Charles Dezobry et Théodore Bachelet, Dictionnaire de Biographie et d’Histoire, Paris, [détail de l’édition], vol. 1, p. 21

Liens externesModifier