Ouvrir le menu principal

Académie allemande des sciences Leopoldina

société savante
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Leopoldina (homonymie).
Leopoldina
Halle-Leopoldina1.JPG
Siège de l'Académie allemande des sciences Leopoldina à Halle
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Forme juridique
Siège social
Pays
Organisation
Fondateurs
Johann Lorenz Bausch, Johann Michael Fehr, Georg Balthasar Metzger (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Affiliation
Allianz der Wissenschaftsorganisationen (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Miscellanea Curiosa (1692)

L'académie léopoldine, ou Léopoldine, (en allemand : Deutsche Akademie der Wissenschaften Leopoldina) ou Académie allemande des sciences Leopoldina est établie à Halle en Saxe et affirme être la plus ancienne société savante au monde encore en activité[1].

Sommaire

HistoriqueModifier

Le , l’Academia Naturae Curiosorum est créée par quatre médecins : Johann Laurentius Bausch (1605-1665), qui en est l’instigateur et son premier président, Johann Michael Fehr, Georg Balthasar Metzger et Georg Balthasar Wohlfarth. En 1670, la société commence à faire paraître Ephemeriden, l’un des premiers journaux scientifiques. En 1677, l’empereur Léopold Ier reconnaît la société qui prend, dix ans plus tard, le nom de Leopoldina[2].

À ses origines, les activités de la société se font principalement par correspondance, son siège variant en fonction du domicile de son président. Les sièges de la société sont très variés avant de se fixer à Halle en 1878[3]. La bibliothèque de la société ayant considérablement grandi, des terres sont acquises et un bâtiment construit (ouvert en 1904). À l'arrivée du parti nazi au pouvoir, les membres juifs de l'académie sont exclus. En 1944, une grande partie des ouvrages de la bibliothèque, ainsi que les archives, sont mis à l'abri dans les anciennes mines de potasse de Wansleben am See, à 15 km de Halle. Saisis par les soviétiques, ces ouvrages ne seront jamais restitués à la Leopoldine. À l’issue de la Seconde Guerre mondiale, Halle se trouve en zone contrôlée par les soviétiques[4] et le gouvernement est-allemand tente, plusieurs fois, de nationaliser l’institution. Mais les responsables de l’académie résistent et la maintiennent comme une société pan-germanique. En 1991, la réunification allemande la maintient dans ses statuts sans buts lucratifs et elle reçoit des subventions à la fois de l’État fédéral allemand (environ 80 % de son budget) ainsi que du land de Saxe[5].

En novembre 2007, le ministre allemand des Sciences, Annette Schavan, décrit le rôle de la Léopoldine comme l’académie nationale des sciences du pays, un rôle équivalent à la Royal Society de la Grande-Bretagne ou l’Académie nationale des sciences des États-Unis[réf. souhaitée].

Elle a accueilli, comme membres, 157 prix Nobel (2007), dont Marie Curie, Otto Hahn, Niels Bohr, Max Planck et Albert Einstein.

Activités actuellesModifier

La Léopoldine donne des conférences, continue de faire paraître Ephemeriden sous le nom de Nova Acta Leopoldina, décerne divers prix et médailles, attribue des bourses. Les nouveaux membres sont choisis par les anciens. Une revue, Acta Historica Leopoldina, est consacrée à sa propre histoire[6].

 
Illustration des Acta Eruditorum où on a publié les Naturae Curiosorum Ephemerides

Un astéroïde, (893) Leopoldina, découvert en 1918 lui a été dédié.

Liste des présidentsModifier

(avec les dates de présidence et leur nom d’académicien)

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

NotesModifier

  1. Brochure sur Leopoldina : 5.
  2. Brochure sur Leopoldina : 7-8.
  3. Brochure sur Leopoldina : 8-9.
  4. Brochure sur Leopoldina : 10.
  5. Brochure sur Leopoldina : 10-14.
  6. Brochure sur Leopoldina : 15-33.

BibliographieModifier

Lien externeModifier