Ouvrir le menu principal

Abgar d'Édesse

page d'homonymie d'un projet Wikimédia
Le roi Abgar V tenant le Mandylion. Image du Xe siècle.

Abgar d'Édesse est le nom de plusieurs rois d'origine nabatéenne qui règnent à Édesse et sur l'Osroène en Mésopotamie, de 132 av. J.-C. à 216 apr. J.-C. Profitant de l'affaiblissement des Séleucides, ils prennent possession de ce territoire à la fin du IIe siècle av. J.-C. et en font leur royaume, appelé royaume d'Édesse, royaume d'Osroène, ou encore « principauté des Abgar » (11 souverains portent ce nom, mais 9 autres portent le nom de Ma'nu). Ces souverains portent en effet le plus souvent le nom d'Abgar ou de Manu[1],[2].

Sommaire

HistoireModifier

Vers 132 av. J.-C. (ou 136), un chef de tribu, Aryu (ou Ariou, 132/127 ou 136/127 av. J.-C.), s'affranchit des Séleucides qui gouvernaient la ville et fonde un royaume (ou principauté) indépendant avec Édesse pour capitale. À part quelques souverains d'origine arménienne ou parthe, la plupart sont nabatéens. Ce royaume, qui est quelquefois appelé « principauté des Abgar » (11 souverains portent ce nom), parvient à conserver son autonomie pendant près de quatre siècles, malgré les divers conquérants qui traversent son histoire.

Selon Pline l'Ancien, à l’époque romaine, les habitants étaient des Arabes et leurs souverains auraient porté le titre de « phylarque » (chef d’une phylé) ou « toparque » (magistrat). Le royaume s'étend au nord jusqu'aux Monts Taurus, à l'ouest jusqu'à l'Euphrate, qui le sépare de la Commagène, et à l'est jusqu'au Tigre. Il comprend, à part Édesse, des villes importantes comme Carrhes (Harran), Nisibe (en Mésopotamie), Rhesaena, Saroug, Singara (Sinjar, Irak), Zeugma sur l'Euphrate, qui était la réunion des villes d'Apamée (rive gauche) et de Séleucie de l'Euphrate (rive droite) et un passage obligé pour les caravanes.

À l'époque du premier triumvirat, Édesse est l'alliée des Romains. Le proconsul Crassus, à la tête d'une armée de 42 000 hommes, franchit l'Euphrate sur les conseils d'Abgar II Bar Abgar et attaque la Mésopotamie dans le but de prendre Séleucie du Tigre. Mais il est trahi par Abgar II qui se range du côté des Parthes. Crassus est battu à la bataille de Carrhes et est tué au cours de la retraite (selon Plutarque, v.48-125).

Ce serait sous Abgar V Ukomo ou Ukkama Bar Ma'Nu que le christianisme aurait été prêché pour la première fois à Édesse par Thaddée d'Édesse. Certains auteurs repoussent l'intervention de Thaddée sous Sanatruk Ier (v. 90) ; d'autres renvoient la première prédication chrétienne sous Abgar IX (fin du IIe siècle). Ce point de vue est toutefois rejeté par les spécialistes, qui font valoir plusieurs preuves scripturaires et archéologiques qui attestent de la présence d'un christianisme dès le Ier siècle. Ainsi, pour A. F. J. Klijn, le mouvement chrétien d'Édesse naît bien au Ier siècle. Celui-ci « concevait la foi comme une Voie, une façon de vivre. Rien d'abstrait ou de dogmatique[3]. » Pour ce qui est de l'origine de ce « christianisme », les auteurs actuels s'accordent pour dire qu'il ne doit rien à la prédication de Paul de Tarse, ni à l'influence de l'Église de Rome, mais qu'il est d'origine juive ; toutefois selon Klijn, le « principal problème en ce qui concerne le christianisme syriaque n'est pas de savoir d'où il est parvenu en Syrie, mais à quel type de judaïsme il doit être rattaché[4][réf. non conforme],[5]. »[réf. obsolète]

Plus tard, Abgar VII Bar Ezad est détrôné par l'empereur romain Trajan, qui garde la ville sous sa tutelle deux ans avant de la laisser à deux princes étrangers, Yalur et Parthamaspatès. En 123, Ma'Nu VII Bar Ezad, frère d'Abgar VII, réussit à reprendre le trône. À partir de cette époque, comme beaucoup de régions sous tutelle romaine, les monnaies sont frappées avec l'effigie du souverain régnant d'un côté et celle de l'empereur romain de son époque au dos. En 163, Wa'Il Bar Sahru prend les Parthes comme alliés dans sa lutte contre les Romains.

Les « Abgar » d'ÉdesseModifier

La liste des souverains d'Osroène est en général reconstituée comme ci-dessous (les noms et les dates jusqu'à Abgar V doivent être regardés avec précaution)[6].

Notes et référencesModifier

  1. (en) Alexander Roberts et James Donaldson (dir.), The Writings of the Fathers Down to AD 325: Ante-Nicene Fathers, vol. 8, Hendrickson Publishers, Peabody, 1994, p. 657-672 [lire en ligne (page consultée le 23 janvier 2011)].
  2. (en) Adrian Fortescue, The Lesser Eastern Churches, Catholic Truth Society, 1913, p. 22 [lire en ligne (page consultée le 23 janvier 2011)].
  3. François Blanchetière, Enquête sur les racines juives du mouvement chrétien, Cerf, 2001 (ISBN 2-204-06215-4), p. 226.
  4. (en) A. F. J.Klijn, The influence of jewish theology on the Odes of Salomon and the Acts of Thomas.
  5. Marcel Simon, Aspects du judéo-christianisme, colloque de Strasbourg, 23-25 avril 1964, Strasbourg, Bibliothèque du centre d'études supérieures spécialisé d'histoire des religions.
  6. (en) J. B. Segal, « ABGAR dynasty of Edessa, 2nd century B.C. to 3rd century A.D. », dans Encyclopædia Iranica (lire en ligne).

Voir aussiModifier