Abbaye de Bloemkamp

Abbaye de Bloemkamp
image de l'abbaye
Gravure dans l’Atlas Schoemaker (1710)

Nom local Oldekleaster
Diocèse Leeuwarden
Numéro d'ordre (selon Janauschek) CCCCXCIX (499)[1]
Fondation 5 juin 1191
Début construction 1191
Fin construction XVIe siècle
Dissolution 1579
Abbaye-mère Klaarkamp
Lignée de Clairvaux
Abbayes-filles Aucune
Congrégation cisterciens (1191-1572)
Période ou style Roman
cistercien

Coordonnées 53° 04′ 05″ nord, 5° 33′ 59″ est[2]
Pays Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Région historique Frise
Province Frise
Commune Súdwest-Fryslân
Village Hartwerd
Géolocalisation sur la carte : Pays-Bas
(Voir situation sur carte : Pays-Bas)
Abbaye de Bloemkamp
Géolocalisation sur la carte : Frise
(Voir situation sur carte : Frise)
Abbaye de Bloemkamp

L’ancienne abbaye de Bloemkamp (en néerlandais : Abdij Bloemkamp, en latin : Floridus campus) était un monastère de moines cisterciens. Fondé à la fin du XIIe siècle à Hartwerd au Nord-est de Bolsward en Frise (Pays-Bas), il fut supprimé en 1579 lorsque le protestantisme fut imposé en Frise. Il n’en reste aucun vestige.

HistoireModifier

Vers 1190-1192 une communauté monastique cistercienne est fondée par trois frères, Tethard, Herdrad et Sybold venus de l’abbaye de Klaarkamp. L’abbaye est donc de la filiation de Clairvaux. Baudouin II de Hollande, évêque d’Utrecht en bénit la fondation, Tethart en est le premier abbé, il a Herdrad comme prieur. Le deuxième abbé sera Wighard.

En 1345, le comte Guillaume IV de Hollande, mort lors d’un affrontement avec les Frisons, est enterré dans l’église abbatiale.

Durant le conflit – guerre civile entre Schieringers et Vetkoopers – qui déchira la Frise au XIVe et XVe siècle l’abbaye prit le parti des Schieringers et en 1347, sous l’abbatiat du 12e abbé, Melkulpus, elle prit même les armes contre l’abbaye de Pingjum[3]. L’également belliqueux Renicus Camga, abbé à partir de 1377, fut en guerre contre les moines de Ludingakerk, partisans des ‘Vetkoopers’. Les combats qui eurent lieu contre Ludingakerk en 1380 et 1420, autant qu’une autre bataille contre les bourgeois de Bolsward, contribuèrent au déclin de l’abbaye. L’inondation catastrophique de 1464 qui causa de sérieux dégâts au domaine monastique aggravât la situation.

Cependant l’abbaye se rétablit rapidement et fut même en mesure de se construire une bibliothèque, une infirmerie et des quartiers d’été pour les moines. Son prestige fut rétabli à tel point qu'en l'année 1499, l’abbé Pierre Poppingawier fut nommé membre du conseil supérieur de Frise.

Au XVIe siècle les conflits deviennent religieux. Après une première alerte en 1515, le , l’abbaye est envahie et endommagée par une bande de 300 Anabaptistes mais ils sont rapidement défaits et nombre d’entre eux sont exécutés par les troupes de Georges Schenck, stadhouder de Frise.

En 1572 l’abbaye est détruite par les protestants mais la communauté de moines survit jusqu’en 1579, date à laquelle le protestantisme est imposé à toute la Frise. Le père abbé est emprisonné, les biens de l’abbaye sont confisqués et son domaine est vendu en parcelles.

Il ne reste rien des bâtiments de l’abbaye. Seule la toponymie locale rappelle son existence passée. La localité actuelle « Oldeclooster », en Frise, tient son nom de l’ancienne abbaye.

Notes et référencesModifier

  1. (la) Leopold Janauschek, Originum Cisterciensium : in quo, praemissis congregationum domiciliis adjectisque tabulis chronologico-genealogicis, veterum abbatiarum a monachis habitatarum fundationes ad fidem antiquissimorum fontium primus descripsit, t. I, Vienne, Vindobonae, , 491 p. (lire en ligne), p. 194.
  2. Luigi Zanoni, « Bloomkamp », sur http://www.cistercensi.info, Certosa di Firenze (consulté le 21 septembre 2016).
  3. Vinea Domini ou La Vigne du Seigneur à Pingjum, prieuré de femmes prémontrées 1186-1287, monastère, 1287-1570; fondée à partir de Lidlum en 1186, convertie en monastère d'hommes après l'inondation, vers 1495 (ou 1509?) transférée à Bolsward; de Proosdij 't Zandt est placé et évacué vers Lidlum en 1556 pour mauvaise administration, les biens tombèrent en 1570 dans le diocèse de Leeuwarden, puis en 1579 dans la région. Informations tirées de la page Liste des cloîtres en Frise (nl)

SourceModifier

  • Article adapté à partir de sa version sur la Wikipédia anglophone

Voir aussiModifier