Ouvrir le menu principal

Abbaye Notre-Dame de Bellefontaine

abbaye située en Maine-et-Loire, en France
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Abbaye Notre-Dame et Bellefontaine.

Abbaye Notre-Dame de Bellefontaine
image de l'abbaye
Entrée du monastère.

Diocèse diocèse d'Angers
Origine religieuse 1120
Dissolution 1790-1816
Abbayes-filles Abbaye Notre-Dame des Gardes
Abbaye d'Oka
Abbaye Saint-Joseph de Spencer
Abbaye Notre-Dame de l’Étoile
Abbaye Notre-Dame du Kokoubou
Congrégation Ordre cistercien de la stricte observance
Période ou style

Coordonnées 47° 09′ 07″ nord, 0° 56′ 19″ ouest
Pays Drapeau de la France France
Département Maine-et-Loire
Commune Bégrolles-en-Mauges

Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire

(Voir situation sur carte : Pays de la Loire)
Abbaye Notre-Dame de Bellefontaine

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye Notre-Dame de Bellefontaine

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

(Voir situation sur carte : Maine-et-Loire)
Abbaye Notre-Dame de Bellefontaine

L'abbaye Notre-Dame de Bellefontaine est une abbaye française en activité fondée en 1120 sur la commune actuelle de Bégrolles-en-Mauges dans le département de Maine-et-Loire, en France. Sa communauté est composée de moines trappistes.

HistoireModifier

Avant l'abbaye cistercienneModifier

Il semble que des ermitages existent déjà préalablement à l'abbaye elle-même ; on les date autour de 1010[1].

La fondationModifier

L'abbaye est fondée vers 1120 ; à cette date un document atteste l'existence d'une charte passée entre Pétronille de Chemillé, première abbesse de l'Abbaye de Fontevraud, et Pierre, premier abbé de Bellefontaine[1].

Au Moyen ÂgeModifier

L'abbaye est notamment connue pour la visite qu'y fait en 1305 Mgr Bertrand de Got, alors archevêque de Bordeaux, qui y apprend qu'il est élu pape (sous le nom de Clément V). En souvenir de ce jour, le nouveau pape offre une statue de la Vierge qui se trouve encore dans l’église en 2013, adossée au pilier droit du chœur[1].

À l'époque de la commendeModifier

Comme de nombreuses autres abbayes à l'époque, celle de Bellefontaine est placée sous le régime de la commende à partir de la fin du XVe siècle. Ce régime permet (initialement) à un clerc non régulier ou même — et de plus en plus souvent au fur et à mesure de l'aggravation de cet usage — à un laïc de prendre le contrôle financier d'une abbaye, sans s'impliquer dans la vie proprement monastique. Ce régime aboutit à une déshérence très nette des ordres religieux qui y sont soumis, tant du point de vue spirituel que matériel[1].

Le temps des réformesModifier

En 1637, face à l'aggravation du déclin de l'abbaye, le nouvel abbé commendataire, Michel Sublet, tente de remplacer la règle cistercienne en vigueur par celle de la congrégation de Saint-Maur (bénédictins) ; c'est un échec et les Mauristes sont remplacés au bout de cinq ans par les Feuillants, eux aussi cisterciens, qui restent quant à eux durant plus d'un siècle et demi[1].

La RévolutionModifier

Pourtant, cette réforme n'empêche pas le monastère de péricliter : il ne reste que quatre moines feuillants en 1790. Ils sont chassés, la bibliothèque brûlée, le mobilier vendu, l'abbaye transformée en prison. Bellefontaine est un des hauts lieux des combats de la Guerre de Vendée[1].

La reprise de la vie monastiqueModifier

En 1816, le père Urbain Guillet rachète l'abbaye et s'y installe avec quelques moines trappistes. Dès 1817, ils sont une quinzaine. La communauté prospère, au point de fonder un monastère aux États-Unis en 1880, puis d'autres sur les cinq continents au XXe siècle[1]. Depuis 1966, la communauté édite des textes de spiritualité qui sont comme un pont entre le monachisme d'Orient et d'Occident, d'hier et d'aujourd'hui[2]. Au début du XXIe siècle, la communauté de Bellefontaine compte environ 40 membres[3] qui vivent principalement d'activités agricoles, en particulier un verger de pommes, poires et kiwis, vendus sur place[2].

Liste des abbésModifier

AbbésModifier

  • 1115-1149 : Pierre I
  • 1150-1168 : Gérard I
  • 1168-1170 : Chrétien
  • 1170-1173 : Bruno
  • 1173-1187 : Jean I
  • 1187-1200 : Gérard II
  • 1200-1223 : Jean II
  • 1223-12?? : Pierre II
  • 12??-1345 : Pierre III
  • 1345-1403 : Pierre IV
  • 1403-1429 : Thibaud
  • 1429-14?? : Louis I
  • 14??-1488 : Robert I
  • 1488-1525 : Robert II de L’Espinose
  • 1525-1539 : Pierre V Lambert
  • 1539-1552 : Guillaume I Menier
  • 1552-1558 : Guillaume II Goupilleau
  • 1558-1564 : Vacance
  • 1565-1595 : Charles I de Bourbon, prince de La Roche-sur-Yon
  • 1595-1598 : Nicolas de Thou
  • 1598-1602 : Jacques-Auguste de Thou
  • 1602-1609 : René Maquenon
  • 1610-1642 : Simon de La Lucière
  • 1642-1649 : Michel I Sublet d’Heudicourt
  • 1649-1680 : Henri de Bruc de Montplaisir
  • 1680-1704 : Jean-François de Bruc de Montplaisir
  • 1704-1709 : Charles II Marcien de Druy
  • 1709-1710 : François I Le Roy de Chavigny
  • 1710-1720 : Louis II de Balzac d’Entragues
  • 1721-1735 : François II Mareschal
  • 1735-1736 : Vacance
  • 1737-1754 : Guillaume III Geoffroy-Jean-Pierre de Blanes de Millas
  • 1754-1789 : Pierre VI Léonard de Luage

SupérieursModifier

  • 1816-1817 : Urbain Guillet
  • 1817-1828 : Michel II Le Port (1)

AbbésModifier

  • 1828-1830 : Michel II Le Port (2)
  • 1830-1845 : Fulgence Guillaume (1)
  • 1845-1850 : Augustin de La Forest de Divonne
  • 1850-1866 : Fulgence Guillaume (2)
  • 1866-1930 : Jean-Marie Chouteau
  • 1930-1936 : Jean-Baptiste Auger
  • 1936-1952 : Gabriel Sortais
  • 1952-1987 : Emmanuel Coutant
  • 1987-2004 : Etienne Baudry
  • 2004- : Jean-Marc Chéné

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f et g « Histoire de Bellefontaine - Hier », sur http://www.bellefontaine-abbaye.com, abbaye Notre-Dame de Bellefontaine (consulté le 16 avril 2013).
  2. a et b « Les savoir-faire des monastères », sur http://www.bellefontaine-abbaye.com (consulté le 18 avril 2013)
  3. « Histoire de Bellefontaine - Aujourd'hui », sur http://www.bellefontaine-abbaye.com, abbaye Notre-Dame de Bellefontaine (consulté le 16 avril 2013)

Voir aussiModifier