Ouvrir le menu principal

Aaron Rodgers

joueur de football américain
Aaron Rodgers
Description de cette image, également commentée ci-après
Aaron Rodgers en 2014
Nom complet Aaron Charles Rodgers
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance (35 ans)
à Chico (Californie)
Taille 1,88 m (6 2)
Poids 102 kg (224 lb)
Surnom A-Rod, Hail Mary King, The Bad Man, The Wizard
Numéro 12
Position Quarterback
Carrière universitaire ou amateur
2003-2004 Golden Bears de la Californie
Carrière professionnelle
Choix draft NFL Packers de Green Bay
(2005, 24e choix au total)
2005- Packers de Green Bay
Super Bowl XLV (MVP)
Pro Bowl 2009, 2011, 2012, 2014, 2015, 2016, 2018
All-Pro 2011, 2014
MVP (AP) 2011, 2014
Carrière pro. Depuis 2005

(en) Statistiques sur NFL.com

Aaron Charles Rodgers, né le à Chico (Californie), est un joueur américain de football américain évoluant au poste de quarterback pour les Packers de Green Bay.

Rodgers joue au football universitaire pour les Golden Bears de la Californie, où il bat plusieurs records de carrière, notamment les plus bas taux d'interception en carrière et en une seule saison[1]. Il est sélectionné au premier tour de la draft 2005 de la NFL par les Packers[2].

Titulaire tardif, resté pendant ses trois premières saisons dans l'ombre de Brett Favre, il est souvent considéré comme l'un des meilleurs quarterbacks de la fin des années 2000, début des années 2010. Très précis, il possède actuellement la meilleure évaluation d'un quarterback en carrière (103,1 à la fin de la saison 2018)[3] et la meilleure en une seule saison (122.5 en 2011)[4]. Il possède également un palmarès conséquent, ayant remporté le Super Bowl XLV[5], quatre titres de champion de la Division Nord de la NFC, ayant été élu MVP des saisons 2011 et 2014[6] et ayant reçu sept invitations au Pro Bowl (en 2009, 2011, 2012, 2014, 2015, 2016 et 2018)[7]. Il est aussi nommé Sportif de l'Année Associated Press en 2011[8].

Rodgers mène la NFL à quatre reprises en ce qui concerne le rapport entre les touchdowns et les interceptions (2011, 2012, 2014 et 2018)[9]; deux fois à la cote de passeur (2011, 2012)[4] et au pourcentage de réussite de passes de TD (2011, 2012)[10], trois fois au pourcentage d'interception le plus faible (2009, 2014, 2018)[11]; et une fois en passes de touchdown (2016)[12] et en yards par tentative (2011)[13].

Rodgers est le leader des passeurs en carrière dans la saison régulière de la NFL. Il est l’un des deux quarterbacks à avoir obtenu plus de 100 de rating de passeurs en saison régulière, l'autre étant Russell Wilson[3]. Rodgers est cinquième au classement d'évaluation de passeurs en carrière en post-saison[14]. Il a le meilleur rapport touchdown/interception dans l'histoire de la NFL avec 4,23[15], il détient le pourcentage d'interception en carrière le plus faible de la ligue avec 1,5%[16] et le record de notation de passeurs pour la saison la plus élevée avec 122,5[17]. En raison du fait que Rodgers est le leader du classement des passeurs dans la saison régulière de la NFL et de son haut niveau de jeu, Rodgers est considéré par certains diffuseurs sportifs et joueurs comme l'un des plus grands quarterbacks de tous les temps[18],[19],[20],[21].

Sommaire

Carrière universitaireModifier

Avant l'universitéModifier

Aaron Charles Rodgers est né à Chico, en Californie[22], fils de Darla Leigh (née Pittman) et d'Edward Wesley Rodgers. Le père d'Aaron est un chiropracteur né au Texas qui a joué au football comme offensive lineman pour les Wildcats de Chico State de 1973 à 1976[23],[24]. Ses ancêtres sont d'origine anglaise, irlandaise et allemande[23],[25]. La famille déménage à Ukiah, en Californie, où Aaron fréquente l'école primaire Oak Manor[26]. Edward Rodgers joue au football avec ses fils Luke, Aaron et Jordan et leur dit de ne pas boire d'alcool ni de faire la fête à l'université, sinon ils se limiteraient en sport comme lui le faisait. Aaron prend ce conseil très à cœur[24]. À l'âge de dix ans, il figure en première page du Ukiah Daily Journal pour sa performance exceptionnelle lors d'une compétition locale de lancer franc au basketball[26].

Plus tard, la famille déménage à Beaverton en Oregon, où Rodgers fréquente les écoles élémentaires Vose et Whitford Middle School, et joue au baseball dans la Raleigh Hills Little League aux postes de shortstop, center field and pitcher[27].

Aaron Rodgers commence à jouer au football américain à la Pleasant Valley High School de Chico durant deux ans. Malgré de bons résultats avec son lycée, le profil d'Aaron n’intéresse que peu les universités. Rodgers veut entrer à Florida State et jouer avec l'entraîneur-chef Bobby Bowden, mais est rejeté[28]. Il ne reçoit qu'une seule offre de la part du Fighting Illini de l'Illinois, mais sans bourse d'étude, il refuse l'invitation et envisage de quitter le football pour étudier en droit[29],[30].

Butte Community College (2002)Modifier

Finalement, Rodgers est recruté par un Community College, le Butte Community College d'Oroville à seulement 25 km de Chico[31]. Aaron est alors repéré par Jeff Tedford entraîneur des Golden Bears. Il rejoint l'Université de Californie à Berkeley dès l'année suivante.

Rodgers totalise 26 touchdowns lors de sa première année[32], menant l’école à un record de 10-1, au championnat de la Conférence NorCal et au deuxième rang national. Il est découvert par l’entraîneur principal de l’équipe des Golden Bears de Californie, Jeff Tedford, qui vient pour recruter Garrett Cross. Tedford est surpris d'apprendre que Rodgers n'a pas été recruté plus tôt. En raison du bon bilan scolaire de Rodgers, il est éligible pour un transfert après une année d'université au lieu de deux[33].

Golden Bears de la Californie (2003-2004)Modifier

En tant que transfert junior d'université, Rodgers a trois ans d'admissibilité. Il est nommé quarterback titulaire lors du cinquième match de la saison 2003, contre la seule équipe qui lui a offert une opportunité de Division I en sortant du lycée, l'Illinois. En deuxième année (sophomore), il aide les Golden Bears à enregistrer une fiche de 7–3 en tant que titulaire[1],[34].

À sa deuxième titularisation en carrière, Rodgers mène l'équipe à une avance de 21–7 à la mi-temps contre USC avant d'être remplacé en seconde période par Reggie Robertson pour cause de blessure[35],[36]. Les Bears gagnent en triple prolongation, 34–31[35],[37]. Rodgers passe pour 394 yards et est nommé MVP du match de l'Insight Bowl contre Virginia Tech[38],[39].

En 2003, Rodgers égale le record de la saison scolaire pour les matchs de 300 yards avec 5 et établit le record scolaire pour le plus faible pourcentage de passes interceptées à 1,43%[40].

En tant que junior, Rodgers mène Cal à un bilan de 10-1 et à une place dans le top 5 à la fin de la saison régulière, avec une seule défaite 23-17 contre les no 1 d'USC[41]. Durant ce match, Rodgers établit un record scolaire avec 26 passes complètes consécutives et égalise un record de la NCAA avec 23 passes consécutives complétées en une partie. Il établit le record de pourcentage de réussite de passes en un seul match avec 85,3%. Rodgers détient le record en carrière de Cal pour le plus faible pourcentage de passes interceptées avec 1,95%[40]. La performance de Rodgers met les Golden Bears en 1er down et goal avec 1:47 à jouer et une chance pour le touchdown décisif. Lors du jeu, Rodgers lance une passe incomplète. Elle est suivie par un sack de Manuel Wright sur le 2e down[42]. Après un temps mort et une passe incomplète de Rodgers en troisième down, USC met fin à l'attaque de Cal pour remporter le match[42]. Rodgers déclare qu'il est « frustrant de ne pas avoir réussi à faire le travail »[42]. Au total, il termine la saison 2004 avec 2 566 yards, 24 touchdowns et 8 interceptions. Son pourcentage de réussite de 66,1% est le meilleur de la conférence Pac-10[43],[44].

Après que les Longhorns du Texas soient sélectionné pour une place au Rose Bowl, les Bears, au quatrième rang, obtiennent une place dans le Holiday Bowl, qu'ils perdent contre les Red Raiders de Texas Tech, 45–31[45]. Après la saison, Rodgers décide de renoncer à sa saison senior pour se présenter à la draft 2005 de la NFL[46].

Statistiques de sa carrière universitaireModifier

Stats NCAA d'Aaron Rodgers[47]
Année Équipe Statut  MJ  Passes Courses
Tentées Réussies Pct. Yards  TD  Int. Éval. Tentées Yards Moy.  TD 
2003 Golden Bears So 13 349 215 61,6 2 903 19 5 146,6 86 210 2,4 5
2004 Golden Bears Jr 12 316 209 66,1 2 566 24 8 154,3 74 126 1,7 3
Totaux 25 665 424 63,8 5 469 43 13 150.3 160 336 2,1 8

RécompensesModifier

Carrière professionnelleModifier

DraftModifier

Avant la Draft de 2005, les spécialistes voient Rodgers être sélectionné rapidement, d'autant plus que les 49ers ont le premier choix. Aaron a grandi dans leur région et San Francisco est son équipe de cœur[50]. Cependant, Rodgers tombe dans la draft et il est finalement choisi en 24e choix par les Green Bay Packers de Brett Favre. Aaron est le second quarterback choisi lors de cette draft après Alex Smith sélectionné en tout premier par les 49ers. Les besoins des franchises entre le 2e et le 23e choix ne sont pas un joueur évoluant au poste de quarterback ce qui explique en partie cette sélection tardive[51],[52].

Rodgers est l'un des six quarterbacks dirigés par Jeff Tedford à être recrutés lors du premier tour d'une draft dans la NFL, rejoignant Trent Dilfer, Akili Smith, David Carr, Joey Harrington et Kyle Boller[53].

Il est invité au NFL Scouting Combine et réalise les performances suivantes:

Mesures pré-draft d'Aaron Rodgers (NFL Scouting Combine)[54]
Taille Poids Bras Main Sprint

40 yd

aux

10 yd

aux

20 yd

Shuttle

20 yd

Drill

3 cone

Détente

verticale

Détente

horizontale

Développé

couché

Test

Wonderlic

ftin
(1,88 m)
223 lb
(101 kg)
32,25 in
0,82 m
10,13 in
0,26 m
4,75 s 2,79 s 1,71 s - 7,38 s 34,5 in
(0,88 m)
ftin
(2,79 m)
- 39

2005-2007: remplaçantModifier

 
Rodgers en septembre 2007

En août 2005, Rodgers accepte de signer un accord d’une valeur de 7,7 millions de dollars portant sur cinq ans et comprenant 5,4 millions de dollars garantis (le montant peut monter jusqu'à 24,5 millions de dollars en fonction des divers incitants et indexations possibles)[55].

Rodgers passe sa saison rookie avec les Packers en tant que quarterback suppléant de Brett Favre[56]. Il reçoit sa première opportunité lors du match préparatoire d'ouverture contre les Chargers de San Diego en remplaçant Favre[57]. Il doit supporter une radio défectueuse dans son casque et deux pénalités offensives. Pour son premier match en NFL, Rodgers complète deux passes sur sept et est intercepté à deux reprises. Il continue de se battre pendant la pré-saison. Lors du dernier match de pré-saison, il converti deux troisièmes downs et lançe une passe de touchdown au tight end Ben Steele contre les Titans du Tennessee[58].

En saison régulière, Rodgers ne joue que très peu. Il entre contre les Saints de la Nouvelle-Orléans au quatrième quart-temps (victoire 52–3) et complète sa première passe en carrière vers le fullback Vonta Leach[59]. Le , Rodgers entre en jeu lors du match contre les Ravens de Baltimore en fin de troisième quart-temps (défaite de 48-3)[59]. Il complète huit passes sur 15 pour 65 yards et une interception[60]. Rodgers effectue un autre jeu en fin de saison contre les Seahawks de Seattle, mettant un genou à terre pour terminer le match[59].

Même si Rodgers joue très peu pendant sa saison rookie, il dirige l'équipe réserve lors des entraînements[61]. Son travail consiste à imiter les tactiques de ses adversaires pour habituer la défense de Green Bay pour le match de la semaine suivante. Rodgers déclare que cela est essentiel à son succès[62]. La défense et les réservistes se plaignent souvent qu'il s'entraîne trop et lui demandent à un moment de ralentir le rythme[61]. Il déclare à ce sujet qu'il avait probablement « frotté les gens de la mauvaise façon » avec la dureté de son entraînement[61].

Après la saison rookie de Rodgers, l'entraîneur principal Mike Sherman est renvoyé et remplacé par Mike McCarthy[63],[64]. Rodgers est placé dans « l'école de quarterbacks » de McCarthy où il évolue six heures par jour, plusieurs fois par semaine[65]. Il s'agit de travailler sur les habiletés motrices de Rodgers, telles que la coordination œil-main, la dextérité digitale et la mécanique[61]. McCarthy travaille et déplace le point de relâchement de Rodgers, et plutôt que de le situer devant le trou d'oreille de son casque, il le place plus en avant afin de lâcher le ballon plus facilement[66]. Rodgers doit également réduire son taux de graisse corporelle de 15 à 12%[61]. Il résiste aux changements au début, mais déclare plus tard qu'il pense qu'ils sont pour un mieux[65]. Rodgers réalise 62,7% de ses passes avec sept interceptions lors des match d'entraînement à 11 contre 11. McCarthy déclare à son sujet : « Il est meilleur. Vous êtes en train de regarder un type qui va mûrir. Il a une habileté athlétique que les gens n'ont pas encore pas vue »[66].

Favre ne fréquente pas l'école de quarterback de la nouvelle équipe d'entraîneurs et ne connaît donc pas la terminologie du nouveau système. C'est ici que l'amitié entre Rodgers et Favre commence à se former, quand Rodgers explique à Favre quels termes dans le système Sherman correspondent à ceux du nouveau système McCarthy[65]. Lorsque la pré-saison commence, Rodgers est réserviste pour les quatre matchs. Il réalise 22/38 passes pour un gain de 323 yards et trois touchdowns[59].

Rodgers dispute très peu de matchs en 2006, mais le , il doit remplacer Favre lequel quitte le match pour cause de blessure. Rodgers complète deux passes sur trois pour 13 yards[59]. Le , Rodgers se fracture le pied gauche en affrontant les Patriots de la Nouvelle-Angleterre (défaite 35-0 à domicile), ce qui met un terme à sa saison[65]. Rodgers se remet complètement et est prêt pour le début de la saison 2007. Avec Tom Clements, entraîneur des quarterbacks, Rodgers passe en revue toutes les parties de la saison précédente, apprenant à lire les couvertures défensives et à démarquer les receveurs[65]. Rodgers participe également aux camps d'entraînements du printemps avec la première équipe des Packers[65].

Cependant, quelques semaines après une interview émouvante par Andrea Kremer (en) sur NBC et après la victoire de son équipe à Chicago, Favre annonce qu'il continue avec les Packers pour la saison 2007 ce qui reporte l'arrivée de Rodgers comme titulaire au poste de quarterback[67]. Avant la saison 2007, des rumeurs parlent d'un possible échange de Rodgers contre le wide receiver Randy Moss des Raiders d'Oakland[68]. Cependant, Moss est échangé aux Patriots de la Nouvelle-Angleterre le deuxième jour de la draft 2007 de la NFL et Rodgers reste à Green Bay[69].

Le 29 novembre 2007, Rodgers entre au jeu lorsque Favre se blesse au deuxième quart-temps lors du Thursday Night Football joué contre les Cowboys de Dallas. Il complète 18 passes pour un gain de 201 yards sans aucune interception. Il lance également sa première passe de touchdown, mais subit trois sacks. Menée de 17 points, Rodgers remonte son équipe à un déficit de 3 points mais les Cowboys gagnent finalement la match 37–27[70].

Titulaire et montée en puissance (2008-2009)Modifier

 
Rodgers en 2008.

L'annonce de la retraite de Brett Favre le 4 mars 2008 permet à Rodgers de devenir le titulaire au poste de quarterback des Packers pour la saison 2008. Bien que Favre décide ensuite de sortir de sa retraite, il n'est plus conservé par les Packers et est envoyé aux Jets de New York[71].

Rodgers prouve rapidement qu'il est un des meilleurs quarterbacks de la ligue en réussissant 4 038 yards lors de sa première saison, lançant 28 touchdowns pour 13 interceptions, ce qui constitue sa meilleure performance en carrière[72]. En match inaugural de la saison, les Packers battent les Vikings du Minnesota 24 à 19 au Lambeau Field. C'est la première fois depuis 1992 qu'un quarterback autre que Favre débute un match de saison régulière pour les Packers. Rodgers termine la partie avec 178 yards et deux touchdowns (un à la passe, l'autre à la course)[73]. Lors de son deuxième match, Rodgers est élu vainqueur du FedEx Air Award après avoir passé pour 328 yards, inscrivant trois touchdowns lors de la victoire contre les Lions de Détroit[74].

En quatrième semaine, la série de 157 tentatives de passes consécutives sans interception de Rodgers prend fin lorsqu'il est interceptée par Derrick Brooks des Buccaneers de Tampa Bay. Cette série est la troisième plus longue de l'histoire de la franchise derrière Bart Starr (294) et Brett Favre (163)[75]. Lors de ce match, Rodgers subit une grave entorse à l'épaule mais il continue à jouer prouvant qu'il a beaucoup d'endurance[76]. Malgré ces premiers succès, Rodgers n'arrive pas à gagner de match serré au cours de la saison malgré sept occasions de le faire[76],[77].

Le , Rodgers signe une prolongation de contrat de 65 millions de dollars sur six ans (jusqu'à la saison 2014)[78],[79]. Lors de la première saison complète de Rodgers avec l'équipe, les Packers obtiennent un bilan de 6-10 et manquent les playoffs[80].

En match d'ouverture de la saison 2009, Rodgers enregistre sa première victoire après avoir été mené au score. Les Packers sont menés en début du quatrième quart-temps lorsque Rodgers complète une passe de touchdown de 50 yards vers le wide receiver Greg Jennings avec environ une minute de jeu, ce qui permet à son équipe de remporter la victoire 21 à 15 sur les Bears de Chicago[81].

Rodgers est nommé Meilleur joueur offensif de la NFC pour le mois d'octobre 2009 après avoir gagné 988 yards à la passe (réussite de 74,5%) et obtenu une évaluation QB de plus 110 lors des trois matchs joués au cours de ce mois[82].

Après un bilan provisoire de 4-4 et une défaite contre les Buccaneers de Tampa Bay (leur première victoire de la saison[83]), l'équipe va se reprendre, Rodgers les conduisant à la victoire lors de cinq rencontres consécutives. Il y totalise 1 324 yards, 9 touchdowns pour seulement 2 interceptions[84]. Rodgers et les Packers remportent deux de leurs trois derniers matchs terminant la deuxième moitié de la saison avec un bilan de 7-1. La saison régulière est conclue avec un bilan global de 11-5 et les Packers se qualifient pour les playoffs. Ils sont classés cinquième tête de série pour les séries éliminatoires[85],[86].

Les Packers établissent un nouveau record de franchise en marquant 461 points en saison régulière (troisième de la ligue), battant le record précédent détenu par l'équipe du Super Bowl en 1996 (456)[87],[88]. Rodgers entre également au livre des records, devenant le premier quarterback de l'histoire de la NFL à franchir 4 000 yards au cours des deux premières saisons régulières de sa carrière[89]. Il termine quatrième de la saison régulière en yards à la passe (4 434), en passes de touchdown (30), en évaluation de QB (103,2) et à la moyenne de yards par tentative (8,2). Il se classe également huitième en pourcentage de passes complètes (64,7%), tout en terminant deuxième des quarterbacks en yards gagnés à la course (316)[90]. Ses passes font de lui le deuxième recordman de l'histoire des Packers, derrière Lynn Dickey[91]. Son évaluation QB de 103,2 est également la troisième plus haute de l’histoire de l’équipe à l’époque, derrière les évalutations de Bart Starr de 105.0 en 1966 et de 104.3 en 1968 (avec un minimum 150 tentatives)[92].

Dans le match de la NFC Wild-Card, les Packers affrontent les Cardinals de l’Arizona qu’ils ont battus la semaine précédente, en saison régulière, sur le score de 33–7[93]. Les QBs, Rodgers et Kurt Warner réalisent une performance de haut niveau puisque le match se classera plus tard au deuxième rang des 10 meilleurs duels de quarterbacks de NFL (NFL Network's Top 10 Quarterback Duels)[94]. La première passe de Rodgers est interceptée par Dominique Rodgers-Cromartie[95]. Rodgers se reprend après cette erreur et termine le match en complétant 28 de ses 42 passes dont quatre passes de touchdown pour un gain total de 423 yards. En dépit des efforts offensifs de Rodgers, les Packers perdent le match à la suite d'un fumble récupéré par les Cardinals lors d'un jeu controversé en prolongation. Le ballon est retourné en touchdown par Karlos Dansby donnant la victoire 51–45 aux Cardinals. C'est le match de séries éliminatoires qui comptabilise le plus de points combinés marqués de l'histoire de la NFL[96].

En raison de ses performances en saison régulière, Rodgers est sélectionné pour son premier Pro Bowl comme troisième quarterback de la Conférence NFC, derrière Drew Brees et Brett Favre. Il devient cependant le titulaire de la NFC à ce poste, après que Favre se soit blessé et que Brees ne puisse y jouer vu sa participation au Super Bowl XLIV[97]. Il termine le Pro Bowl avec 15 passes complétées sur 19, 197 yards gagnés et deux touchdowns inscrits, lors de la victoire 30-21 de la NFC[98],[97].

Vainqueur du Super Bowl XLV (2010)Modifier

En 2010, Rodgers mène les Packers à un départ de 2-0, mais perd ensuite trois de leurs quatre matchs suivant, y compris des défaites consécutives en prolongation. Ces deux défaites portent le bilan de Rodgers à 0–5 en matchs avec prolongations[99].

À la mi-saison, Rodgers a déjà lancé neuf interceptions, contre seulement sept au total de ses saisons précédentes, et est seizième de la ligue avec une évaluation de passeur de 85.3[100]. Son jeu s'améliore toutefois jusqu'à la fin de la saison régulière, puisqu'il compte 16 touchdowns au total, et seulement deux interceptions, qu'il réussit 71,4% de ses passes et qu'il a un score de 122,0 en tant que passeur[101].

Lors de la semaine 13, lors d'une victoire de 34 à 16 sur les 49ers de San Francisco, Rodgers récolte 298 yards à la passe et trois touchdowns pour gagner son premier titre de NFC Offensive Player of the Week[102],[103]. Durant la 14e semaine, il subit sa deuxième commotion de la saison et il est remplacé par Matt Flynn. Les Packers perdent le match 7–3 contre les Lions de Detroit[104]. Contre les Patriots de la Nouvelle-Angleterre, la semaine suivante, Rodgers manque le match, mettant ainsi fin à sa série de 45 départs consécutifs, ce qui est, à égalité, la deuxième plus longue de l'histoire de l'équipe[105].

Après leur défaite contre les Patriots, les Packers se retrouvent à 8–6 et doivent gagner leurs deux derniers matchs de saison régulière pour se qualifier pour les playoffs. Rodgers augmente la performance de l'équipe; ils remportent leurs deux derniers matchs de saison régulière, l'un contre les Giants de New York, où Rodgers complète 25 de ses 37 passes pour 404 yards, avec quatre passes de touchdown et une note de passeur de 139,9[106]. Il en est à son premier match en saison régulière de 400 yards à la passe. Pour ses efforts contre les Giants, il remporte son deuxième titre de Joueur offensif de la semaine de la NFC pour la saison 2010[107]. Ils battent les Bears 10–3 lors du dernier match de la saison[108].

Rodgers est nommé FedEx Air NFL Player of the Year pour ses performances de passeur lors de la saison 2010[109].

Avec un bilan de 10–6, les Packers entrent dans les séries éliminatoires sous forme de wild card avec la sixième place. Au tour des Wild Cards, ils battent les Eagles de Philadelphie, numéro 3 de la saison, 21 à 16[110]. Dans le tour divisionnaire, Rodgers complète 31 de ses 36 tentatives de passe pour 366 yards et quatre touchdowns dans une victoire de 48 à 21 sur les numéros 1, les Falcons d'Atlanta[111]. C'est le plus de points marqués dans l'histoire post-saison des Packers[112]. Le , Rodgers obtient un rating de 55,4 pour les Packers, qui battent les numéros 2 de la saison, les Bears de Chicago, 21–14 et remportent le championnat NFC[113].

Après avoir remporté le match de championnat NFC, les Packers gagnent un voyage au Super Bowl XLV, un match dans lequel ils gagnent 31 à 25 contre les Steelers de Pittsburgh. Dans le jeu, Rodgers complète 24 de ses 39 tentatives de passe pour 304 yards et trois touchdowns, et est nommé MVP du Super Bowl pour sa performance[114],[115].

Il est classé 11e par ses coéquipiers dans le Top 100 des joueurs de la NFL en 2011[116].

1er titre de MVP (2011)Modifier

 
Aaron Rodgers en 2011.

En raison du lock-out de la NFL en 2011, les Packers et Rodgers ne planifient pas d'entraînements non officiels en dehors de la saison, bien que de nombreuses équipes le fassent[117]. Rodgers et les Packers dissipent rapidement toute inquiétude quant à leur état de préparation en battant le champion du Super Bowl XLIV, les Saints de la Nouvelle-Orléans, qui ont programmé des séances d'entraînement en pré-saison, 42–34. Il a 312 yards à la passe et trois touchdowns pour mériter le titre de joueur offensif de la semaine de la NFC[118],[119]. Après le match, Rodgers déclare lors de la conférence de presse: « J'allais me demander ce qui se serait passé si nous avions eu des séances d'entraînement en pré-saison. Je veux dire, aurions-nous pu commencer plus vite et marquer plus de points ce soir ? »[120].

En Semaine 4, lors de la victoire 49 à 23 sur les Broncos de Denver, Rodgers a 408 yards à la passe, quatre touchdowns et une interception pour conquérir un autre honneur de joueur offensif de la semaine de la NFC[121],[122]. Au cours de la semaine 6, avec une victoire de 24–3 sur les Rams de Saint-Louis, Rodgers convertit une passe de touchdown de 93 yards (la plus longue de sa carrière) pour Jordy Nelson[123]. Lors de la 9e semaine, gagnant 45 à 38 contre les Chargers de San Diego, il compte 247 yards à la passe et quatre touchdowns pour gagner son troisième honneur du joueur offensif de la semaine de la NFC pour la saison 2011[124],[125]. Rodgers et les Packers ont débuté avec un bilan de 13-0 en 2011, égalisant ainsi le record de la NFC pour le plus grand nombre de victoires consécutives, mais sont arrêtés par les Chiefs de Kansas City 19 à 14 lors de la 15e semaine, mettant fin à leur série de victoires de 19 matchs, la deuxième plus longue série de victoires dans l'histoire de la NFL[126],[127].

Rodgers termine la saison avec 4 643 yards, 45 passes de touchdown et six interceptions, ce qui lui donne un rating de de 122,5, ce qui, en 2018, est le plus haut classement de passeurs d'une saison dans l'histoire de la NFL[128]. Il remporte les trophées du joueur offensif du mois de la NFC pour septembre, octobre et novembre ce qui fait, avec sa nomination de décembre 2010, quatre fois de suite[129]. Au cours de la quatrième semaine contre les Broncos de Denver, Rodgers est le seul quarterback de l'histoire de la NFL à enregistrer plus de 400 yards à la passe avec quatre passes de touchdown, tout en ayant deux touchdowns à la course dans le même match[130]. Il est le vainqueur du Galloping Gobbler 2011[131] en tant que MVP du match de Thanksgiving opposant les Packers aux Lions de Detroit, une victoire de 27 à 15 à Green Bay[132], égalant un record de la NFL pour des matches consécutifs avec au moins deux passes de touchdown (13)[133],[134].

Les Packers deviennent la cinquième équipe de l’histoire de la NFL à terminer la saison régulière avec une fiche de 15-1[135],[136]. Rodgers joue dans 15 des 16 matches, à la seule exception de la semaine 17 contre les Lions de Detroit, où il est laissé au repos après que le club ait obtenu l'avantage du terrain pour les éliminatoires la semaine précédente. L'offensive des Packers établit un record de franchise pour les points marqués lors d'une saison avec 560 points, ce qui en 2018 est le troisième plus important derrière les Patriots de 2007 (589) et les Broncos de 2013 (606)[137].

Rodgers établit de nombreux records de la NFL en 2011. Il enregistre une cote de passe de plus de 100,0 lors de treize matchs au cours de la saison, dont douze consécutifs (deux records), et une cote de passe de 110,0 ou plus lors de douze matchs, dont onze de rang (autre record). Rodgers remporte également le titre de MVP de la ligue avec 48 des 50 votes (les deux autres étant attribués à Drew Brees)[138]. Il termine également deuxième, derrière Brees, pour le titre de joueur offensif de l'année[139]. La saison 2011 de Rodgers est classée plus tard comme la troisième plus grande saison de quarterback de tous les temps par ESPN en 2013, et est considérée comme la plus efficace[140].

Les Packers sont battus par le futur champion du Super Bowl XLVI, les Giants de New York lors de leur premier match éliminatoire par 37 à 20. Les receveurs des Packers lâchent six passes lors de la défaite et Rodgers termine la partie avec 264 yards à la passe, deux passes de touchdown et une interception lors de sa dernière tentative de passe[141]. Les Packers de 2011 deviennent la seule équipe de l'histoire de la NFL à avoir un bilan de 15–1 sans gagner un seul match en séries éliminatoires, et la quatrième équipe consécutive à remporter au moins 15 matchs sans gagner le Super Bowl[142]. Il est nommé au Pro Bowl pour sa saison 2011 et se voit attribuer un honneur de première équipe All-Pro[143],[144]. Il est élu meilleur joueur de la ligue dans le Top 100 des joueurs de la NFL en 2012 par ses pairs dela NFL[145].

Au sommet de son art et 2e titre MVP (2012-2014)Modifier

Rodgers et les Packers débutent la saison 2012 avec une défaite 30–22 contre les 49ers de San Francisco[146]. Avec cette défaite, Rodgers perd son pari avec le groupe de musique Boyz II Men et a dû porter un maillot Alex Smith lors de la semaine suivante d'entraînement[147]. Si les Packers avaient remporté le match, les Boyz II Men auraient chanté l'hymne national lors de leur prochain match à domicile à Lambeau[147].

Lors de la semaine 4, une victoire de 28-27 sur les Saints de la Nouvelle-Orléans, Rodgers a 319 yards à la passe, quatre touchdowns et une interception et gagne le titre de joueur offensif de la semaine de la NFC[148],[149]. Au cours de la semaine 6 contre les Texans de Houston, invaincus, il égalise un record de franchise en lançant six passes de touchdown, dans une victoire 42 à 24, et il remporte un second titre de joueur offensif de la semaine de la NFC[150],[151]. Les Texans n'ont permis que six passes de touchdown au total au cours de la saison jusqu'à ce point[152]. Cela déclenche une série de cinq victoires consécutives, ce qui vaut à Rodgers 65,7% de ses passes réussies pour 1 320 yards, 17 touchdowns, deux interceptions et une évaluation de passeur de 119,1[153]. Au cours de la semaine 15, Rodgers amasse 291 yards et trois touchdowns pour une victoire des Packers devant les Bears de Chicago, 21-13, ce qui en fait les champions NFC North pour la deuxième année consécutive[154]. Lors du dernier match de la saison, malgré le fait que Rodgers inscrive 28 passes sur 40 pour 365 yards, quatre touchdowns, aucune interception et une cote de passeur de 131,8, les Packers perdent 37 à 34 contre les Vikings du Minnesota[155]. Cela met fin à la série de douze victoires des Packers contre leurs adversaires de la NFC North[156].

Les Packers terminent avec un bilan de 11–5, premiers de la NFC Nord, et remportent la 3e tête de série dans les séries éliminatoires de la NFC[157]. Rodgers mène la ligue pour la deuxième année consécutive en termes d'évaluation de passeur (108,0) de pourcentage de passes de touchdown (7,1%), et de rapport touchdowns/interceptions (4,875). Il finit également deuxième au nombre de passes de touchdown (39), troisième en pourcentage de passes complétées (62,2 %), cinquième en yards par tentative (7,78) et huitième en yards à la passes (4 295)[153].

En playoffs, les Packers battent les Vikings 24 à 10 dans le match de wild card[158], mais sont ensuite battus 45 à 31 par les 49ers de San Francisco[159]. Rodgers remporte sa troisième nomination en carrière dans le Pro Bowl pour ses performances lors de la saison 2012[160]. Il est élu numéro 6 par ses pairs dans le Top 100 des joueurs de la NFL en 2013[161].

Le 26 avril 2013, les Packers et Rodgers ont convenu d'une prolongation de contrat de 110 millions de dollars pour une durée de 5 ans, faisant de lui le joueur le mieux payé de l'histoire de la NFL[162].

Les Packers commencent leur saison 2013 contre le champion en titre de la NFC, les 49ers de San Francisco, l’équipe qui les avait éliminé des playoffs la saison précédente. Rodgers réussit 21 de ses 37 passes, 333 yards, trois touchdowns et une interception dans la défaite de 34-28[163]. La semaine suivante, Rodgers totalise 480 yards, ce qui représente un sommet en carrière, pour égaler le record de la franchise lors de la victoire à domicile contre les Redskins de Washington[164]. Il est nommé joueur offensif de la semaine de la NFC pour son effort[165]. Ses 335 yards en première mi-temps établissent un record de club. Il devient également le premier quarterback depuis Y. A. Tittle en 1962 à lancer pour au moins 480 yards, quatre touchdowns et aucune interception lors d'un match[166]. La semaine suivante, Rodgers voit son record de la NFL de 41 matchs consécutifs sans interceptions multiples se terminer lors d'une défaite de 34-30 contre les Bengals de Cincinnati[167].

Après la défaite face aux Bengals, les Packers commencent à rouler, remportant leurs quatre matchs suivants. Contre les Ravens de Baltimore, les Packers perdent deux receveurs: Randall Cobb et James Jones. Cobb pour une jambe cassée et Jones avec une entorse des ligaments croisés[168]. Contre les Browns de Cleveland, Jermichael Finley est blessé à la colonne vertébrale, laissant Rodgers sans trois de ses quatre armes offensives[169]. La semaine suivante, Rodgers complète 24 de ses 29 passes contre les Vikings du Minnesota dans une victoire de 44 à 31[170].

À domicile contre les Bears de Chicago lors de la semaine 9, Rodgers est capturé par Shea McClellin. Il se fracture la clavicule gauche au cours du processus et la spéculation concernant son retour varie de quelques semaines à un calendrier indéfini et ça devient un spectacle hebdomadaire de savoir s'il peut ou non être autorisé à jouer à nouveau[171],[172],[173]. Avant que Rodgers ne se casse la clavicule, les Packers avaient gagné quatre matchs consécutifs pour se hisser au sommet de la division NFC North avec un bilan de 5-2. Avec Rodgers blessé et incapable de jouer, les Packers resteront sans victoire au cours des cinq prochaines semaines et tomberont à 5-6-1[174].

Après s'être ralliés en décembre derrière le quarterback de renfort Matt Flynn[175], les Packers ont un bilan de 7–7–1 avant la dernière semaine de la saison. Le jeudi 26 décembre, l'entraîneur-chef des Packers, Mike McCarthy, annonce que Rodgers sera de retour et qu'il participera à la finale de la saison contre les Bears de Chicago au stade Soldier Field pour le titre de la NFC North[176]. À son retour de blessure, Rodgers récolte 318 yards, deux touchdowns et deux interceptions[177]. Perdant 27–28 avec moins d'une minute à jouer et face au troisième 4e down (4e et 8 yards) de la ligne des 48 yards, Rodgers passe à Randall Cobb (revenant également pour son premier match depuis sa fracture de la jambe en semaine 6) pour un touchdown gagnant afin de remporter le championnat de la division Nord et d'obtenir le droit de jouer un match à domicile contre les 49ers de San Francisco en playoffs. Rodgers remporte le prix Never Say Never de GMC en 2013 pour la passe de touchdown, permettant un retour et de remporter la division[178]. Il mène les Packers vers les séries éliminatoires, cette fois-ci avec une fiche de 8–7–1 et est opposé à l'équipe qui les a éliminés l'an dernier lors de la ronde divisionnaire des playoffs, les 49ers de San Francisco[174]. Les Packers perdent face aux 49ers pour la quatrième fois consécutive, 23 à 20 lors d'un field goal inscrit à la dernière seconde, au Lambeau Field. Rodgers enregistre seulement 177 yards, son score le plus bas en match éliminatoire, et une passe de touchdown[177]. Il est classé no 11 par ses pairs dans le Top 100 des joueurs de la NFL en 2014[179].

Les débuts de la saison régulière des Packers en 2014 ont lieu contre les Seahawks de Seattle, champions en titre du Super Bowl XLVIII, un match dans lequel ils vont perdre 36 à 16[180]. Au cours de la semaine 2, l’équipe entame la partie avec un déficit de 21 à 3 contre les Jets de New York, mais revient et gagne 31 à 24[181]. Le retour de 18 points marque le plus grand retour de la carrière de Rodgers. Au cours de la troisième semaine de la saison, la défense des Lions de Detroit (19–7) met un terme à l'offensive des Packers[182]. Les 7 points des Packers sont le moins de points permis dans un jeu terminé par Rodgers; les 223 yards au total de l'offensive des Packers sont les plus basses depuis que Rodgers a été nommé quarterback et ses 162 yards à la passe sont également un bas en carrière. Pour la troisième saison consécutive, les Packers démarrent à 1–2. Dans ces trois matchs, Rodgers a cinq touchdowns et une interception combinée, avec une note de passeur de 95,1. Au milieu de l'inquiétude généralisée, Rodgers déclare aux fans et aux médias: « R-E-L-A-X. Détendez-vous. Nous allons nous en sortir »[183].

Après leur défaite contre les Lions, les Packers s’engagent dans une série de quatre victoires au cours desquelles, Rodgers lance 13 passes de touchdown sans interceptions[184]. Au cours de la semaine 4, avec une victoire de 38–17 sur les Bears de Chicago, il a 302 yards et quatre touchdowns et gagne le titre de joueur offensif de la semaine de la NFC[185],[186]. Au cours de la semaine 6 contre les Dolphins de Miami, Rodgers mène les Packers à une victoire en moins de deux minutes. Il complète un 4e down et 10 yards par une passe au wide receiver Jordy Nelson et imite le célèbre fake spike de Dan Marino en effectuant une passe au wide receiver Davante Adams pour se rendre à moins de quatre yards de la zone de buts[187]. Rodgers complète ensuite une passe de touchdown au tight end Andrew Quarless pour remporter le match 27–24[188]. Ce jeu remportera par la suite le prix GMC Never Say Never Moment of the Year[189]. Lors de la semaine 7, avec une victoire 38–17 sur les Panthers de la Caroline, il amasse 255 yards à la passe et trois touchdowns pour mériter le titre de joueur offensif de la semaine de la NFC[190],[191].

Dans une défaite de la semaine 8 contre les Saints de la Nouvelle-Orléans, Rodgers réussit 28 passes sur 39 pour 418 yards, avec une passe de touchdown et deux interceptions, mettant ainsi fin à ses 212 tentatives consécutives sans série d'interceptions[192], la deuxième série la plus longue de l'histoire de l'équipe. Lors du match, Rodgers se blesse à la cuisse, ce qui semble avoir une incidence sur son jeu pour le reste de la partie[192].

Au cours de la semaine 10 contre les Bears de Chicago, Rodgers devient le deuxième joueur de l'histoire de la NFL et le premier depuis Daryle Lamonica en 1969 à effectuer six passes de touchdown au cours de la première mi-temps[193]. Rodgers complète 18 de ses 27 passes pour un total de 315 yards et six touchdowns, bien qu'il n'ait joué qu'un seul drive en deuxième mi-temps, il gagne le titre de joueur offensif de la semaine de la NFC[194],[195]. Rodgers devient aussi le premier quarterback à avoir jamais eu 10 passes de touchdown contre la même équipe en une saison[184].

Dans le match de la semaine 11 contre les Eagles de Philadelphie, Rodgers établit un record pour le plus grand nombre de tentatives consécutives à domicile sans interception[196], battant ainsi le record de Tom Brady avec 288 tentatives consécutives. Dans la victoire 53-20, il termine avec 22 passes réussies sur 36, avec 341 yards, trois passes de touchdown et aucune interception[197].

Les Packers rencontrent les Patriots de la Nouvelle-Angleterre lors de la 13e semaine à Lambeau Field pour la première confrontation des deux quarterbacks en tant que titulaires[198]. Rodgers termine avec 24 passes complètes sur 38, 368 yards et deux touchdowns par la passe dans la victoire 26-21 des Packers[199].

Rodgers souffre d'une blessure au mollet dans la 16e semaine contre les Buccaneers de Tampa Bay. Il a une grave déshydratation et souffre de symptômes pseudo-grippaux au cours de la semaine[200].

Lors du match de la 17e semaine contre les Lions de Detroit, Rodgers re-blesse son mollet gauche tout en prolongeant le jeu et en lançant une passe de touchdown à Randall Cobb. Il est ensuite aidé hors du terrain et se rend au vestiaire. Après avoir raté un drive, Rodgers reprend le jeu avec une égalité 14-14. Malgré une mobilité moindre avec la blessure, Rodgers complète 13 de ses 15 passes pour 129 yards contre la deuxième défense de la ligue. Les Packers ont gagné 30–20, remportant leur quatrième titre consécutif de la NFC North. Rodgers complète 17 de ses 22 tentatives pour 226 yards, deux passes de touchdown, aucune interception, un rating de passeur de 139,6 et un touchdown à la course pour mériter son quatrième titre de joueur offensif de la semaine de la NFC pour la saison 2014[201],[202].

Les Packers assurent la deuxième tête de série du NFC, les récompensant par un ticket pour les séries éliminatoires et une semaine de congé, ce qui permet à Rodgers de se reposer et de soigner son mollet gauche blessé[203]. Lors du tour divisionnaire, les Packers doivent affronter les Cowboys de Dallas, une première dans l’histoire des séries éliminatoires de la NFL quand une équipe invaincue à domicile (Packers) affronte une équipe invaincue à l'extérieur (Cowboys)[204]. Rodgers aide à assurer une victoire de 26 à 21 en réussissant 24 passes sur 35 pour 316 yards, trois touchdowns, aucune interception et un rating de 125,4[205].

Les Packers se rendent ensuite à Seattle pour affronter les Seahawks, les mieux classés. Les Packers mènent 19-7 avec un peu plus de cinq minutes à jouer, mais l'offensive de l'équipe à domicile se réveille enfin et, avec l'aide d'une gaffe des équipes spéciales des Packers sur un onside kick, les Seahawks mènent 22-19, avec 44 secondes restantes. Rodgers descend rapidement le terrain pour marquer un field goal égalisateur, seulement pour regarder depuis le banc de touche les Seahawks remporter le tirage au sort des prolongations et procéder à marquer le touchdown décisif lors de leur première possession[206].

Rodgers est élu MVP la saison 2014, avec 31 votes[207], et est nommé joueur offensif de l'année de le NFC par le Kansas City Committee of 101[208] et Fed-Ex Air NFL Player of the Year[209]. Il est également nommé au sein de l'équipe AP All-Pro en tant que premier quarterback, obtenant 44 votes, tandis que le deuxième, Tony Romo, en reçoit trois[210]. Il est nommé au Pro Bowl pour la saison 2014[211]. Il est classé deuxième meilleur joueur de la ligue par ses pairs dans le Top 100 des joueurs de la NFL en 2015[212].

Blessures et passage à vide (2015-2017)Modifier

En 2015, Rodgers connaît une année difficile. Il lance pour un minimum en carrière de 3 821 yards bien qu'il ait joué au moins 15 matchs, il réalise 31 touchdowns pour seulement 8 interceptions[213]. Rodgers ne complète que 60,7 de ses passes, n'a que 6,7 yards en moyenne par tentative et termine avec un indice de passe de 92,7; tous les scores les plus bas de sa carrière. L'absence du wide receiver du Pro Bowl, Jordy Nelson pour cause de blessure est considérée comme un facteur contribuant à la baisse statistique de Rodgers par rapport aux saisons précédentes[214],[215].

 
Rodgers pendant les playoffs en 2015.

Au cours de la semaine 3, lors d'une victoire 38-28 contre les Chiefs de Kansas City, Rodgers récolte 333 yards à la passe et cinq touchdowns pour gagner le titre de joueur offensif de la semaine de la NFC[216],[217]. Au cours de la semaine 9 contre les Panthers de la Caroline, il termine avec 369 yards, quatre touchdowns et une interception. L'interception se produit avec seulement 1'47 à jouer au 4e quart-temps, et après l'interception, Rodgers exprime sa frustration en jetant par terre une tablette Microsoft Surface[218]. Les Packers finissent par perdre le match 29 à 37[219].

Le , lors d'un match de la 13e semaine contre les Lions de Detroit, Rodgers lance une passe de Hail Mary capturée par Richard Rodgers pour 61 yards et 0 secondes restant au compteur, pour vaincre les Lions 27 à 23, après la prolongation du match à cause d'une pénalité facemask contre Detroit[220]. Le jeu est rapidement surnommée «The Miracle in Motown»[221],[222].

Les Packers se qualifient pour les playoffs en tant que cinquième de la NFC avec un bilan de 10–6[223]. Ils battent les Redskins de Washington 35 à 18 lors du tour des Wild Card[224]. En division contre les Cardinals de l'Arizona, Rodgers lance une passe de touchdown de 41 yards à Jeff Janis à la fin du temps imparti pour prolonger le match. Cependant, les Packers perdent 26 à 20 en prolongation[225]. Il est nommé à son cinquième Pro Bowl[226] et figure au sixième rang des meilleurs joueurs du Top 100 des meilleurs joueurs de la NFL en 2016[227].

Au cours des cinq premiers matchs de la saison 2016, les problèmes de la saison 2015 de Rodgers semblent se poursuivre[228]. Durant ces matchs, il complète 60,2% de ses passes, a une moyenne de 6,5 yards par tentative et affiche une note de passeur de 88,4, tous ces chiffres sont similaires à ceux de 2015[229]. Il a également cinq fumbles et en perd deux. Sa performance terne à travers ces jeux provoque beaucoup de spéculations sur les causes de ses problèmes[228],[230],[231],[232].

Lors du Thursday Night Football de la semaine 7, une victoire 26-10 contre les Bears de Chicago, Rodgers rebondit en enregistrant un total de 39 passes complètes, battant ainsi le précédent record de Brett Favre en 1993 (36), également contre les Bears[233]. Rodgers réalise également son premier match de 300 yards depuis la semaine 10 de 2015[234]. La semaine suivante, contre les Falcons d’Atlanta, Rodgers enregistre un record en carrière en saison régulière avec 60 yards au sol[234], et termine avec quatre passes de touchdown et une évaluation de 125.5[235].

Après une défaite contre les Redskins de Washington lors de la 11e semaine, la quatrième d'affilée des Packers, qui se retrouvent avec un bilan de 4-6, Rodgers est optimiste quant au reste de la saison et déclare: «Je sens que nous pouvons le faire. Je le sens vraiment.»[236]. En dépit des doutes sur la probabilité d’une telle série[237],[238],[239], les Packers termineront la saison avec six victoires consécutives, comme l’a prédit Rodgers[240].

En semaine 12, lors du Monday Night Football, Rodgers semble s'être blessé au tendon du jarret lors d'un match difficile contre les Eagles de Philadelphie[241]. Après le jeu, Rodgers se rend dans la tente pour blessés sur le bord du terrain pour se faire soigner la jambe[241]. Rodgers, cependant, ne manque aucun drive et termine avec 30 passes complètes sur 39 tentatives pour 313 yards, sans sacks ni interceptions[242]. Sa performance de 300 yards est la quatrième de la saison et la première permise par la défense des Eagles sur toute la saison[242]. Les Packers s'imposent 27 à 13 mettant fin à la série de quatre défaites.

Lors d'une victoire de 38-10 sur les Seahawks de Seattle, un match de la 14e semaine, Rodgers et les Packers poursuivent leurs récents succès offensifs et défensifs[243],[244]. Il termine avec 346 yards, trois passes de touchdown et une cote de passeur de 150,8. La note de passeur est la meilleure enregistrée contre la défense de Seattle depuis l'entraîneur-chef Pete Carroll en 2010[243]. Rodgers le fait malgré une blessure au mollet au début du jeu[243]. Il est nommé joueur offensif de la semaine de la NFC pour sa performance contre les Seahawks[245].

Au cours de la semaine 16, Rodgers et Drew Brees battent le record de la NFL pour le nombre de saisons avec au moins 35 passes de touchdown avec quatre, un record partagé avec Peyton Manning et Tom Brady[246],[247]. Dans le match, Rodgers termine avec 28 passes sur 38 pour 347 yards, quatre passes de touchdown et un touchdown à la course pour gagner le titre de Joueur offensif de la semaine de la NFC[248],[249]. Sa performance de 300 yards est la première de la saison permise par la défense des Vikings du Minnesota[248]. Il établit également les records en saison régulière des Packers pour le nombre de saisons avec 4 000 yards (6), le nombre de passes complètes en une saison (374) et, avec Jordy Nelson, le nombre de touchdowns par un combiné receveur / quarterback avec 59[248].

Rodgers aide les Packers à remporter un titre NFC North et une place en séries éliminatoires en 2016[250]. Les Packers battent les Giants de New York lors de la Wild Card Round[251] et les Cowboys de Dallas lors du tour divisionnaire[252]. Ils perdent face aux Falcons d’Atlanta en finale de conférence NFC lors du dernier match au Georgia Dome[253].

En 2016, Rodgers termine avec 401 passes réussies sur 610 tentatives (deux sommets en carrière), un pourcentage de complétions de 65,7%, 4 428 yards, 40 passes de touchdown, sept interceptions, une cote de passeur de 104,2, 369 yards au sol (record en carrière) et quatre touchdowns au sol[254]. Avec ses 40 passes de touchdown, il occupe le premier rang de la ligue pour la première fois de sa carrière[255] et devient l'un des quatre quarterbacks à avoir réussi au moins 40 touchdowns au cours de plusieurs saisons[256]. Rodgers termine également quatrième en yards, en complétions, en tentatives et en classement de passeurs[257]. Parmi les quarterbacks, il termine troisième en yards au sol et cinquième en touchdowns[258]. Il est classé sixième par ses pairs dans le Top 100 des joueurs de la NFL en 2017[259].

Le , Rodgers est sélectionné pour son troisième Pro Bowl consécutif et son sixième au total[260].

Dans une victoire de la semaine 1 (17 à 9) contre les Seahawks de Seattle, Rodgers a son 50e match en carrière avec au moins 300 yards. Il termine le match avec 311, mais sa série de 251 passes consécutives sans interception prend fin lorsque le defensive tackle Nazair Jones attrappe une de ses passes au premier quart-temps[261]. Lors du match suivant, une défaite de 34-23 contre les Falcons d’Atlanta en deuxième semaine, il totalise 343 yards, deux touchdowns et une interception lors du premier match dans le nouveau stade Mercedes-Benz à Atlanta[262]. Au cours de la cinquième semaine, perdant 28-31 contre les Cowboys de Dallas avec moins de deux minutes au compteur, il réalise un drive de neuf jeux et 75 yards pour un touchdown gagnant pour une victoire 35 à 31, ce qui lui vaut le titre de joueur offensif de la semaine de la NFC[263],[264].

Au cours de la semaine 6 contre les Vikings du Minnesota, Rodgers est retiré du terrain par ses entraîneurs et son personnel médical après s'être blessé à une épaule après avoir été plaqué par Anthony Barr. Peu de temps après, il est révélé qu'il souffre d'une fracture de la clavicule droite[265] Le lendemain, le 16 octobre, il est annoncé qu'il sera opéré de la clavicule cassée[266]. Le 19 octobre, il subit l'opération et est officiellement placé sur la liste des blessés le lendemain[267],[268]. Un total de 13 vis est inséré pour stabiliser sa clavicule[269],[270].

Rodgers reprend l'entraînement le , le rendant éligible pour jouer dans le prochain match de la semaine 15[271]. Le , il est annoncé qu'il est médicalement apte et qu'il commence le prochain match contre les Panthers de la Caroline[272]. Il est officiellement activé le [273]. Rodgers revient lors de la 15e semaine contre les Panthers, où il termine avec 290 yards, 3 touchdowns et 3 interceptions alors que les Packers perdent 24–31[274]. Cependant, deux jours plus tard, le , Rodgers est replacé dans la réserve après que les Packers aient été éliminés de la course aux playoffs[275],[276],[277]. Il est classé no 10 par ses pairs dans le Top 100 des joueurs de la NFL en 2018[278].

Le renouveau (2018)Modifier

Le , Rodgers signe une prolongation de quatre ans avec les Packers d'une valeur de 134 millions de dollars, assortie d'un bonus à la signature de 57,5 millions de dollars[279],[280].

Lors du Sunday Night Football de la semaine 1, contre les Bears de Chicago, Rodgers quitte le match avec une blessure au genou mais revient au troisième quart-temps. Perdant de 20 points, Rodgers termine avec 286 yards et trois touchdowns, menant le rallye des Packers à une victoire de 24-23[281]. Malgré une blessure au genou lancinante, Rodgers a au moins 40 tentatives de passes à chacun des trois prochains matchs. Dans le dernier, il lance sa première interception en 150 tentatives[282]. Au cours de la semaine 5, Rodgers amasse 442 yards (le second meilleur score de sa carrière) et trois touchdowns, mais également deux fumbles, dans une défaite de 31 à 23 contre les Lions de Detroit[283]. Dans le match suivant, une victoire 33 à 30 sur les 49ers de San Francisco, il totalise 425 yards et deux touchdowns[284].

Après la semaine de repos, Rodgers a sa troisième semaine consécutive avec une cote de passeur de plus de 100[285], qui comprend 286 yards, aucune interception et une passe de touchdown de 40 yards à Marquez Valdes-Scantling dans une défaite 29 -27 contre les Rams de Los Angeles[286]. Dans la semaine 13 contre les Falcons d’Atlanta, Rodgers établit un record de la NFL en convertissant sa 359e passe consécutive sans interception, battant ainsi le précédent record de Tom Brady[287]. Lors de la 15e semaine contre les Bears de Chicago, Rodgers amasse 274 yards et une interception dans une défaite de 24-17. La séquence record de Rodgers sans interception se termine avec 402 tentatives de passe après avoir été intercepté par le free safety Eddie Jackson[288]. Au cours de la semaine 16 contre les Jets de New York, Rodgers amasse 442 yards, deux touchdowns à la passe et deux touchdowns au sol. Rodgers et les Packers gagnent 44-38 en prolongation[289].

Le , Rodgers est nommé à son septième Pro Bowl[290].

En fin de saison régulière contre les Lions de Detroit, Rodgers subit une commotion cérébrale au début du match et ne revient pas[291]. Il est ensuite envoyé à l'hôpital pour y rechercher des symptômes de commotion[292]. Comme les Packers sont déjà éliminés de la course aux playoffs, Rodgers répond à la question de savoir s'il doit jouer par peur de se blesser en disant: « Ce n’est pas comme ça que je suis, et je suis super compétitif, et je veux être avec les gars et j'ai hâte d'être là-bas. »[292]. Plus tard, Rodgers est repéré chez les Packers après le match[292].

Rodgers termine la saison avec 372 passes complètes, 597 tentatives, 4 442 yards, 25 touchdowns par la passe, deux interceptions et une note de passeur de 97,6[254]. Son rapport touchdown/interception de 25: 2 (12,5) se classe au troisième rang des meilleurs de tous les temps (300 tentatives minimum)[293]. En plus d'établir le record de passes consécutives sans interception pendant la saison, Rodgers établit également un record NFL en termes de pourcentage d'interception pour une saison, avec seulement 0,335% de ses passes interceptées[294].

Statistiques de sa carrière professionnelleModifier

Aaron Rodgers détient actuellement la meilleure évaluation de l'histoire de la NFL pour un quarterback comptant au moins 1 500 tentatives avec une évaluation de 103,1 (carrière en cours)[295].

Saison régulièreModifier

Statistiques en saison régulière dans la NFL[296]
Année Équipe  MJ  Passes Courses Sacks Fumbles
Tentées Réussies Pct. Yards  TD  Int. Éval. Tentées Yards Moy.  TD  Nb. Yards Nb. Perdus
2005 Packers de Green Bay 3 16 9 56,3 65 0 1 39,8 2 7 3,5 0 3 28 2 2
2006 Packers de Green Bay 2 15 6 40,0 46 0 0 48,2 2 11 5,5 0 3 18 1 1
2007 Packers de Green Bay 2 28 20 71,4 218 1 0 106,0 7 29 4,1 0 3 24 0 0
2008 Packers de Green Bay 16 536 341 63,6 4 038 28 13 93,8 56 207 3,7 4 34 231 10 3
2009 Packers de Green Bay 16 541 350 64,7 4 434 30 7 103,2 58 316 5,4 5 50 306 10 4
2010 Packers de Green Bay 15 475 312 65,7 3 922 28 11 101,2 64 356 5,6 4 31 193 4 1
2011 Packers de Green Bay 15 502 343 68,3 4 643 45 6 122,5 60 257 4,3 3 36 219 4 0
2012 Packers de Green Bay 16 552 371 67,2 4 295 39 8 108,0 54 259 4,8 2 51 293 5 4
2013 Packers de Green Bay 9 290 193 66,6 2 536 17 6 104,9 30 120 3,3 0 21 117 4 0
2014 Packers de Green Bay 16 520 341 65,6 4 381 38 5 112,2 43 269 6,3 2 28 174 10 2
2015 Packers de Green Bay 16 572 347 60,7 3 821 31 8 92,7 58 344 5,9 1 46 314 8 4
2016 Packers de Green Bay 16 610 401 65,7 4 428 40 7 104,2 67 369 5,5 4 35 246 8 4
2017 Packers de Green Bay 7 238 154 64,7 1 675 16 6 97,2 24 126 5,2 0 22 168 1 1
2018 Packers de Green Bay 16 597 372 62,3 4 442 25 2 97,6 43 269 6,3 2 49 353 6 3
Totaux 5 492 3 560 64,8 42 944 338 80 103,1 568 2 939 5,2 27 412 2 684 73 29

ÉliminatoiresModifier

Statistiques en phase finale dans la NFL[296]
Année Équipe  MJ  Passes Courses Sacks Fumbles
Tentées Réussies Pct. Yards  TD  Int. Éval. Tentées Yards Moy.  TD  Nb. Yards Nb. Perdus
2007 Packers de Green Bay 1 - - - - - - - - - - - 0 0 0 0
2009 Packers de Green Bay 1 42 28 66,7 423 4 1 121,4 3 13 4,3 1 5 19 1 1
2010 Packers de Green Bay 4 132 90 68,2 1 094 9 2 109,8 14 54 3,9 2 8 53 2 1
2011 Packers de Green Bay 1 46 26 56,5 264 2 1 78,5 7 66 9,4 0 4 23 1 1
2012 Packers de Green Bay 2 72 49 68,1 531 3 1 97,6 5 40 8,0 0 4 33 1 0
2013 Packers de Green Bay 1 26 17 65,4 177 1 0 97,8 2 11 5,5 0 4 20 1 0
2014 Packers de Green Bay 2 69 43 62,3 494 4 2 91,1 4 8 2,0 0 2 17 2 1
2015 Packers de Green Bay 2 80 45 56,2 471 4 1 84,9 3 20 6,7 0 2 15 0 0
2016 Packers de Green Bay 3 128 80 62,5 1 004 9 2 103,8 8 62 7,8 0 10 79 0 0
Totaux 595 378 63,5 4 458 36 10 99,4 46 274 6,0 3 39 259 8 4

Récompenses et recordsModifier

Records NFLModifier

En carrièreModifier

  • Meilleure note de passeur en carrière pour la saison régulière avec un minimum de 1 500 tentatives (103.2)[297]
  • Le plus de saisons consécutives avec un rating de passeur supérieur à 100 avec 6 (2009–2014)[298]
  • Cinquième à la note de passeur en playoffs (99.4)[299]
  • Pourcentage d'interceptions le plus bas en carrière (1.5%)[16]
  • Meilleur rapport touchdown/interception de l'histoire de la NFL (4.23)[15]
  • Premier joueur de l'histoire de la NFL à avoir franchi plus de 4 000 yards au cours de chacune des deux premières saisons en tant que quarterback titulaire[3]
  • Tentatives de passes sans interception (402)[300]
  • Passes de touchdown consécutives à domicile sans interception (playoffs inclus) (49)[301]
  • Tentatives de passes sans pick six (3 807) 8 Novembre 2009–present[302]
  • Nombre de pick six par tentative (1 pick six: 4 458)[302]
  • Passes consécutives sans interception à domicile, (playoffs inclus) (587)[301]
  • Un des six quarterbacks (Kurt Warner, Eli Manning, Peyton Manning, Joe Flacco et Dan Marino) à lancer 1 000 yards en une seule série éliminatoire[303]
  • Matchs consécutifs sans interception multiple (41)[234]
  • Nombre d'interceptions (42) avant sa 150e passe de touchdown (Dan Marino avait 69 interceptions)[304]
  • Nombre d'interceptions (53) avant sa 200e passe de touchdown (Tom Brady en avait 88)[305]
  • 21 332 yards à la passe de 2008 à 2012, meilleurs score pour un QB lors des cinq premières saisons comme titulaire[303]
  • Nombre de tentatives pour atteindre 30 000 yards (3 652)[306]
  • Troisième au nombre de passes de touchdown de 70 yards ou plus (16) (derrière Eli Manning et Drew Brees)[307]
  • Saisons avec une cote de passeur supérieure à 100 (8)[308]
  • Saisons avec un pourcentage d'interceptions sous 1.5% (6)[309].
  • Un des trois quarterbacks à avoir plusieurs saisons avec une cote de passeur d'au moins 110[3]
  • Un des quatre QB à lancer plusieurs saisons avec 40 passes de touchdown[310]
  • Un des quatre QB à lancer au moins 35 passes de touchdown pendant quatre saisons[246]
  • Pourcentage de passes de touchdown (6.4%) dans l'aire du Superbowl[311]
  • Seul QB avec un pourcentage de passes de touchdown supérieur à 6.0% dans l'aire du Superbowl[311]

En une saison ou en un seul matchModifier

  • Note de passeur en une saison (122.5)[312]
  • Pourcentage d'interception en une saison (0.3)[313]
  • Matchs avec une évaluation de passeur supérieure à 95.0 (14) en une saison (2011)[314]
  • Matchs avec une évaluation de passeur supérieure à 100.0 (13) en une saison (2011)[315]
  • Matchs avec une évaluation de passeur supérieure à 110.0 (12) en une saison (2011)[316]
  • Matchs avec une évaluation de passeur supérieure à 115.0 (10) en une saison (2011)[317]
  • Matchs avec une évaluation de passeur supérieure à 130.0 (4) en une saison (2011)[318]
  • Matchs avec une évaluation de passeur supérieure à 140.0 (4) en une saison (2011)[319]
  • Matchs consécutifs avec une évaluation de passeur supérieure à 95.0 (13) en une saison (2011)[320]
  • Matchs consécutifs avec une évaluation de passeur supérieure à 100.0 (12) en une saison (2011)[321]
  • Matchs consécutifs avec une évaluation de passeur supérieure à 110.0 (11) en une saison (2011)[322]
  • Matchs avec plus de 200 yards à la passe sans interceptions en une saison (11) (2014)[323]
  • Matchs avec plus de deux passes de touchdown sans interceptions en une saison (11) (2014)[324]
  • Matchs avec plus de trois passes de touchdown sans interceptions en une saison (8) (2014)[325]
  • Passes de touchdown en une mi-temps (6)[326]
  • Seul joueur à réussir plus de 400 yards en effectuant quatre passes de touchdown et deux TD à la course en un match[327]
  • Un des cinq quarterbacks à passer sur plus de 300 yards, avec 3 passes de touchdown et aucune interceptions dans un Super Bowl[328]
  • Rating de passeur à domicile en une saison (133.2) (2014)[329]
  • Pourcentage de passes complètes (86.1%) dans un match de playoffs avec minimum 35 tentatives[330]

Récompenses et honneurs universitairesModifier

Autres récompenses et honneursModifier

  • 2× GMC Never Say Never Award (2013,2014)[332]
  • 2× NFC Offensive Player of the Year (2011, 2014)[208]
  • 2× FedEx Air NFL Player of the Year (2010, 2014)[333],[334]
  • La législature du Wisconsin approuve une proposition déclarant le (stylisée le 12/12/12) Aaron Rodgers Day en honneur de Rodgers dont le numéro de maillot dans la NFL est le 12[335],[336].

Vie privéeModifier

Rodgers habite actuellement à Suamico dans le Wisconsin[337],[338], une banlieue dans le nord de Green Bay à 10 miles de Lambeau Field. Il possède également une maison à Del Mar, en Californie, à 20 miles au nord du centre-ville de San Diego[339], et vit à Los Angeles pendant la saison morte[340]. Il a deux frères, le plus jeune, Jordan, était quarterback à l'université Vanderbilt[341], il passe brièvement par les Jaguars de Jacksonville[342] et plus tard par les Buccaneers de Tampa Bay[343].

Rodgers est en couple avec l'actrice Olivia Munn de 2014 à 2017[344].

En 2018, Rodgers commence à fréquenter Danica Patrick, ancienne pilote de voiture de course[345],[346].

Entreprises commercialesModifier

En avril 2018, Rodgers est annoncé en tant que partenaire limité du groupe de propriété des Bucks de Milwaukee, faisant de lui le premier joueur actif de la NFL avec une participation dans une franchise de la NBA[347],[348],[349],[350].

Apparitions dans les médiasModifier

Depuis qu'il devient titulaire en 2008, Rodgers est connu pour sa célébration unique de touchdown, que ses coéquipiers et lui surnomment la « Championship Belt ». Après un jeu de score, Rodgers célèbre en faisant un geste comme s'il mettait une ceinture de championnat invisible autour de sa taille[351],[352].

Cette célébration est également présentée dans une série de publicités de State Farm Insurance, renommée Discount Double Check[353]. Plusieurs coéquipiers, dont Raji, Matthews et Cobb, le rejoignent dans les publicités[354],[355].

Rodgers est également présent dans les publicités Pizza Hut[356], ainsi que dans de nombreuses publicités locales basées dans le Wisconsin[357].

En 2015, il fait une apparition (avec son coéquipier des Packers Ha Ha Clinton-Dix et ses camarades de la NFL, Leger Douzable, D'Brickashaw Ferguson, Tank Carradine, Prince Amukamara, Fozzy Whittaker, Ishmaa'ily Kitchen et Frostee Rucker) dans un segment de la deuxième saison de la série télévisée Key & Peele. Ce segment est le troisième volet de « East / West College Bowl », une esquisse qui parodie les joueurs lors de matchs de football télévisés. Dans l’esquisse, tous les joueurs présentés ont des noms inhabituels; Rodgers prononce le sien comme « A-A-Ron Rod-Gers » dans un rappel d'une esquisse de la première saison de la série[358].

Aaron Rodgers a l’honneur d’avoir un petit rôle de figurant dans l’épisode 5 de la saison 8 de la série Game of Thrones[359].

Actions humanitaires et caritativesModifier

Rodgers est le fondateur, et avec David Gruber, co-créateur de itsAaron[360] avec pour mission de « sensibiliser les organisations et les personnes qui changent le monde »[361].

Il est également un partisan du MACC Fund[362],[363] de RAISE Hope for Congo[364] et d’autres efforts humanitaires et caritatifs. Dans un épisode de Celebrity Jeopardy du , il recueille 50 000 $ pour le MACC Fund en triomphant de l'astronaute Mark Kelly et du membre du panel Shark Tank et entrepreneur Kevin O'Leary pour remporter les fonds[365],[366].

RéférencesModifier

  1. a b c et d (en) « Aaron Rodgers Player Profile - Official Website of CAL Athletics - WebCite query result », sur www.webcitation.org (consulté le 3 janvier 2019)
  2. (en) « NFL.com Draft 2005 - NFL Draft History: Full Draft Year », sur NFL.com (consulté le 3 janvier 2019)
  3. a b c et d (en) « NFL Passer Rating Career Leaders », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 22 mars 2019)
  4. a et b (en) « NFL Passer Rating Single-Season Leaders », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 22 mars 2019)
  5. (en) « Wojciechowski: Rodgers writes own legend », sur ESPN.com, (consulté le 24 mars 2019)
  6. (en) greenbaybobfox, « Aaron Rodgers: Comparing the 2016 Season to the 2011 and 2014 MVP Years », sur Bob Fox, (consulté le 24 mars 2019)
  7. (en-US) « Reactions to Aaron Rodgers making 2019 Pro Bowl », sur Green Bay Packers (consulté le 22 mars 2019)
  8. (en-US) foxsports Dec 21 et 2011 at 12:00a ET, « Rodgers named Male Athlete of the Year », sur FOX Sports, (consulté le 3 janvier 2019)
  9. (en) « NFL Single Season Passing Touchdown/Interception Ratio Leaders | The Football Database », sur FootballDB.com (consulté le 22 mars 2019)
  10. (en) « NFL Passing Touchdown % Single-Season Leaders », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 22 mars 2019)
  11. (en) « NFL Pass Interception % Single-Season Leaders », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 22 mars 2019)
  12. (en) « NFL Passing Touchdowns Single-Season Leaders », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 22 mars 2019)
  13. (en) « NFL Yards per Pass Attempt Single-Season Leaders », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 22 mars 2019)
  14. (en) « NFL Passer Rating Career Playoffs Leaders », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 22 mars 2019)
  15. a et b (en) « NFL Career Passing Touchdown/Interception Ratio Leaders | The Football Database », sur FootballDB.com (consulté le 3 janvier 2019)
  16. a et b (en) « NFL Pass Interception % Career Leaders », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 3 janvier 2019)
  17. « Bears gearing up to battle Rodgers », sur web.archive.org, (consulté le 3 janvier 2019)
  18. (en) « Simms: 'Aaron Rodgers is the best quarterback I have ever seen' », sur NFL.com (consulté le 3 janvier 2019)
  19. NFL Network, « Aaron Rodgers the Greatest Passer of All Time? | Inside the NFL » (consulté le 3 janvier 2019)
  20. (en) « Where will Green Bay Packers quarterback Aaron Rodgers finish among the greatest QBs of all time? », sur NFL.com (consulté le 3 janvier 2019)
  21. (en) « The top 25 NFL quarterbacks of all-time », sur Touchdown Wire, (consulté le 3 janvier 2019)
  22. (en) « Aaron RodgersQB#12 - WebCite query result », sur www.webcitation.org (consulté le 3 janvier 2019)
  23. a et b Kimberly Powell Kimberly Powell is a former president of the Association of Professional Genealogists et an instructor at the Genealogical Research Institute of Pittsburgh, « Ancestry of Aaron Rodgers », sur ThoughtCo (consulté le 3 janvier 2019)
  24. a et b (en) Pete Jackel, « Focus on Football: Rodgers preparing for his moment », sur Journal Times (consulté le 3 janvier 2019)
  25. « Aaron Rodgers ancestry », sur freepages.rootsweb.com (consulté le 3 janvier 2019)
  26. a et b (en) « Ukiah Daily Journal Newspaper Archives, Jan 3, 1993 », sur newspaperarchive.com (consulté le 3 janvier 2019)
  27. (en-US) The Oregonian/OregonLive, « Green Bay quarterback Aaron Rodgers has strong ties to Beaverton », sur OregonLive.com (consulté le 3 janvier 2019)
  28. « E:60 - Aaron Rodgers » (consulté le 3 janvier 2019)
  29. (en) « Aaron Rodgers and the Best JUCO Success Stories of the BCS Era », bleacherreport.com, le 09/04/2013
  30. (en) Kent Babb, « For Aaron Rodgers, road to the NFL started at an apparent dead end », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  31. (en) Tyler Donohue, « From Junior College to 1st-Round Pick: The College Recruitment of Aaron Rodgers », sur Bleacher Report (consulté le 3 janvier 2019)
  32. « Football Stats & Records », sur www.butte.edu (consulté le 3 janvier 2019)
  33. Bruce Adams et Chronicle Staff Writer, « Cal's QB hope / JC transfer Rodgers has what Tedford likes », sur SFGate, (consulté le 3 janvier 2019)
  34. (en) « 2003 California Golden Bears Schedule and Results », sur College Football at Sports-Reference.com (consulté le 3 janvier 2019)
  35. a et b (en) « Cal fans storm field after win - September 27, 2003 - ESPN », sur ESPN.com (consulté le 3 janvier 2019)
  36. (en) « Cal-USC Postgame Quotes - WebCite query result », sur www.webcitation.org (consulté le 3 janvier 2019)
  37. (en) « USC at California Box Score, September 27, 2003 », sur College Football at Sports-Reference.com (consulté le 3 janvier 2019)
  38. (en) « Insight Bowl - Virginia Tech vs California Box Score, December 26, 2003 », sur College Football at Sports-Reference.com (consulté le 3 janvier 2019)
  39. (en) Anita Tsuchiya, Aaron Rodgers: Biography of a Super Bowl MVP, Hyperink Inc, (ISBN 9781614646129, lire en ligne)
  40. a et b (en) « CAL Records - California Golden Bears - University of California », sur www.cstv.com (consulté le 3 janvier 2019)
  41. (en) « 2004 California Golden Bears Schedule and Results », sur College Football at Sports-Reference.com (consulté le 3 janvier 2019)
  42. a b et c (en) « Trojans' defense stymies Cal QB at first-and-goal - October 9, 2004 - ESPN », sur ESPN.com (consulté le 3 janvier 2019)
  43. (en) « Aaron Rodgers 2004 Game Log », sur College Football at Sports-Reference.com (consulté le 3 janvier 2019)
  44. (en) « 2004 Pacific-10 Conference Leaders », sur College Football at Sports-Reference.com (consulté le 3 janvier 2019)
  45. (en) « Holiday Bowl - Texas Tech vs California Box Score, December 30, 2004 », sur College Football at Sports-Reference.com (consulté le 3 janvier 2019)
  46. (en) « Who to watch in 2005 - Feature Story - Local Stories - January 6, 2005 », sur Chico News & Review (consulté le 3 janvier 2019)
  47. (en) « Aaron Rodgers College Stats », sur College Football at Sports-Reference.com (consulté le 21 mars 2019)
  48. (en) « Notes From The Insight Bowl », sur University of California Golden Bears Athletics (consulté le 3 janvier 2019)
  49. (en) « SI.com's 2004 All-America Team », CNN,‎ (lire en ligne)
  50. Graham Bensinger, « Aaron Rodgers: Thought I’d be a 49er » (consulté le 3 janvier 2019)
  51. (en) « Clayton: Waiting is the hardest part », sur ESPN.com, (consulté le 3 janvier 2019)
  52. (en) « 2005 NFL Draft Listing », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 3 janvier 2019)
  53. « Jeff Tedford developed Aaron Rodgers, but recent QBs struggled », sur Sporting News, (consulté le 3 janvier 2019)
  54. (en-US) « Aaron Rodgers | QB | California - NFL Combine Results » (consulté le 22 mars 2019)
  55. (en-US) « Rodgers' contract numbers », sur 247sports.com, (consulté le 3 janvier 2019)
  56. (en) « 2017 Green Bay Packers Statistics & Players », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 3 janvier 2019)
  57. (en) « Chargers vs. Packers - Game Recap - August 11, 2005 - ESPN », sur ESPN.com (consulté le 3 janvier 2019)
  58. (en) « Packers vs. Titans - Game Recap - September 1, 2005 - ESPN », sur ESPN.com (consulté le 3 janvier 2019)
  59. a b c d e f et g (en-US) « Aaron Rodgers », sur www.packers.com (consulté le 4 janvier 2019)
  60. (en) « Packers vs. Ravens - Game Summary - December 19, 2005 - ESPN », sur ESPN.com (consulté le 3 janvier 2019)
  61. a b c d et e (en-US) Greg Bishop, « The Education of the Packers’ Aaron Rodgers », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 3 janvier 2019)
  62. (en-US) Bay Area News Group |, « Rodgers performs for Gruden », sur East Bay Times, (consulté le 3 janvier 2019)
  63. (en) « Packers' Sherman loses job after first losing season », sur ESPN.com, (consulté le 3 janvier 2019)
  64. (en) « Big cheese: Packers hire 49ers' McCarthy », sur ESPN.com, (consulté le 3 janvier 2019)
  65. a b c d e et f « The education of Aaron Rodgers », sur archive.jsonline.com (consulté le 3 janvier 2019)
  66. a et b « Rob Reischel - "Aaron Rodgers" | Triumph Books », sur www.triumphbooks.com (consulté le 3 janvier 2019)
  67. (en) « Packers haven't OK'd Favre plan to skip minicamp », sur ESPN.com, (consulté le 4 janvier 2019)
  68. (en) « Packers GM: Moss for Rodgers rumors unfounded », sur ESPN.com, (consulté le 4 janvier 2019)
  69. (en) « Pats acquire WR Moss from Raiders for draft pick », sur ESPN.com, (consulté le 4 janvier 2019)
  70. (en) « Packers vs. Cowboys - Game Recap - November 29, 2007 - ESPN », sur ESPN.com (consulté le 4 janvier 2019)
  71. « JS Online: Rodgers preparing to assume control », sur web.archive.org, (consulté le 4 janvier 2019)
  72. (en) « Aaron Rodgers 2008 Game Log », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  73. « Solid debut frees Rodgers from post-Favre scrutiny - USATODAY.com », sur usatoday30.usatoday.com (consulté le 4 janvier 2019)
  74. (en) « Packers vs. Lions - Game Summary - September 14, 2008 - ESPN », sur ESPN.com (consulté le 4 janvier 2019)
  75. « NFL Game Center: Game Recap - Green Bay Packers at Tampa Bay Buccaneers - 2008 4 », sur web.archive.org, (consulté le 4 janvier 2019)
  76. a et b « Sports | Packers' Rodgers learns lessons from trying season | Seattle Times Newspaper », sur old.seattletimes.com (consulté le 4 janvier 2019)
  77. « NFL Game Center: Game Recap - Green Bay Packers at Chicago Bears - 2008 16 », sur web.archive.org, (consulté le 4 janvier 2019)
  78. « Contracts: Rodgers vs. Romo », sur archive.jsonline.com (consulté le 4 janvier 2019)
  79. (en) « Packers sign QB Rodgers to $65M extension through 2014 », sur NFL.com (consulté le 4 janvier 2019)
  80. (en) « 2008 Green Bay Packers Statistics & Players », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  81. « NFL Game Center: Chicago Bears at Green Bay Packers - 2009 Week 1 », sur web.archive.org, (consulté le 4 janvier 2019)
  82. (en) Gregg Rosenthal, « Rodgers, Sharper, Knox win NFC player of month honors », sur ProFootballTalk, (consulté le 4 janvier 2019)
  83. (en) « Green Bay Packers at Tampa Bay Buccaneers - November 8th, 2009 », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  84. (en) « Player Game Finder Query Results », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  85. (en) « Aaron Rodgers 2009 Game Log », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  86. (en) « 2009 Green Bay Packers Statistics & Players », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  87. (en) « 2009 NFL Standings & Team Stats », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  88. (en) « 1996 NFL Standings & Team Stats », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  89. « Scout.com: Wisconsin Makes 12-12-12 'Aaron Rodgers Day' », sur web.archive.org, (consulté le 4 janvier 2019)
  90. (en) « 2009 NFL Leaders and Leaderboards », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  91. (en) « Individual Records — Passing (PDF) », sur prod.static.packers.clubs.nfl.com (consulté le 4 janvier 2019)
  92. (en) « In a single season, from 1950 to 2009, playing for the Green Bay Packers, in the Regular Season, requiring Passer Rating >= 0 and Pass Attempts >= 150, sorted by descending Passer Rating », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  93. (en) « Green Bay Packers at Arizona Cardinals - January 3rd, 2010 », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  94. (en) « Top Ten Quarterback Duels », sur NFL.com (consulté le 4 janvier 2019)
  95. (en) « Packers vs. Cardinals - Game Summary - January 10, 2010 - ESPN », sur ESPN.com (consulté le 4 janvier 2019)
  96. « NFL Game Center: Green Bay Packers at Arizona Cardinals - 2009 Wild Card Weekend », sur web.archive.org, (consulté le 4 janvier 2019)
  97. a et b (en) « 2009 NFL Pro Bowlers », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  98. (en) « NFC vs. AFC - Game Recap - February 8, 2009 - ESPN », sur ESPN.com (consulté le 4 janvier 2019)
  99. (en) « 2010 Green Bay Packers Statistics & Players », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  100. (en) « Aaron Rodgers 2010 Game Log », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  101. (en) « Aaron Rodgers 2010 Game Stats Log - Fantasy Football », sur CBSSports.com (consulté le 4 janvier 2019)
  102. (en) « San Francisco 49ers at Green Bay Packers - December 5th, 2010 », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  103. (en) « 2010 NFL Week 13 Leaders & Scores », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  104. (en) « Green Bay Packers at Detroit Lions - December 12th, 2010 », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  105. « Green Bay Packers QB Matt Flynn has fine 1st road start | Packersnews… », sur archive.vn, (consulté le 4 janvier 2019)
  106. (en) « New York Giants at Green Bay Packers - December 26th, 2010 », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  107. (en) « 2010 NFL Week 16 Leaders & Scores », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  108. « Packers 10, Bears 3: Nothing Comes Easy - Sports News Story - WISC Madison », sur web.archive.org, (consulté le 4 janvier 2019)
  109. (en) « Aaron Rodgers Voted FedEx Air NFL Player Of The Year », packers.com,‎ (lire en ligne, consulté le 4 janvier 2019)
  110. (en) « Wild Card - Green Bay Packers at Philadelphia Eagles - January 9th, 2011 », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  111. (en) « Rodgers Stars in Green Bay's 48-21 Rout of Falcons », sur NBC Southern California (consulté le 4 janvier 2019)
  112. (en) « Green Bay Packers Playoff History », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  113. « Aaron Rodgers », sur ESPN.com (consulté le 4 janvier 2019)
  114. (en) « Steelers vs. Packers - Game Recap - February 6, 2011 - ESPN », sur ESPN.com (consulté le 4 janvier 2019)
  115. (en) « Rodgers (3 TDs) earns Super Bowl MVP honors », sur ESPN.com, (consulté le 4 janvier 2019)
  116. (en) « Top 100: Aaron Rodgers », sur NFL.com (consulté le 4 janvier 2019)
  117. (en-US) « No Workouts? No Problem For The Packers | AllGBP.Com » (consulté le 4 janvier 2019)
  118. (en) « New Orleans Saints at Green Bay Packers - September 8th, 2011 », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  119. (en) « 2011 NFL Week 1 Leaders & Scores », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  120. (en) « Drew Brees' absence no big deal, but July 16 deadline looms », sur NFL.com (consulté le 4 janvier 2019)
  121. (en) « Denver Broncos at Green Bay Packers - October 2nd, 2011 », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  122. (en) « 2011 NFL Week 4 Leaders & Scores », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  123. (en-US) « Packers stay perfect at 6-0, beat Rams 24-3 », sur The Salt Lake Tribune (consulté le 4 janvier 2019)
  124. (en) « Green Bay Packers at San Diego Chargers - November 6th, 2011 », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  125. (en) « 2011 NFL Week 9 Leaders & Scores », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  126. (en) « Green Bay Packers at Kansas City Chiefs - December 18th, 2011 », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  127. (en) « 2011 Green Bay Packers Statistics & Players », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  128. (en) « Aaron Rodgers 2011 Game Log », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  129. « Rodgers player of the month ... again, leads Pro Bowl voting », sur USATODAY.COM (consulté le 4 janvier 2019)
  130. (en) « In a single game, from 1950 to 2016, in the Regular Season, requiring Passing Yds >= 400 and Passing TD >= 4 and Rushing TD >= 2, sorted by descending Passing TD », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  131. (en) Zachary D. Rymer, « Galloping Gobbler Award: Aaron Rodgers Wins Award Nobody Cares About », sur Bleacher Report (consulté le 4 janvier 2019)
  132. (en) « Packers vs. Lions - Game Summary - November 24, 2011 - ESPN », sur ESPN.com (consulté le 4 janvier 2019)
  133. (en) « From 1950 to 2018, playing for any team, vs. any team, in the regular season, streaks of at least 10 games with at least 2 Passing TD », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  134. Record battu par Patrick Mahomes en 2018
  135. (en) « 13 NFL teams that came closest to unbeaten regular seasons », sur USA TODAY (consulté le 4 janvier 2019)
  136. Les Panthers de la Caroline deviennent la sixième en 2015.
  137. « Most Points Scored By An NFL Team In A Season », sur www.sportingcharts.com (consulté le 4 janvier 2019)
  138. (en) Brent Armstrong, « NFL MVP Race: Aaron Rodgers Was Better Than Drew Brees in 2011 », sur Bleacher Report (consulté le 4 janvier 2019)
  139. (en) « Saints' Brees wins AP Offensive Player of the Year award », sur NFL.com (consulté le 4 janvier 2019)
  140. (en) « Top 10 greatest quarterback seasons », sur ESPN.com, (consulté le 4 janvier 2019)
  141. (en) « Divisional Round - New York Giants at Green Bay Packers - January 15th, 2012 », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  142. Mark Emery, « As Carolina Panthers prepare for Super Bowl 50, a look at the fates of six previous teams that won at least 15 in regular season - NY Daily News », sur nydailynews.com (consulté le 4 janvier 2019)
  143. (en) « 2011 NFL All-Pros », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  144. (en) « 2011 NFL Pro Bowlers », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  145. (en) « 'The Top 100: Players of 2012': Aaron Rodgers », sur NFL.com (consulté le 4 janvier 2019)
  146. (en) « San Francisco 49ers at Green Bay Packers - September 9th, 2012 », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  147. a et b (en) « Aaron Rodgers' head-scratching bet with Boyz II Men », sur NFL.com (consulté le 4 janvier 2019)
  148. (en) « New Orleans Saints at Green Bay Packers - September 30th, 2012 », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  149. (en) « 2012 NFL Week 4 Leaders & Scores », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  150. (en) « Green Bay Packers at Houston Texans - October 14th, 2012 », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  151. (en) « 2012 NFL Week 6 Leaders & Scores », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  152. (en) « 2012 Houston Texans Statistics & Players », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  153. a et b (en) « Aaron Rodgers 2012 Game Log », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  154. (en) « Green Bay Packers at Chicago Bears - December 16th, 2012 », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  155. (en) « Green Bay Packers at Minnesota Vikings - December 30th, 2012 », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  156. (en) « Green Bay Packers Head-to-Head Records », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  157. (en) « 2012 NFL Standings & Team Stats », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  158. (en) « Wild Card - Minnesota Vikings at Green Bay Packers - January 5th, 2013 », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  159. (en) « Divisional Round - Green Bay Packers at San Francisco 49ers - January 12th, 2013 », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  160. (en) « 2012 NFL Pro Bowlers », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  161. (en) « 'Top 100 Players of 2013': Aaron Rodgers », sur NFL.com (consulté le 4 janvier 2019)
  162. (en) « Source: Rodgers agrees to $110M extension », sur ESPN.com, (consulté le 4 janvier 2019)
  163. (en) « Green Bay Packers at San Francisco 49ers - September 8th, 2013 », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  164. (en) « Washington Redskins at Green Bay Packers - September 15th, 2013 », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  165. (en) « 2013 NFL Week 2 Leaders & Scores », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  166. (en) « In a single game, from 1950 to 2016, in the Regular Season, requiring Passing Yds >= 480 and Passing TD >= 4 and Passes Intercepted = 0, sorted by ascending Date », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  167. (en) « Green Bay Packers at Cincinnati Bengals - September 22nd, 2013 », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  168. Jon Benne, « Cobb, Jones among injuries in Packers-Ravens game », sur SBNation.com, (consulté le 4 janvier 2019)
  169. (en) « Jermichael Finley leaves on strecher with neck injury », sur NFL.com (consulté le 4 janvier 2019)
  170. (en) « Green Bay Packers at Minnesota Vikings - October 27th, 2013 », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  171. (en-US) The Associated Press, « Aaron Rodgers has fractured collarbone, could miss a month », sur The Denver Post, (consulté le 4 janvier 2019)
  172. (en) « Sources: Rodgers was never close to return », sur ESPN.com, (consulté le 4 janvier 2019)
  173. (en) « Packers' Aaron Rodgers 'looks ready to play' but probably won't », sur USA TODAY (consulté le 4 janvier 2019)
  174. a et b (en) « 2013 Green Bay Packers Statistics & Players », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  175. (en) « Stoic Matt Flynn delivers Packers win », sur www.jsonline.com (consulté le 4 janvier 2019)
  176. (en) « Packers make it official: QB Aaron Rodgers will start vs. Bears », sur CBSSports.com (consulté le 4 janvier 2019)
  177. a et b (en) « Wild Card - San Francisco 49ers at Green Bay Packers - January 5th, 2014 », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  178. (en-US) « Never say Never Moment of the Year: Aaron Rodgers to Randall Cobb – TOUCHDOWN! », sur Lombardi Ave, (consulté le 4 janvier 2019)
  179. (en-US) « 'Top 100 Players of 2014': Aaron Rodgers », sur www.packers.com (consulté le 4 janvier 2019)
  180. (en) « Green Bay Packers at Seattle Seahawks - September 4th, 2014 », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  181. (en) « New York Jets at Green Bay Packers - September 14th, 2014 », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  182. (en) « Green Bay Packers at Detroit Lions - September 21st, 2014 », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  183. « ESPN Wisconsin - 09/23/14 R-E-L-A-X », sur archive.vn, (consulté le 4 janvier 2019)
  184. a et b « Aaron Rodgers: Game Logs at NFL.com », sur www.nfl.com (consulté le 4 janvier 2019)
  185. (en) « Green Bay Packers at Chicago Bears - September 28th, 2014 », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  186. (en) « 2014 NFL Week 4 Leaders & Scores », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  187. Rodger Sherman, « Packers use fake spike to beat Dolphins », sur SBNation.com, (consulté le 4 janvier 2019)
  188. (en) « Packers vs. Dolphins - Game Summary - October 12, 2014 - ESPN », sur ESPN.com (consulté le 4 janvier 2019)
  189. (en) « GMC Never Say Never Moment of the Week », sur www.nfl.com (consulté le 4 janvier 2019)
  190. (en) « Carolina Panthers at Green Bay Packers - October 19th, 2014 », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  191. (en) « 2014 NFL Week 7 Leaders & Scores », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  192. a et b (en-US) foxsports Oct 27 et 2014 at 1:15a ET, « 5 things we learned: Packers at Saints », sur FOX Sports, (consulté le 4 janvier 2019)
  193. (en) « Rodgers throws 6 TDs, Packers rout Bears 55-14 », sur USA TODAY (consulté le 4 janvier 2019)
  194. (en) « Bears vs. Packers - Game Summary - November 9, 2014 - ESPN », sur ESPN.com (consulté le 4 janvier 2019)
  195. (en) « 2014 NFL Week 10 Leaders & Scores », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  196. (en-US) « Rodgers breaks NFL record for consecutive attempts without interception », sur www.packers.com (consulté le 4 janvier 2019)
  197. (en) « Philadelphia Eagles at Green Bay Packers - November 16th, 2014 », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 4 janvier 2019)
  198. (en-US) foxsports Nov 30 et 2014 at 11:04p ET, « Rodgers outduels Brady for win in first-ever matchup of elite QBs », sur FOX Sports, (consulté le 5 janvier 2019)
  199. (en) « New England Patriots at Green Bay Packers - November 30th, 2014 », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 5 janvier 2019)
  200. (en) « Rodgers played with pulled calf in Packers win », sur ESPN.com, (consulté le 5 janvier 2019)
  201. (en) « Detroit Lions at Green Bay Packers - December 28th, 2014 », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 5 janvier 2019)
  202. (en) « 2014 NFL Week 17 Leaders & Scores », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 5 janvier 2019)
  203. (en) « 2014 NFL Standings & Team Stats », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 5 janvier 2019)
  204. (en-US) foxsports Jan 9 et 2015 at 5:44p ET, « Something has to give: Packers unbeaten at home; Cowboys 8-0 on road », sur FOX Sports, (consulté le 5 janvier 2019)
  205. (en) « Divisional Round - Dallas Cowboys at Green Bay Packers - January 11th, 2015 », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 5 janvier 2019)
  206. (en) « NFC Championship - Green Bay Packers at Seattle Seahawks - January 18th, 2015 », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 5 janvier 2019)
  207. (en) « Rodgers tops Watt, collects 2nd MVP award », sur ESPN.com, (consulté le 5 janvier 2019)
  208. a et b « Past NFC Offensive Honorees - 101 Awards », sur www.101awards.com (consulté le 5 janvier 2019)
  209. (en) « 2015 'NFL Honors' complete list of winners », sur NFL.com (consulté le 5 janvier 2019)
  210. (en) « 2014 All-Pro Teams: Analysis of the full rosters », sur NFL.com (consulté le 5 janvier 2019)
  211. (en) « 2014 NFL Pro Bowlers », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 5 janvier 2019)
  212. (en) « 'Top 100 Players of 2015': No. 2 Aaron Rodgers », sur NFL.com (consulté le 5 janvier 2019)
  213. (en) « Aaron Rodgers Stats », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 5 janvier 2019)
  214. Danny Kelly, « What’s wrong with the Packers? », sur SBNation.com, (consulté le 5 janvier 2019)
  215. (en-US) foxsports Jan 19 et 2016 at 5:00p ET, « Packers hope Nelson's return will revitalize offense », sur FOX Sports, (consulté le 5 janvier 2019)
  216. (en) « Kansas City Chiefs at Green Bay Packers - September 28th, 2015 », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 5 janvier 2019)
  217. (en) « 2015 NFL Week 3 Leaders & Scores », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 5 janvier 2019)
  218. Scott Davis, « Aaron Rodgers angrily threw a Microsoft Surface tablet after throwing a crucial interception », sur Business Insider (consulté le 5 janvier 2019)
  219. (en) « Green Bay Packers at Carolina Panthers - November 8th, 2015 », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 5 janvier 2019)
  220. (en) « Packers stun Lions on Aaron Rodgers' Hail Mary TD », sur NFL.com (consulté le 5 janvier 2019)
  221. NFL, « Aaron Rodgers' Amazing Hail Mary: The Miracle in Motown! | Packers vs. Lions | NFL » (consulté le 5 janvier 2019)
  222. (en) David Aretha, Aaron Rodgers: Champion Football Star, Enslow Publishing, LLC, (ISBN 9780766087170, lire en ligne)
  223. (en) « 2015 Green Bay Packers Statistics & Players », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 5 janvier 2019)
  224. (en) « Wild Card - Green Bay Packers at Washington Redskins - January 10th, 2016 », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 5 janvier 2019)
  225. (en) « Jeff Janis forces OT with Hail Mary catch, but celebration short-lived », sur ESPN.com, (consulté le 5 janvier 2019)
  226. (en) « 2015 NFL Pro Bowlers », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 5 janvier 2019)
  227. (en) « 'Top 100 Players of 2016': No. 6 Aaron Rodgers », sur NFL.com (consulté le 5 janvier 2019)
  228. a et b « What's wrong with Aaron Rodgers and the Packers' offense? | NFL Analysis | Pro Football Focus », sur www.profootballfocus.com (consulté le 5 janvier 2019)
  229. (en) « Aaron Rodgers, 2016, games 1–5. », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 5 janvier 2019)
  230. (en) Mike Florio, « What’s wrong with Aaron Rodgers? », sur ProFootballTalk, (consulté le 5 janvier 2019)
  231. « What is wrong with the Packers? All signs point to Aaron Rodgers », sur Star Tribune (consulté le 5 janvier 2019)
  232. (en) « Experts weigh in on Aaron Rodgers: 'No easy fix' », sur ESPN.com, (consulté le 5 janvier 2019)
  233. (en) « Aaron Rodgers sets Green Bay Packers completion record in win over Chicago Bears », sur UPI (consulté le 5 janvier 2019)
  234. a b et c « Aaron Rodgers Career Game Log - Pro-Football-Reference.com », sur web.archive.org, (consulté le 5 janvier 2019)
  235. (en) « Packers vs. Falcons highlights, score: Matt Ryan, Aaron Rodgers trade lasers all day », sur CBSSports.com (consulté le 5 janvier 2019)
  236. (en) « Rodgers confident Packers can 'run the table' », sur ESPN.com, (consulté le 5 janvier 2019)
  237. (en) « Aaron Rodgers' magic carries Packers into playoffs on a run-the-table roll », sur ESPN.com, (consulté le 5 janvier 2019)
  238. (en) « Packers QB Aaron Rodgers makes good on 'run the table' prediction », sur Detroit Free Press (consulté le 5 janvier 2019)
  239. (en) Darin Gantt, « Aaron Rodgers: “I feel like we can run the table” », sur ProFootballTalk, (consulté le 5 janvier 2019)
  240. (en) « Green Bay Packers 2016 Game Log », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 5 janvier 2019)
  241. a et b (en) « Hamstring injury sends Rodgers to tent », sur Packers News (consulté le 5 janvier 2019)
  242. a et b (en) Zac Jackson, « Rodgers, defense step up as Packers snap losing streak », sur ProFootballTalk, (consulté le 5 janvier 2019)
  243. a b et c (en) « Aaron Rodgers, Packers dismantle Seahawks », sur NFL.com (consulté le 5 janvier 2019)
  244. (en) TomPelisseroUSATODAY, « After rout of Seattle, Packers re-emerge as team no one wants to see in January », sur USA TODAY (consulté le 5 janvier 2019)
  245. (en) « Le'Veon Bell, Rodgers among NFL Players of the Week », sur NFL.com (consulté le 5 janvier 2019)
  246. a et b (en) « For single seasons, from 1920 to 2016, played , requiring Passing TD >= 35, sorted by most seasons matching criteria », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 5 janvier 2019)
  247. (en) « NFL Passing Touchdowns Single-Season Leaders », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 5 janvier 2019)
  248. a b et c (en) « Aaron Rodgers for MVP: Packers QB makes case in win over Vikings », sur ESPN.com, (consulté le 5 janvier 2019)
  249. (en) « 2016 NFL Week 16 Leaders & Scores », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 5 janvier 2019)
  250. (en) « 2016 NFL Standings & Team Stats », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 5 janvier 2019)
  251. (en) « Wild Card - New York Giants at Green Bay Packers - January 8th, 2017 », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 5 janvier 2019)
  252. (en) « Divisional Round - Green Bay Packers at Dallas Cowboys - January 15th, 2017 », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 5 janvier 2019)
  253. (en) « NFC Championship - Green Bay Packers at Atlanta Falcons - January 22nd, 2017 », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 5 janvier 2019)
  254. a et b « Aaron Rodgers: Career Stats at NFL.com », sur www.nfl.com (consulté le 5 janvier 2019)
  255. « Packers' Aaron Rodgers Leads NFL In TD Passes », sur web.archive.org, (consulté le 5 janvier 2019)
  256. (en) « For single seasons, from 1920 to 2016, played , requiring Passing TD >= 40, sorted by most seasons matching criteria », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 5 janvier 2019)
  257. (en) « 2016 NFL Leaders and Leaderboards », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 5 janvier 2019)
  258. (en) « For single seasons, in 2016, played , requiring Rushing Yds >= 0, sorted by descending Rushing Yds », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 5 janvier 2019)
  259. (en) « 'Top 100 Players of 2017': No. 6 Green Bay Packers quarterback Aaron Rodgers », sur NFL.com (consulté le 5 janvier 2019)
  260. (en) « NFL announces 2017 Pro Bowl rosters », sur NFL.com (consulté le 5 janvier 2019)
  261. (en-US) A. P. Sep 10 et 2017 at 8:58p ET, « Rodgers, Packers' defense spark season-opener win over Seahawks », sur FOX Sports, (consulté le 5 janvier 2019)
  262. (en) « Green Bay Packers at Atlanta Falcons - September 17th, 2017 », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 5 janvier 2019)
  263. (en) « Green Bay Packers at Dallas Cowboys - October 8th, 2017 », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 5 janvier 2019)
  264. (en) « Aaron Rodgers, Earl Thomas among Players of Week », sur NFL.com (consulté le 5 janvier 2019)
  265. (en) « Rodgers breaks collarbone, could miss season », sur ESPN.com, (consulté le 5 janvier 2019)
  266. (en) « Aaron Rodgers will have surgery on broken collarbone », sur NFL.com (consulté le 5 janvier 2019)
  267. (en) « Packers' Aaron Rodgers has surgery on collarbone », sur NFL.com (consulté le 5 janvier 2019)
  268. « Packers place QB Rodgers on injured reserve », sur web.archive.org, (consulté le 5 janvier 2019)
  269. (en) « Injuries: Aaron Rodgers has '13 screws' in collarbone », sur NFL.com (consulté le 5 janvier 2019)
  270. (en) « Aaron Rodgers focusing on his health, not return date », sur NFL.com (consulté le 5 janvier 2019)
  271. (en) « Aaron Rodgers returns to Packers practice Saturday », sur NFL.com (consulté le 5 janvier 2019)
  272. (en) « Aaron Rodgers cleared to return, to start vs. Panthers », sur NFL.com (consulté le 5 janvier 2019)
  273. (en-US) « Aaron Rodgers activated from injured reserve », sur www.packers.com (consulté le 5 janvier 2019)
  274. (en) « Green Bay Packers at Carolina Panthers - December 17th, 2017 », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 5 janvier 2019)
  275. « Packers place QB Aaron Rodgers on IR », sur web.archive.org, (consulté le 5 janvier 2019)
  276. (en) « Packers place Aaron Rodgers back on injured reserve », sur NFL.com (consulté le 5 janvier 2019)
  277. (en) « Aaron Rodgers' collarbone still not completely healed », sur NFL.com (consulté le 5 janvier 2019)
  278. (en) « 'Top 100 Players of 2018': Green Bay Packers quarterback Aaron Rodgers | No. 10 », sur NFL.com (consulté le 5 janvier 2019)
  279. (en-US) « Packers sign QB Aaron Rodgers to contract extension », sur www.packers.com (consulté le 5 janvier 2019)
  280. (en) « Aaron Rodgers agrees to 4-year, $134M extension », sur NFL.com (consulté le 5 janvier 2019)
  281. (en) « Aaron Rodgers rallies Packers to improbable win », sur NFL.com (consulté le 5 janvier 2019)
  282. (en-US) « GAME RECAP: Bills fall on the road in Green Bay », sur www.buffalobills.com (consulté le 5 janvier 2019)
  283. (en) « Packers doomed by slow start, Mason Crosby's misses in loss to Lions », sur USA TODAY (consulté le 5 janvier 2019)
  284. (en-GB) Associated Press, « Bloodied Aaron Rodgers leads Packers and Crosby to redemption over 49ers », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 5 janvier 2019)
  285. « Aaron Rodgers », sur ESPN.com (consulté le 5 janvier 2019)
  286. Greg Beacham, « Late fumble keeps Rams unbeaten with 29-27 win over Packers », sur AP NEWS, (consulté le 5 janvier 2019)
  287. (en) « No picks for Packer: Rodgers sets no-INT mark », sur ESPN.com, (consulté le 5 janvier 2019)
  288. Jay Cohen, « Rodgers throws interception as Packers lose 24-17 to Bears », sur AP NEWS, (consulté le 5 janvier 2019)
  289. (en) « Packers vs. Jets - Game Summary - December 23, 2018 - ESPN », sur ESPN.com (consulté le 5 janvier 2019)
  290. (en) « NFL reveals rosters for 2019 Pro Bowl in Orlando », sur NFL.com (consulté le 5 janvier 2019)
  291. (en) « Rodgers suffers concussion in season finale », sur ESPN.com, (consulté le 5 janvier 2019)
  292. a b et c (en-US) « Aaron Rodgers sent to hospital after suffering concussion », sur Green Bay Packers (consulté le 5 janvier 2019)
  293. (en) « NFL Single Season Passing Touchdown/Interception Ratio Leaders | The Football Database », sur FootballDB.com (consulté le 5 janvier 2019)
  294. (en) « NFL Pass Interception % Single-Season Leaders », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 5 janvier 2019)
  295. "NFL Career Passer Rating Leaders" Pro-Football-Reference.com
  296. a et b (en) Profil sur www.pro-football-reference.com
  297. (en) « NFL Passer Rating Career Leaders », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 5 janvier 2019)
  298. (en-US) « Aaron Rodgers », sur www.packers.com (consulté le 5 janvier 2019)
  299. (en) « NFL Passer Rating Career Playoffs Leaders », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 5 janvier 2019)
  300. (en-GB) « Most consecutive pass attempts without an interception by an NFL quaterback », sur Guinness World Records (consulté le 5 janvier 2019)
  301. a et b (en) « Streak's end shows Aaron Rodgers is 'human' », sur Packers News (consulté le 5 janvier 2019)
  302. a et b (en) « Aaron Rodgers Career Pick Six Log », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 5 janvier 2019)
  303. a et b (en) « NFL Passing Yards Year-by-Year Playoffs Leaders », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 5 janvier 2019)
  304. (en-US) C. J. Wallace, « Aaron Rodgers Shows Why He Is NFL’s Best QB In Green Bay Packers’ Week 6 Comeback Win », sur www.rantsports.com (consulté le 5 janvier 2019)
  305. (en) « Aaron Rodgers sets mark for fewest interceptions at time of 200th TD pass », sur ESPN.com, (consulté le 5 janvier 2019)
  306. (en) « Rodgers reaches 30,000 yards in record time », sur ESPN.com, (consulté le 5 janvier 2019)
  307. (en) « From 1920 to 2017, in the Regular Season, all passing touchdowns, grouped by passer, distance between 70 and 100 yards, sorted by most touchdowns matching criteria », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 5 janvier 2019)
  308. (en) « For single seasons, from 1920 to 2017, played , requiring Passer Rating >= 100, sorted by most seasons matching criteria », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 5 janvier 2019)
  309. (en) « For single seasons, from 1920 to 2017, played , requiring Pass Intercept. % ⇐ 1.5, sorted by most seasons matching criteria », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 5 janvier 2019)
  310. (en) « For single seasons, from 1920 to 2017, played , requiring Passing TD >= 40, sorted by most seasons matching criteria », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 5 janvier 2019)
  311. a et b (en) « For combined seasons, from 1970 to 2017, played QB, requiring Passing TD % >= 5 and Pass Attempts >= 1500, sorted by descending Passing TD % », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 5 janvier 2019)
  312. (en) « NFL Passer Rating Single-Season Leaders », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 6 janvier 2019)
  313. (en) « NFL Pass Interception % Single-Season Leaders », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 6 janvier 2019)
  314. (en) « n a single season, from 1950 to 2017, in the Regular Season, requiring Passer Rating >= 95, sorted by most games in season matching criteria », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 6 janvier 2019)
  315. (en) « In a single season, from 1950 to 2017, in the Regular Season, requiring Passer Rating >= 100, sorted by most games in season matching criteria », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 6 janvier 2019)
  316. (en) « In a single season, from 1950 to 2017, in the Regular Season, requiring Passer Rating >= 110, sorted by most games in season matching criteria », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 6 janvier 2019)
  317. (en) « In a single season, from 1950 to 2017, in the Regular Season, requiring Passer Rating >= 115, sorted by most games in season matching criteria », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 6 janvier 2019)
  318. (en) « In a single season, from 1950 to 2017, in the Regular Season, requiring Passer Rating >= 130, sorted by most games in season matching criteria », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 6 janvier 2019)
  319. (en) « In a single season, from 1950 to 2017, in the Regular Season, requiring Passer Rating >= 140, sorted by most games in season matching criteria », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 6 janvier 2019)
  320. (en) « From 1920 to 2017, playing for any team, vs. any team, in the regular season, streaks of at least 5 games with at least 95 Passer Rating », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 6 janvier 2019)
  321. (en) « From 1920 to 2017, playing for any team, vs. any team, in the regular season, streaks of at least 5 games with at least 100 Passer Rating », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 6 janvier 2019)
  322. (en) « From 1920 to 2017, playing for any team, vs. any team, in the regular season, streaks of at least 5 games with at least 110 Passer Rating », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 6 janvier 2019)
  323. (en) « In a single season, from 1950 to 2017, in the Regular Season, requiring Passing Yds >= 200 and Passes Intercepted = 0, sorted by most games in season matching criteria », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 6 janvier 2019)
  324. (en) « In a single season, from 1950 to 2017, in the Regular Season, requiring Passing TD >= 2 and Passes Intercepted = 0, sorted by most games in season matching criteria », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 6 janvier 2019)
  325. (en) « In a single season, from 1950 to 2017, in the Regular Season, requiring Passing TD >= 3 and Passes Intercepted = 0, sorted by most games in season matching criteria », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 6 janvier 2019)
  326. (en-US) 2014 at 10:52p ET, « Aaron Rodgers' six first-half TD passes match NFL record », sur FOX Sports, (consulté le 6 janvier 2019)
  327. (en) « In a single game, from 1950 to 2017, in the Regular Season, requiring Passing Yds >= 400 and Passing TD >= 4 and Rushing TD >= 2, sorted by descending Passing TD », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 6 janvier 2019)
  328. (en) « In a single game, from 1950 to 2017, in the Super Bowl, requiring Passing Yds >= 300 and Passing TD >= 3 and Passes Intercepted = 0, sorted by descending Passing TD », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 6 janvier 2019)
  329. (en) « In a single season, from 1950 to 2017, in the Regular Season, playing at home, requiring Passer Rating >= 100 and Pass Attempts >= 100, sorted by descending Passer Rating », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 6 janvier 2019)
  330. (en) « In a single game, from 1950 to 2017, in the Playoffs, requiring Pass Attempts >= 35, sorted by descending Pass Completion % », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le 6 janvier 2019)
  331. « Arrington, Rodgers and Riddle Named Team MVPs - The University of California Official Athletic Site », sur web.archive.org, (consulté le 6 janvier 2019)
  332. (en-US) « Never say Never Moment of the Year: Aaron Rodgers to Randall Cobb – TOUCHDOWN! », sur Lombardi Ave, (consulté le 6 janvier 2019)
  333. (en) « FedEx Air & Ground NFL Players of the Year », sur Packers Wiki (consulté le 6 janvier 2019)
  334. (en) « Results in for FedEx Air & Ground NFL Players of the Year », sur American Red Cross Wisconsin Region, (consulté le 6 janvier 2019)
  335. « 12-12-12 proclaimed Aaron Rodgers Day », sur web.archive.org, (consulté le 6 janvier 2019)
  336. « Wisconsin declares Dec. 12, 2012, Aaron Rodgers Day », sur USATODAY.COM (consulté le 6 janvier 2019)
  337. « Super Bowl XLV Cribs: A Inside Look At The Homes Of Roethlisberger, Rodgers, And The Coaches », sur Business Insider (consulté le 6 janvier 2019)
  338. (en) « Aaron Rodgers' House (Former) in Suamico, WI (Google Maps) », sur Virtual Globetrotting, (consulté le 6 janvier 2019)
  339. « PARIS: Rodgers' neighborhood has a Del Mar address : North County Times - Californian », sur web.archive.org, (consulté le 6 janvier 2019)
  340. (en) Mina Kimes, « The Search For Aaron Rodgers », ESPN The magazine,‎ (lire en ligne)
  341. (en) « Jordan Rodgers - Football », sur Vanderbilt University Athletics (consulté le 6 janvier 2019)
  342. (en-US) foxsports Apr 27 et 2013 at 9:06p ET, « Rodgers' younger brother Jordan signs with Jacksonville », sur FOX Sports, (consulté le 6 janvier 2019)
  343. « Jordan Rodgers News, Stats, Photos | Tampa Bay Buccaneers », sur www.sbnation.com (consulté le 6 janvier 2019)
  344. (en) « Olivia Munn and Aaron Rodgers Break Up », sur PEOPLE.com (consulté le 6 janvier 2019)
  345. (en) « Danica Patrick shares beach photo with Aaron Rodgers and her family », sur For The Win, (consulté le 6 janvier 2019)
  346. « Danica Patrick finds love away from track with Aaron Rodgers », sur AP NEWS, (consulté le 6 janvier 2019)
  347. (en) « Rodgers purchases minority stake in Bucks », sur ESPN.com, (consulté le 6 janvier 2019)
  348. (en) « Aaron Rodgers joins Milwaukee Bucks ownership group; Packers icon frequently attends games », sur USA TODAY (consulté le 6 janvier 2019)
  349. (en) « Photos: Aaron Rodgers and Danica Patrick at Bucks-Celtics, Game 3 - Milwaukee Journal Sentinel », sur Milwaukee Journal Sentinel (consulté le 6 janvier 2019)
  350. (en) « Aaron Rodgers named minority owner of NBA's Bucks », sur NFL.com (consulté le 6 janvier 2019)
  351. « The Evolution Of Aaron Rodgers' Weird "Belt Dance" | Real Fantasy », sur web.archive.org, (consulté le 6 janvier 2019)
  352. (en-US) Sportsgrid, « Aaron Rodgers | Championship Belt Celebration », sur SportsGrid, (consulté le 6 janvier 2019)
  353. (en) Jeff Thurn, « Is Aaron Rodgers Real Agent in his Latest State Farm Commercial? », sur ESPN 99.1 (consulté le 6 janvier 2019)
  354. KrazyKcRacing31, « State Farm® - State Of Imitation 2 (Featuring BJ Raji) » (consulté le 6 janvier 2019)
  355. Dave Gargano, « State Farm® - State Of Imitation 3 (Matthews).flv » (consulté le 6 janvier 2019)
  356. (en) « Pizza Hut uses Aaron Rodgers in new ads », sur ESPN.com, (consulté le 6 janvier 2019)
  357. « Aaron Rodgers' commercial work in Wisconsin appears to be dwindling », sur www.bizjournals.com (consulté le 6 janvier 2019)
  358. (en) « WATCH: Key & Peele, Aaron Rodgers spoof player introductions », sur CBSSports.com (consulté le 6 janvier 2019)
  359. Claude Alain, « Aaron Rodgers a fait une apparition dans le dernier épisode de Game of Thrones », sur 25Stanley, (consulté le 9 août 2019)
  360. (en-US) « Its Aaron », sur Gruber Law Offices (consulté le 6 janvier 2019)
  361. « Aaron Rodgers | Gruber Law Offices, LLC. », sur itsaaron.com (consulté le 6 janvier 2019)
  362. (en) « Aaron Rodgers shines at MACC Fund event », sur www.jsonline.com (consulté le 6 janvier 2019)
  363. (en) « Aaron Rodgers addresses 'crazy rumors' », sur ESPN.com, (consulté le 6 janvier 2019)
  364. (en) « Rodgers uses fame to make difference in world », sur ESPN.com, (consulté le 6 janvier 2019)
  365. (en-US) « Watch: Aaron Rodgers Is a Celebrity Jeopardy Winner! », sur E! Online, tue may 12 18:17:17 pdt 2015 (consulté le 6 janvier 2019)
  366. (en) « Aaron Rodgers comes up clutch on Celebrity Jeopardy », sur NFL.com (consulté le 6 janvier 2019)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussiModifier