Aïn Arnat

commune d'Algérie

Ain Arnat
Aïn Arnat
Noms
Nom arabe عين أرنات
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Sétif
Daïra Ain Arnat[1]
Président de l'APC M. Koli
2007-2012
Code postal 19017
Code ONS 1926
Démographie
Population 43 551 hab. (2008[2])
Densité 215 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 11′ 00″ nord, 5° 19′ 00″ est
Altitude 1 020 m
Superficie 202,55 km2
Localisation
Localisation de Ain Arnat
Localisation de la commune dans la wilaya de Sétif.
Géolocalisation sur la carte : Algérie
Voir sur la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Ain Arnat
Géolocalisation sur la carte : Algérie
Voir sur la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Ain Arnat

Ain Arnat (en arabe : عين أرنات) est une commune de la wilaya de Sétif, située à 7 kilomètres à l'ouest de la ville de Sétif.

GéographieModifier

LocalisationModifier

La commune est située à 7 kilomètres à l'ouest de la ville de Sétif et à 293 kilomètres de la capitale Alger. La Daïra d'Aïn Arnat regroupe les quatre communes Aïn Arnat, Aïn Abessa, El Ouricia et Mezloug.


ReliefModifier

La ville se situe à une altitude de 1 020 mètres.


HydrographieModifier

Pluviométrie 401 mm calculée à partir des séries d'observation entre (1922-1960 et 1969-1989) Retenues collinaires

  • Oued Abdel Beg 330 000 m3
  • Oued Sommar 1.200 000 m3
  • Oued El Khenig 660 000 m3

Le Bassin de la Soummam, Alger, Agence de Bassin Algérois-Hodna-Soummam, coll. « Les Carnets de l'Agence »,

Localités et lieux-ditsModifier

La commune se compose de plusieurs localités[3],[2] :

  • Aïn Arnat (centre) (13.694 hab :RGPH 1998 ; 25.315 : RGPH 2008)
  • Mahdia ou El Mahdia (5.389 hab :RGPH 1998)
  • Gherazla
  • Bouhira ex La Colonie (2.870hab :RGPH 1998)
  • Aïn Messaoud (3.228 hab :RGPH 1998)
  • Ouled Si Ali
  • Melha
  • Melssa
  • El Anasser (1.215 hab :RGPH 1998)
  • Khalfoun (Aéroport du 8 mai 1945)
  • Timelouka
  • Dreiss
  • Lahmamna
  • Ouled Si Abdellah
  • Ouled Sekhar
  • Lakraana
  • Aïn Mousnibet
  • Lagfaf
  • Reha Ben Mahmoud
  • Aïn Sedra
  • Tcheir
  • Bounechada
  • Laouarem
  • Ouled Ameur
  • Debabha
  • Gueltet Stal
  • Danet
  • Aïn Zada (892 hab :RGPH 1998)
  • Mechta Ben Taleb
  • Laakakza
  • Chiab
  • Lahmamda


HistoireModifier

PréhistoireModifier

Différents objets, tels que des armes en silex, des pointes de flèches et de lanceurs ainsi que des poteries, indique que la wilaya de Bordj Bou Arreridj était peuplé au Mésolithique et au Néolithique[4].

De l'époque romaine au XIXe siècleModifier

Durant la période de l'Empire romain la région de Bordj s'appelait « Tamanouna[4] ». Elle est partie intégrante de la province romaine de la Maurétanie Césarienne devenue la Maurétanie Sitifienne. La région de Sétif était un des greniers à blé de la Rome antique: Caput Saltus Horreorum (aujourd'hui Aïn Zada[5]) en était le chef-lieu de la région.

Période française de 1870 à 1962Modifier

Créé en 1853, le village d'Aïn Arnat était rattaché à celui de Coligny. Il avait un adjoint siégeant au conseil municipal de ce centre.

Le village d'Aïn Arnat était en 1900 une annexe d'El Ouricia située à 27 kilomètres.

À la fin du XIXe siècle, Aïn-Arnat avait une population de 298 habitants dont 55 français, originaires généralement des départements alsaciens.

Depuis l'Indépendance en 1962Modifier

DémographieModifier

Selon le recensement général de la population et de l'habitat de 2008, la population totale de la commune de Aïn Arnat est évaluée à 43 551 habitants avec une densité de 215 hab/km2.

ÉconomieModifier

La commune est dotée d'une zone d'activité sur 3 hectares divisé en 61 lots tous attribués[6].

Une centrale électriqueModifier

Une centrale électrique située dans la commune d’Aïn Arnat au voisinage de la localité d'Ain Zada, s’étendant sur une superficie de 30 hectares, elle a été réalisée par la société de production de l’électricité (SPE), filiale de Sonelgaz avec la collaboration du consortium sud-coréen Hyundai Engineering et Daewoo International[7].

une centrale électrique à cycle combiné de 1 015 mégawatts contient quatorze départs d’évacuation, le coût de projet a été estimer initialement à 17 828 895 000,00 dinars ainsi que 311 590 000,00 dollars US et 278 087 000,00 euros[8]. la centrale a été inauguré le par le Premier ministre Abdelmalek Sellal[9].

la réalisation de cet équipement électrique a pour objet de répondre à la demande croissante en énergie électrique dans toute la région des Hauts-Plateaux[7].

TransportsModifier

 
Traversée de la Ville par la RN5

La ville possède au sud de son territoire l'Aéroport de Sétif - 8 Mai 1945.

La commune est traversée par Route nationale 5 et l'autoroute Est-Ouest (à 2 km) après l'aéroport. Deux routes wilayales, la W14 à l'ouest de la ville et la W140 à l'est de la ville, mènent à la ville de Bouhira puis Aïn Abessa vers le nord.

AdministrationModifier

Il y est installé le Centre d’instruction de l’infanterie d’Ain Arnat, centre de formation de sous-officiers[10].

ÉducationModifier

éducation secondaireModifier

 
Lycée Malek ben Nabi
  • Lycée Loulou Ali
  • Lycée Malek ben Nabi
  • l’ouverture d’un lycée à Mahdia commune d’Ain Arnat (2014) [11]

Centres de formationModifier

Le Centre de formation professionnelle et d'apprentissage d'Ain Arnat est un institut national spécialisé de formation professionnelle et pour la chimie industrielle et de transformation [12].

La commune abrite l'École de spécialisation sur hélicoptères (ESH)[13].

SantéModifier

 
L'enrée de la polyclique
  • Polyclinique

Monuments et lieux touristiquesModifier

Mosquée

SportsModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Décret executif n° 91-306 du 24 août 1991 fixant la liste des communes animées par chaque chef de daïra. 19 - Wilaya de Sétif », Journal officiel de la République Algérienne, (consulté le ), p. 1304
  2. a et b « Wilaya de Sétif : répartition de la population résidente des ménages ordinaires et collectifs, selon la commune de résidence et la dispersion ». Données du recensement général de la population et de l'habitat de 2008 sur le site de l'ONS.
  3. Journal officiel de la République Algérienne, 19 décembre 1984. Décret n° 84* 365, fixant la composition, la consistance et les limites territoriale des communes. Wilaya de Sétif, p. 1526.
  4. a et b Monographie de la wilaya de Bibans sur le site gouvernemental www.bibans-info.gov.dz, consulté le 13 septembre 2013.
  5. (en) E. W. B. Fentress, « Castellum Aurelianense Antoninianense/Caput Saltus Horreorum Pardalarii: a Pleiades place resource », sur Pleiades: a gazetteer of past places, (consulté le )
  6. Rubrique Monographie Wilaya - Wilaya de SETIF, Agence Nationale d’Intermédiation et de Régulation Foncière, 6 p. (lire en ligne), p. 6
  7. a et b « Sétif : le Premier ministre inaugure la centrale électrique d’Aïn Arnat », sur www.aps.dz (consulté le )
  8. « Le wali dans les communes de Mezloug, Ouricia, Ain abessa et Ain ArnAt : Une enveloppe de 971 milliards de centimes pour 199 opérations de développement », sur www.elmoudjahid.com (consulté le )
  9. « Sétif: inauguration d'une centrale électrique à Aïn Arnat », sur Al HuffPost Maghreb, (consulté le )
  10. [1]
  11. « 383 056 élèves attendus à Sétif | El Watan », sur www.elwatan.com (consulté le )
  12. « Sétif, Formation professionnelle s'adapte aux besoins du marché », sur www.algerie-dz.com (consulté le )
  13. Des parlementaires en visite de travail à l'ESH de Sétif, site aps.dz, 20 janvier 2021.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier