Aéroport de Wallis-Hihifo

aéroport desservant Hihifo, Wallis & Fortuna Islands

Aéroport de Wallis-Hihifo
Entrée de l'aéroport
Entrée de l'aéroport
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Collectivité d'outre-mer Drapeau de Wallis-et-Futuna Wallis-et-Futuna
Ville Mata Utu
Coordonnées 13° 14′ 18″ sud, 176° 11′ 57″ ouest
Altitude 24 m (79 ft)
Géolocalisation sur la carte : Wallis-et-Futuna
(Voir situation sur carte : Wallis-et-Futuna)
WLS
WLS
Géolocalisation sur la carte : Wallis
(Voir situation sur carte : Wallis)
WLS
WLS
Pistes
Direction Longueur Surface
08/26 2 100 m (6 890 ft) Asphalte
Informations aéronautiques
Code AITA WLS
Code OACI NLWW
Nom cartographique WALLIS
Type d'aéroport Civil, ouvert à la CAP
Gestionnaire SEAC des îles Wallis-et-Futuna

L’aéroport de Wallis-Hihifo (code AITA : WLS • code OACI : NLWW) est un aérodrome français situé sur le district de Hihifo à 5,6 km au nord-ouest de Mata Utu sur l'île de Wallis dans la collectivité d'outre-mer de Wallis-et-Futuna.

Il dispose d'une piste de 2 100 m revêtue d'asphalte et d'orientation 08/26.

Le Wi-Fi y est disponible depuis les Mini-Jeux du Pacifique de 2013.

HistoireModifier

 
En 1957, la première liaison aérienne mensuelle à l'aéroport de Hihifo est effectué par un Douglas DC-3 (photo d'illustration).

Le génie militaire de l'US Navy commence la construction d'une piste de 6 000 pieds (1 829 m) pour être utilisée par des bombardiers lourds Alliés lors de la Seconde Guerre mondiale. L'aérodrome est opérationnel à partir d'octobre 1942[1].

En 1956, la piste américaine, laissée à l'abandon après la guerre, est débroussaillée. Les liaisons aériennes débutent en 1957 et ont lieu tous les mois, effectuées par un Douglas DC-3 de la compagnie française Transports aériens intercontinentaux[2]. Ces liaisons relient Wallis à Nouméa, mais également à Fidji et à Pago Pago aux Samoa américaines[2].

En 1967, la piste est étendue pour être en mesure d'accueillir les avions cargo de l'armée française lors des essais nucléaires menés en Polynésie française (1966-1996), les pays riverains d'Océanie étant hostiles à ceux-ci[1].

TraficModifier

Trafic annuel sur l'aéroport WLS Voir la requête sur le moteur Wikidata.

Fréquentations[3]
Année Nombre de passagers Variation annuelle passagers Tonnes de fret Tonnes de poste Nombre de vols commerciaux
2007 40 711 N.A. N.A. N.A. 1 489
2008 39 783   -2,28 % 208 76 1 554
2009 39 315   -1,18 % 206 75 1 535
2010 41 848   6,44 % 204 86 1 746
2011 43 018   2,80 % 213 90 1 760

Compagnie et destinationsModifier

Aircalin dessert l'aéroport d'Hihifo 3 fois par semaine en Airbus A320, le lundi avec un vol Nouméa-Wallis-Nadi-Nouméa, le mercredi avec un aller-retour normal Nouméa-Wallis-Nouméa ainsi que le samedi avec un vol Nouméa-Nadi-Wallis-Nadi-Nouméa. Elle assure également un service public quotidien entre Wallis et Futuna grâce à un DHC-6 Twin Otter.

CompagniesDestinations
AircalinNouméa - La Tontouta, Nadi, Futuna

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en)« Hihifo Airfield (Hi-Hifo, Wallis Airport) », sur pacificwrecks.com, (consulté le 25 juin 2012)
  2. a et b Raymond Mayer, « Le classement des archives administratives de Wallis-et-Futuna (1951-2000) de Gildas Pressensé », Journal de la Société des Océanistes, no 129,‎ , p. 305–322 (ISSN 0300-953x, lire en ligne, consulté le 25 novembre 2019)
  3. Source : Site de l'UAF