Ouvrir le menu principal

23e régiment de tirailleurs algériens

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 23e régiment.

23e régiment de tirailleurs algériens
Image illustrative de l’article 23e régiment de tirailleurs algériens
Insigne régimentaire du 23e régiment de tirailleurs algériens

Création 1914
Dissolution 1962
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Régiment de Tirailleurs
Rôle Infanterie
Garnison Levant (1920-1921)
Maroc (1925-1926)
Toul et Verdun (1935-1939)
Levant (1940-1941)
Indochine (1949-1955)
Constantinois (1957-1962)
Ancienne dénomination 3e Régiment de Marche de Tirailleurs Algériens
Inscriptions
sur l’emblème
Champagne 1915
Verdun 1916
Maroc 1925-1926
Guerres Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Guerre d'Indochine
Guerre d'Algérie
Fourragères Aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918
Décorations Croix de guerre 1914-1918
deux palmes

Le 23e régiment de tirailleurs algériens était un régiment d'infanterie appartenant à l'Armée d'Afrique qui dépendait de l'armée de terre française.

Sommaire

Création et différentes dénominationsModifier

  • 1914 : création du 3e régiment de marche de tirailleurs algériens
  • 1920 : renommé 23e régiment de tirailleurs algériens
  • 1940 : dissolution
  • 1947 : reconstitué en 23e bataillon de tirailleurs algériens
  • 1949 : dissout
  • 1950 : recréation du 23e régiment de tirailleurs algériens
  • 1962 : dissolution

Chefs de corpsModifier

  • 1928 - 1932 : colonel Varaigne.
  • 1939 : colonel Machin.

Historique des garnisons, campagnes et batailles du 23e Tirailleurs algériensModifier

Première Guerre mondialeModifier

Entre-deux-guerresModifier

En 1928 il est en garnison Metz, il appartient à la 42e division puis au 6e corps d'armée.

Seconde Guerre mondialeModifier

Drôle de guerreModifier

En 1939 il est en garnison à Morhange sous les ordre du colonel Machin, il appartient à la 4e division d'infanterie nord-africaine à Épinal. Cette division stationne ensuite dans la région de TrélonArlon, elle est prévue pour participer à la manœuvre Dyle en réserve de la 9e armée[1]. Elle doit s'avancer en Belgique et se tenir en réserve dans la région de Philippeville pour intervenir au profit de l'aile gauche de l'armée sur la Meuse[1].

Bataille de FranceModifier

Le régiment participe à la bataille de la Meuse, il est anéanti. Puis les derniers débris de la division sont faits prisonniers à Marcoing.

Inscriptions portées sur le drapeau du régimentModifier

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[2] :

 

DécorationsModifier

Sa cravate est décorée de la Croix de guerre 1914-1918 avec deux palmes (deux citations à l'ordre de l'armée).
Il a le droit au port de la fourragère aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918.

DeviseModifier

InsigneModifier

Sources et bibliographieModifier

  • Anthony Clayton, Histoire de l'Armée française en Afrique 1830-1962, Albin Michel, 1994
  • Robert Huré, L'Armée d'Afrique: 1830-1962, Charles-Lavauzelle, 1977

Notes et référencesModifier

  1. a et b Jean-Yves Mary, Le corridor des Panzers : Par delà la Meuse 10 - 15 mai 1940, t. I, Bayeux, Heimdal, , 462 p. (ISBN 2-84048-270-3), p. 32.
  2. Décision n°12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, n°27, 9 novembre 2007

Voir aussiModifier