Ouvrir le menu principal

Sur les autres projets Wikimedia :

L'équité, du latin aequitas (égalité), désigne une forme d'égalité ou de juste traitement.

Elle appelle des notions de justice naturelle et d'éthique, dans l'appréciation par tous et chacun de ce qui est dû à chacun ; au-delà des seules règles du droit en vigueur[1].

Dans la société humaine, l'équité permet une discrimination positive adaptant les conséquences de la Loi (souvent générale) aux circonstances et à la singularité des situations et des personnes (spécificités historiques, socioculturelles liées aux passés et cultures individuelles).

La notion d'équité appelle celles d'impartialité et de justice, et se rapproche de celle d'égalité des chances[1] (relevant plutôt du domaine de l'éthique) tandis que la notion d'égalité se rapproche de l'égalité de traitement[1] (relevant plutôt du domaine de la morale), bien que ces notions soient proches.

Pour le philosophe et les évolutionnistesModifier

Le sens humain de l'équité, lié aux idéaux d'impartialité et de protection du bien commun, a longtemps été une énigme évolutive car semblant aller à l'encontre des intérêts à court terme d'au moins une partie des individus, notamment dans un monde réputé dominé par des processus de concurrence, de compétitivité ou du « combat pour la survie ».

Les éthologues ont montré que l'Homme n'est pas la seule espèce à éprouver le sens de l'équité ; des primates non humains et d'autres animaux en sont ou en semblent dotés. Et ce sens en favorisant la cohérence du groupe social et de la société semble être un avantage du point de vue de la sélection naturelle[2].

Equité et développement durableModifier

Dans le domaine du développement durable on parle aussi d'équité intergénérationnelle[3],[4], envers les jeunes ou plus âgés, ou envers les générations futures qui ne sont pas encore nées.

Equité linguistiqueModifier

Dans le domaine linguistique on parle d'équité linguistique[5], justice linguistique ou en anglais de linguistic justice[6]. Ce nouveau concept se traduit difficilement [7]. Un des experts internationaux dans ce domaine comme Philippe van Parijs définit "justice linguistique" en termes de diffusion de la langue la plus utilisée au monde. Michele Gazolla, un autre expert renommé dans le domaine plaide pour un multilinguisme plus équitable[8].

Michele Gazolla[9] et Philippe van Parijs[10] ont aussi analysé la justice linguistique sous l'angle économique.

Une idée, proposée par le linguiste américain Jonathan Pool (1987: 17) et développée par Philippe van Parijs (2003) et le linguiste allemand Ulrich Ammon (2012: 351), est de mettre en place un système de «compensation financière pour les non-anglophones par les anglophones… pour leur apprentissage linguistique et le temps supplémentaire dont ils ont besoin pour maîtriser une langue étrangère»[11].

«T.I.N.A[12] (There is no alternative) en linguistique» a des conséquences économiques, induit une moindre démocratie, instaure un déséquilibre rhétorique, scientifique, culturel etc. et est injustifiable en termes pédagogiques[13].

Domination linguistiqueModifier

Bien que des effets de la domination linguistique puissent être considérés comme banals et puissent rester incontestés, de nombreuses manifestations de domination linguistique peuvent en réalité être qualifiées d’injustices[14].

Les recherches concernant la domination linguistique prouvent, en termes de théorie politique normative, que

(1) la domination linguistique existe dans diverses situations;

(2) c'est une injustice et

3) elle devrait être éradiquée[15].

Voir aussi sous : discrimination linguistique.

Justice linguistique et l'Union EuropéenneModifier

Les 500 millions de citoyens de l'Union européenne partagent environ 80 langues différentes, mais certaines langues dominent en ligne, tandis que d'autres sont pratiquement exclues. L'utilisation créative des nouvelles technologies numériques se traduira par un meilleur accès pour un nombre important d'Européens qui parlent des langues qui ne sont souvent pas prises en charge par des plateformes telles que Siri ou Alexa, par exemple. Le rapport demande une série de politiques européennes visant à améliorer l'égalité des langues en Europe grâce à l'utilisation des nouvelles technologies[16].

Voir aussi : Difficulté de mise en œuvre du multilinguisme dans l'Union européenne

Déclaration pour un monde multilingueModifier

Nombre de linguistes ont publié en 2017 une 'Déclaration pour un Monde Multilingue' dans une quarantaine de langues[17] en ayant constaté que des millions de personnes à travers le monde se voient dénier leur droit fondamental à préserver, apprécier et développer la langue porteuse de l’identité de leur communauté. Ils suggèrent que cette injustice devrait être corrigée dans des politiques publiques soutenant des sociétés et des individus multilingues. Ils recommandent d’adopter un état d’esprit multilingue qui célèbre et promeuve la diversité linguistique comme une norme mondiale, qui lutte contre les discriminations linguistiques et développe des politiques publiques linguistiques en faveur du multilinguisme[18].

Equité et santé publiqueModifier

En santé publique, l’équité se rapporte à l’impartialité dans l’allocation de ressources ou le traitement des résultats entre différents individus ou groupes. Référence est généralement faite à l’équité horizontale et verticale.
L’équité horizontale s’applique communément à un « traitement égal de besoin égal ». Par exemple, l’équité horizontale en matière d’accès aux soins de santé implique l’accès équitable à tous quels que soient les facteurs comme le lieu, l’ethnicité ou l’âge.
En revanche, l’équité verticale porte sur la mesure dans laquelle les personnes dotées de caractéristiques différentes doivent être traitées différemment. Par exemple, le financement des soins de santé par le biais d’un régime d’assurance maladie peut exiger que, par solidarité, les personnes à revenus plus élevés contribuent davantage au système d’assurance que les personnes à revenus modestes.

La notion d’équité en santé publique soulève aussi la question des inégalités en matière de santé notamment les différences injustifiées qui sont observées alors qu’elles sont évitables[19].

Selon l'OMS, les hommes et les femmes doivent tous pouvoir améliorer ou préserver leur santé et leur bien-être[20].


Equité et économieModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Alcalde, Javier (2015), Linguistic Justice: An Interdisciplinary Overview of the Literature, Amsterdam Working Papers in Multilingualism #3. 2015, 27-96, 71 pages.
  • Ammon, Ulrich (2012) Linguistic inequality and its effects on participation in scientific discourse and on global knowledge accumulation – With a closer look at the problems of the second-rank language communities. Applied Linguistics Review 3(2): 333–355.
  • Cheffins BR & Armour J (2007) « The Eclipse of Private Equity », ECGI – Law Working Paper n° 082, april.
  • Tonkin, Humphrey (2005),The search for linguistic equality (en quête d'équité linguistique), Language Problems and Language Planning, Volume 39, Issue 3, p. 221 - 226, ISSN 0272-2690, E-ISSN: 1569-9889
  • Achleitner AK & Klöckner O (2005) http://www.econstor.eu/bitstream/10419/48428/1/577823078.pdfEmployment contribution of private equity and venture capital in Europe] (No. 2005-05). CEFS working paper series.
  • van Parijs, Philippe (2003) Linguistic justice. In: Will Kymlicka & Alan Patten (eds.) Language rights and political theory. Oxford: Oxford University Press. pp. 153-186.
  • Bolton GE & Ockenfels A (2000). ERC: A theory of equity, reciprocity, and competition. American economic review, 166-193.
  • Clément Valérie, Le Clainche Christine et Serra Daniel, Economie de la justice et de l'équité, Economica, Paris, 2008, 431 pages (IBSN 978-2-7178-5557-9)
  • Robbie W & Mike K (1998) Venture capital and private equity: a review and synthesis. Journal of Business Finance & Accounting, 25(5‐6), 521-570 (résumé)
  • Fama EF & French KR (1997) Industry costs of equity. Journal of financial economics, 43(2), 153-193.
  • Marc Fleurbaey, François Maniquet, Equality of Opportunity: The Economics of Responsibility, World Scientific Edition, 2012, préface par le prix Nobel d'économie Eric Maskin; (OCLC 939929190) (ISBN 9814368873)
  • Ohlson JA (1995). Earnings, book values, and dividends in equity valuation. Contemporary accounting research, 11(2), 661-687.
  • French KR& Poterba JM (1991) Investor diversification and international equity markets (No. w3609). National Bureau of Economic Research (résumé).
  • Pool, Jonathan (1987) Thinking about linguistic discrimination. Language Problems & Language Planning 11(1): 3–21.

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Glossaire associé à la Charte de la diversité en entreprise
  2. Sarah F. Brosnan1, & Frans B. M. de Waal (2014) Review : Evolution of responses to (un)fairness ; Vol. 346 no. 6207 DOI: 10.1126/science.1251776 Science 17 10 2014, en ligne 18 09 2014 (résumé)
  3. Hartwick JM (1977) Intergenerational equity and the investing of rents from exhaustible resources. American economic review, 67(5), 972-974.
  4. Solow, R. M. (1974). Intergenerational Equity and Exhaustible Resources. Review of Economic Studies, 41(5).
  5. Equité linguistique, Linguee
  6. (en) Matteo Bonotti & Yael Peled, The Substance of Linguistic Justice, Manchester Centre for Political Theory, le 15 mai 2015, consulté le 23 décembre 2018.
  7. (en) Tsutomu Ben Yagi, Is Linguistic Justice Translatable? On the Significance of Translation for Universal History (la justice linguistique est-elle traduisible? Sur l'importance de la traduction pour l'histoire universelle), TELOSscope, 1/4/2015.
  8. (en) Alcalde, Javier. Linguistic Justice: An Interdisciplinary Overview of the Literature (2015). Amsterdam Working Papers in Multilingualism #3, 27-96
  9. Michelle Gazolla, Exposé en Espéranto avec sous-titres en catalan sur le thème justice linguistique dans l'Union Européenne.
  10. La justice linguistique en Europe et dans le monde, Annuaire du Collège de France 2008-2009, consulté le 23 décembre 2018.
  11. (anglais) Asya Pereltsvaig, State-of-the-Art: Global Language Studies, Esperantic Studies Foundation,
  12. « T.I.N.A » (There is no alternative)
  13. Dominque C, Dans l'angle mort de la mondialisation ultra-libérale..., Médiapart, le 25 octobre 2015, consulté le 23 décembre 2018.
  14. (en) MIME- Mobility and inclusion in multilingual Europe (MIME-Mobilité et inclusion dans une Europe multilingue), p. 5, Europen Policy Brief, novembre 2017.
  15. (en) MIME- Mobility and inclusion in multilingual Europe (MIME-Mobilité et inclusion dans une Europe multilingue), Second Publishable Summary 1 Sep 2015 28 Feb 2017, p. 5 (PDF)
  16. (en) Jill Evans, Bridging the digital language divide (combler le fossé linguistique numérique, Alliance libre européenne au Parlement Européen 19/06/2018.
  17. (anglais) The Salzburg Statement for a Multilingual World, Salzburg Global Seminar, décembro 2017, consulté le 24 février 2018.
  18. La Déclaration de Salzbourg pour un monde multilingue
  19. MARGARET WHITEHEAD, « The concepts and principles of equity and health », Health Promotion International, vol. 6, no 3,‎ , p. 217–228 (ISSN 0957-4824 et 1460-2245, DOI 10.1093/heapro/6.3.217, lire en ligne, consulté le 19 juin 2019)
  20. OMS, comité régional de l’Europe, cinquante-huitième session, Tbilissi (Géorgie), 15-18 septembre 2008

Liens externesModifier