Énergie éolienne aux États-Unis

L’énergie éolienne aux États-Unis est en pleine progression. La production d'électricité grâce au vent connaît une croissance rapide dans le contexte de hausse des prix du pétrole et de réchauffement climatique, qui a poussé le gouvernement fédéral et de nombreux États à accorder des subventions à l'éolien, sous forme de crédits d'impôt et de certificats verts associés à des « normes de portefeuille d'énergie renouvelable » (Renewable portfolio standard - RPS).

Ferme éolienne près de Kewanee, Illinois, en 2013.

Les États-Unis se classaient en 2019 au 2e rang mondial derrière la Chine pour la production éolienne avec 21,2 % du total mondial. Les éoliennes ont produit 8,3 % de l'électricité du pays en 2020. En 2020, le pays est au 2e rang également pour la puissance installée éolienne avec 16,5 % du total mondial. Sa part de marché a été de 17,4 % sur l'année 2020.

La plupart des installations éoliennes sont construites dans le centre et le nord des États-Unis. En 2020, cinq États ont tiré du vent plus de 30 % de leur électricité : l'Iowa (57,5 %), le Kansas (43,3 %), l'Oklahoma (35,4 %), le Dakota du Sud (32,9 %), le Dakota du Nord (30,9 %) ; cinq autres dépassent 20 % : le Maine, le Nebraska, le Colorado, le Minnesota et le Nouveau-Mexique. Seize États ont dépassé le seuil de 10 % de production éolienne.

PotentielModifier

 
Potentiel éolien aux États-Unis, NREL, 2013.

Le territoire américain offre un bon potentiel éolien, surtout sur la côte du Pacifique au nord de San Francisco, dans les Grands Lacs, dans les Appalaches, dans les îles Aléoutiennes et surtout sur le piémont des Montagnes Rocheuses[1] où souffle le chinook.

Le NREL fournit des cartes plus précises, selon l'altitude et la région[2] et des cartes des ressources éoliennes offshore[3].

Cependant, les ouragans peuvent représenter une menace pour les éoliennes, notamment dans les états du sud[4],[5].

ProductionModifier

Évolution de la production d'électricité éolienne aux États-Unis[p 1]
Production annuelle en GWh depuis 1997
 
Production mensuelle d'électricité éolienne de à
source données : EIA[6].

Production d'électricité éolienne des trois pays leaders
Source : Agence internationale de l'énergie[7] ; 2019 : AIE et BP

La production d'électricité éolienne aux États-Unis atteint 337 510 GWh en 2020 (+14 %)[p 1], soit 8,3 % de la production nationale d'électricité[p 2]. La part de l'éolien a évolué très rapidement : elle n'était que de 0,3 % en 2003.

Les États-Unis étaient jusqu'en 2015 le plus grand producteur mondial d'électricité éolienne, mais en 2016 ils ont été dépassés par la Chine et se trouvent en 2019, selon BP, au 2e rang avec 303,1 TWh, soit 21,2 % de la production éolienne mondiale, contre 405,7 TWh pour la Chine (28,4 %)[8].

Les principaux États producteurs sont en 2020 le Texas (92,99 TWh, soit 27,6 % du total national), l'Iowa (34,15 TWh), l'Oklahoma (29,57 TWh), le Kansas (23,51 TWh), l'Illinois (17,11 TWh), la Californie (13,65 TWh), le Dakota du nord (13,18 TWh), le Colorado (12,73 TWh) et le Minnesota (12,24 TWh)[p 3].

Le facteur de charge (=puissance moyenne produite/puissance installée) des centrales éoliennes de taille commerciale a été de 35,4 % en 2020 contre 34,4 % en 2019 (29,7 % en 2010)[p 4], très élevé en comparaison des valeurs observées en Europe, ce qui indique que le potentiel éolien américain est excellent et surtout que les choix d'implantations sont beaucoup plus sélectifs qu'en Europe.

Puissance installéeModifier

 
Installations annuelles d'éoliennes aux États-Unis.

Les États-Unis se classent au 2e rang mondial pour la puissance installée éolienne avec 122 317 MW fin 2020 (loin derrière la Chine : 288 320 MW), soit 16,5 % du total mondial, alors que leur population ne représente que 4,5 % de la population mondiale. Cette puissance s'est accrue de 16 205 MW (+15,4 %) au cours de l'année 2020 (Monde : +14 %), soit 17,4 % du marché mondial. Cette progression record a été stimulée par la disparition programmée à la fin de 2020 du « Production Tax Credit » (PTC) ; les autorités fiscales ont cependant accordé un délai supplémentaires pour les projets mis en chantier en 2016 et 2017 mais retardés par la crise du COVID-19. Finalement, en décembre 2020, le Sénat a prolongé le PTC pour une année de plus avec un taux réduit à 60 % du taux plein[9].

Les États-Unis ont installé 9 143 MW en 2019 contre 7 588 MW en 2018 ; le marché a donc progressé de 20,5 %. La puissance installée du parc atteint 105 583 MW fin 2019. Les projets en cours de construction totalisent 22 115 MW et les projets à un stade avancé de développement 22 038 MW, dont 7 483 MW en offshore ; le volume de projets avancés a augmenté de 26 % en un an. Une autre tendance émergente est la croissance des contrats de vente directe d'électricité (en anglais : Power Purchase Agreement - PPA) entre producteurs et gros consommateurs d'électricité, qui permettent d'assurer la rentabilité des parcs éoliens grâce à la fixation d'un prix garanti sur une longue période ; les développeurs affirment avoir décroché 8 726 MW de PPA en 2019[10].

Les États-Unis se classaient au 2e rang mondial pour la puissance installée éolienne avec 105 466 MW fin 2019 (loin derrière la Chine : 236 402 MW), soit 16,2 % du total mondial. Cette puissance s'est accrue de 9 143 MW (+9,5 %) au cours de l'année 2019 (Monde : +10,1 %), soit 15,1 % du marché mondial[11].

En 2018, les États-Unis ont installé 7 588 MW contre 7 016 MW en 2017, soit une progression de 8,2 %. La puissance installée du parc atteignait 96 488 MW fin 2018. Les projets en cours de construction totalisaient 16 521 MW et les projets proches de leur lancement 18 574 MW. Le marché de la rénovation atteignait 1 344 MW[12].

Selon l'American Wind Energy Association (AWEA), les projets en cours de construction ou en développement avancé fin 2017 totalisent 28,7 GW, soit quatre fois les mises en service de 2017 et 34 % de plus que fin 2016. Les innovations de l'industrie éolienne ont permis d'abaisser les coûts de l'éolien d'année en année. Selon la banque d'investissement Lazard, le coût de l'éolien a diminué de 4 % durant l'année 2017 aux États-Unis, et la baisse cumulée de 2009 à 2016 atteint les deux tiers ; dans de nombreuses régions du pays, l'éolien est moins cher que les sources d'énergie conventionnelles, y compris sans incitations[13].

En 2013, les États-Unis ont installé seulement 1 084 MW contre 13 078 MW en 2012, le Production Tax Credit (PTC) expirant au 31/12/2012 ; or le Congrès n'a décidé sa reconduction que le , pour une année supplémentaire, alors que les investisseurs avaient cessé toute activité de montage de projet ; il a fallu attendre le quatrième trimestre pour que de nouveaux projets arrivent au stade de la mise en service ; le PTC apporte une incitation de 2,3 c$/kWh pendant dix ans[14].

C'est en 2008 que les États-Unis sont devenus le premier pays pour la capacité d’énergie éolienne avec 25 170 MW installés[15] devant l’Allemagne (23 902 MW) ; ce secteur employait alors 85 000 américains[16].

En 2007, la capacité éolienne installée aux États-Unis a augmenté de 45 % et 9 milliards de dollars ont été investis dans ce secteur ; les éoliennes fournissaient 1 % de l’électricité américaine[17].

Production par ÉtatModifier

 
Répartition des parcs éoliens aux États-Unis en 2018.
 
Carte des puissances installées éoliennes par État fin 2018 (source : AWEA).
 
Carte des puissances installées éoliennes par habitant fin 2017
 
Évolution de la production éolienne des cinq États leaders.

En 2020, cinq États ont tiré du vent plus de 30 % de leur électricité : l'Iowa (57,5 %), le Kansas (43,3 %), l'Oklahoma (35,4 %), le Dakota du Sud (32,9 %), le Dakota du Nord (30,9 %) ; cinq autres dépassent 20 % : le Maine, le Nebraska, le Colorado, le Minnesota et le Nouveau-Mexique. Seize États ont dépassé le seuil de 10 % de production éolienne[p 3],[p 5].

La plupart des nouvelles installations éoliennes sont construites dans le centre et le nord des États-Unis. La carte ci-contre donne les puissances installées par État en 2018.

Le tableau suivant donne, pour chacun des 41 États ayant des éoliennes, les capacités installées à la fin de 2020, la production éolienne 2020 et sa part en 2018 dans la production d'électricité de l'État :

État Puissance
installée
fin 2020 (MW)[p 6]
Production 2020 (GWh)[p 3] part prod
élec. en 2020[p 5]
Texas 30 224 92 989 19,6 %
Iowa 11 284 34 149 57,5 %
Oklahoma 9 318 29 572 35,4 %
Kansas 6 524 23 513 43,3 %
Illinois 6 329 17 111 9,9 %
Californie 6 027 13 645 7,0 %
Dakota du Nord 4 028 13 183 30,8 %
Colorado 4 717 12 727 23,5 %
Minnesota 4 309 12 240 21,6 %
Oregon 3 755 8 550 13,2 %
Washington 3 376 8 326 7,3 %
Nebraska 2 411 8 710 23,6 %
Nouveau-Mexique 2 558 7 190 20,9 %
Michigan 2 634 6 759 6,4 %
Indiana 2 940 6 541 7,3 %
Dakota du Sud 2 150 5 604 32,9 %
Wyoming 2 548 5 143 12,3 %
New York 1 986 4 952 3,8 %
Pennsylvanie 1 460 3 873 1,7 %
Missouri 1 982 3 425 4,7 %
Montana 873 2 992 12,6 %
Idaho 970 2 742 14,2 %
Maine 994 2 498 24,0 %
Ohio 852 2 299 1,9 %
Virginie-Occidentale 742 1 898 3,3 %
Wisconsin 320 1 781 2,9 %
Utah 390 803 2,2 %
Arizona 617 635 0,6 %
Hawaii 233 579 6,2 %
Maryland 190 546 1,5 %
Caroline du nord 208 546 0,4 %
New Hampshire 212 525 3,1 %
Vermont 150 384 16,2 %
Nevada 150 323 0,8 %
Massachusetts 106 268 1,5 %
Rhode Island 73 231 2,9 %
Alaska 61 163 2,8 %
Tennessee 29 54 0,07 %
New Jersey 8 22 0,04 %
Connecticut 1 12 0,03 %
Delaware 2 5 0,1 %
Total 117 744 337 510 8,3 %

Le Texas possède 25,7 % de la capacité totale des éoliennes du pays et produit 27,6 % de son électricité éolienne.

Organisation du secteurModifier

 
Parc éolien de Meyersdale sur la crête des Allegheny dans le sud de la Pennsylvanie, près de Meyersdale dans le comté de Somerset. Photo prise d'un planneur en avril 2007.

La plupart des parcs éoliens appartiennent à des producteurs indépendants d'électricité (IPPs pour Independent Power Producers) qui signent des contrats à long terme de fourniture d'électricité (PPAs pour Power Purchase Agreements) avec les fournisseurs d'électricité (electric utilities) ; cependant, au cours des dernières années, 10 à 20 % des projets réalisés chaque année appartiennent directement aux utilities[18].

Parmi les acquéreurs de la production éolienne, outre 65 utilities, on note des villes et des entreprises industrielles et commerciales ; 85 % de la capacité installée bénéficie de contrats à long terme, indispensables pour le financement de projets aux États-Unis[18]. En 2014, plus de 23 % des MW ayant fait l'objet de contrats à long terme ont été achetés par des entreprises ou autres entités autres que les utilities, dont Amazon, Microsoft, Yahoo, Walmart et la General Services Administration[19].

Plus de 500 usines fabriquent des composants pour les éoliennes en 2012 ; le contenu national des éoliennes installées aux États-Unis a progressé de moins de 25 % en 2005 à 67 % en 2011[18].

Les effectifs employés par l'industrie éolienne ont progressé de 22 500 équivalents temps plein (etp) en 2014 pour atteindre 22 500 etp fin 2014 ; en 2013, ils avaient perdu près de 30 000 etp à cause de l'incertitude sur le crédit d'impôt électricité. Ces emplois sont répartis sur l'ensemble du territoire, avec une densité plus élevée sur la moitié est du pays, mais aussi sur la côte ouest[19].

Les coûts ont baissé de 50 % entre 2009 et 2013 du fait des progrès techniques, depuis l'amélioration dans le choix des sites jusqu'à l'accroissement de la taille des éoliennes : en 2014, le diamètre moyen des rotors atteignait 99,7 mètres et la hauteur du mât 82,4 mètres[19].

GE Wind Energy était le 6e fabricant mondial d'éoliennes en 2011 avec une part de marché de 7,7 %[20].

En 2012, les parts de marché des principaux fabricants d'éoliennes étaient (sur l'ensemble du parc installé depuis l'origine)[21] :

  • GE Wind Energy : 40 % ;
  • Vestas : 19 % ;
  • Siemens : 14 % ;
  • Gamesa : 6,5 % ;
  • Mitsubishi : 6,5 % ;
  • Suzlon : 4,5 %

53 autres fabricants se partagent les 9,3 % restants.

Aides fiscales à l'éolienModifier

Le Congrès américain a voté le la prolongation des crédits d’impôt en faveur du solaire et de l’éolien ; les démocrates ont obtenu leur reconduction pour cinq ans, en contrepartie de la levée de l’interdiction faite, depuis plus de 40 ans, aux compagnies pétrolières américaines d’exporter leur production. Les avantages fiscaux en faveur de l’éolien s'étaient éteints fin 2014. L’énergie produite par les nouvelles éoliennes bénéficiera d’un crédit d’impôt de 2,3 $cents par kilowatt-heure d’électricité jusqu’à fin 2016, qui s’éteindra progressivement jusqu’en 2020. Cette décision déclenchera des investissements supplémentaires attendus à 35 milliards de dollars pour 19 GW dans l'éolien d’ici à 2020, selon Bloomberg New Energy Finance[22].

Fin 2019, le crédit d’impôt en faveur de la production éolienne (PTC : Production Tax Credit) a été prolongé jusqu'à la fin de 2020 ; les projets dont la construction commence en 2019 recevront un crédit d’impôt de 40 % contre 60 % pour ceux qui commencent en 2020. Le crédit d’impôt est de 2,5 US$cent/kWh sur dix ans[10].

Principaux parcs éoliensModifier

La base de données The Windpower recense 1 115 parcs éoliens américains totalisant 76 543 MW en [23], et donne leur liste exhaustive[24].

Principaux parcs éoliens en fonctionnement[21]
Nom du parc État MW* Nb turb.* Date m.s.* Propriétaire
Alta Wind Californie 1548[25] >500 2010-14 Terra-Gen Power
Shepherds Flat Oregon 845 338 2011-12 Caithness
Roscoe Texas 782 627 2008-09 E.ON Climate & Renewables
Horse Hollow Texas 736 421 2005-06 NextEra Energy Resources
Tehachapi Pass Californie 705 années 1980
Capricorn Ridge Texas 663 407 2007-08 NextEra Energy Resources
San Gorgonio Pass Californie 615 3218 années 1980
Altamont Pass Californie 606 4930 1981
Fowler Ridge Indiana 600 355 2008-10 BP/Dominion Resources
Sweetwater Texas 585 392 2003-07 Duke Energy/Infigen Energy
Cedar Creek Colorado 551 397 2007 Infigen Energy/BP Wind Energy
Ashtabula I-II-III Dakota du nord 331 218 2008-10 NextEra Energy Resources
Buffalo Gap Texas 523 296 2005-08 AES
Meadow Lake Indiana 501 303 2009-10 EDP Renewables
Flat Ridge 2 Kansas 470 294 2012 BP Wind Energy/Sempra Generation
Panther Creek Texas 458 305 2008-09 E.ON Climate & Renewables
Biglow Canyon Oregon 450 217 2005-10 Portland General Electric
Rolling Hills Iowa 444 193 2011 MidAmerican Energy Company
Crystal Lake[26] Iowa 416 224 2008-09 NextEra Energy Resources
Peñascal Texas 404 168 2010 Iberdrola
Lone Star Texas 400 200 2008 EDP Renewables
Windy Point/Windy Flats Washington 400 176 2009
Klondike Oregon 399 242 2001-08 Iberdrola
* MW : Capacité installée (MW) ; Nb turb. : nombre de turbines ; Date m.s. : date de mise en service.

Éolien offshoreModifier

Les États-Unis ont installé 12 MW d'éolien en mer en 2020 après 30 MW en 2019 ; leur parc éolien en mer atteint donc 42 MW fin 2020. Les enchères organisées en 2020 ont alloué 5,5 GW de projets dans les États du New Jersey, de New York et du Rhode Island[9].

Le marché offshore américain est en train d’émerger avec 5 projets en construction fin 2017 pour une puissance de 490 GW. MHI Vestas a investi 35 millions de dollars au dernier trimestre 2017 sur un site de l’université Clemson en Caroline du sud pour y tester sa prochaine turbine offshore de 9,5 MW[13].

En , Alstom a reçu l'ordre d'exécution officiel de la part des promoteurs du premier parc éolien offshore des États-Unis, Deepwater Wind, après le bouclage du montage financier. Situé à cinq kilomètres au large de Block Island, dans l’État de Rhode Island, ce parc éolien se composera de cinq éoliennes Haliade 150 de 6 MW d'Alstom[27]. Ce premier parc d'éoliennes offshore des États-Unis a été mis en service en , près de New York ; ses cinq éoliennes couvriront près de 90 % des besoins de l'île en électricité, économisant aux habitants le carburant du groupe électrogène au diesel qui alimente l'île. Le potentiel de développement de l'éolien offshore est estimé par le département de l'énergie à près de 54 GW sur les 300 GW nécessaires pour atteindre 20 % d'énergie éolienne en 2030. Plus de la moitié de la population américaine vit près des côtes, c'est là que sont la consommation et les bassins d'emploi ; mais les éoliennes en mer suscitent la résistance des ONG de défense de l'environnement ainsi que des résidents, tandis que le cadre réglementaire, éclaté entre les États, ouvre la voie aux litiges. Sur une vingtaine de projets à l'étude, plusieurs semblent enlisés depuis des années, comme l'emblématique projet Cape Wind, lancé au début des années 2000, qui prévoyait l'installation de 130 éoliennes au large du cap Cod, dans le Massachusetts[28].

En , le pétrolier britannique BP noue un partenariat avec le groupe norvégien Equinor pour développer en commun des projets éoliens déjà existants au large de New York et du Massachusetts[29].

Après la mise en service en du premier parc éolien en mer Block Island (30 MW), dans le Rhode Island, les projets se sont multipliés. Le NREL estime le potentiel technique de l'éolien en mer américain à 2 000 GW. Le Bureau of Ocean Energy Management (BOEM) est responsable de la gestion du développement des ressources offshore dans les eaux fédérales. En 2009, le Département de l'Intérieur (DOI) publie les réglementations définitives pour le programme d'énergies renouvelables du plateau continental extérieur (Outer Continental Shelf - OCS). Le BOEM a mis aux enchères 15 « baux commerciaux actifs » pour les projets éoliens en mer pouvant accueillir 21 GW. Les développeurs européens, dont Ørsted, Iberdrola et Equinor, ont emporté l'essentiel des enchères. BOEM prépare des enchères au large de New York, de la Caroline du sud, de la Californie et d'Hawaï et espère lancer celles de New York et de Californie fin 2020. Au niveau des États, la côte est attire une forte demande ; au moins dix États ont des projets à divers stades de développement, dont six ont des objectifs, atteignant un total de 25,4 GW : New York 9 GW, New Jersey 7,5 GW, Massachusetts 3,2 GW, Virginie 2,5 GW, Connecticut 2 GW, Maryland 2 GW. En , six États avaient déjà sélectionné 6 300 MW de projets éoliens en mer par des appels à candidatures : New York 1 696 MW, Massachusetts 1 604 MW, Connecticut 1 108 MW et New Jersey 1 100 MW. Les développeurs prévoient de mettre en service 10 603 MW de 2022 à 2026, dont 25 % en Virginie, 17,2 % à New York, 15,2 % au Massachusetts, 14 % en Caroline du nord et 10,4 % au New Jersey. Plus de 70 % de ces capacités seront contrôlées par les développeurs européens , dont Ørsted (2,5 GW), Iberdrola (2,3 GW), Equinor (816 MW), Copenhagen Infrastructure Partners (804 MW), EDPR (402 MW) et Shell (402 MW). Les fabricants de turbines sélectionnés sont Siemens Gamesa (4 366 MW), GE Renewable Energy (1 220 MW) et MHI Vestas (804 MW)[11].

En mars 2021, le président Joe Biden annonce un objectif de 30 GW d'éoliennes en mer pour 2030, et la mise en développement d'éolien en mer dans une zone d'eaux peu profondes (le New York - New Jersey Bight) entre Long Island et le sud du New Jersey, où des lots seront proposés fin 2021 ou début 2022[30].

En novembre 2021, au long de la côte Atlantique, 15 projets sont à l'étape des permis et 16 supplémentaires ont des baux sur des zones exclusives. Les développeurs et les industriels, pour la plupart européens, annoncent de nombreux investissements : usine de pales d'éoliennes en mer de Siemens Gamesa en Virginie, unité d'assemblage de plateformes d'Orsted allié à l'électricien Eversource dans le port de Providence (Rhode Island), usine de tours d'éoliennes du canadien Marmen et du danois Welcon dans le port d'Albany (New York), usine de fondations mono pieux de l'allemand EEW dans le New Jersey, usine de câbles pour l'éolien en mer du français Nexans sur son site de Charleston, en Caroline du Sud[31].

TexasModifier

 
Ferme éolienne dans le comté de Stirling, Texas, 2008.
 
Ferme éolienne de Green Mountain (Brazos Wind Farm) au Texas.

Le Texas est de loin le premier État producteur d’énergie éolienne du pays, avec 30 224 MW installés fin 2020, soit 25,7 % de la puissance installée éolienne du pays[p 6] et une production de 92 989 GWh, soit 27,6 % du total national[p 3] ; la part de l'éolien dans sa production d'électricité atteignait 19,6 % en 2020[p 5].

Les plus grands parcs éoliens texans sont :

EDF Énergies Nouvelles a mis en service en son cinquième parc éolien au Texas. Situé au nord de l'État, le parc éolien de Longhorn est composé de 100 turbines Vestas de 2 MW, pour une capacité installée totale de 200 MW. EDF EN exploite 872 MW dans l’État. Le Texas a représenté 37 % de la puissance installée en 2014 et l'éolien a fourni 10,6 % de son électricité. Le décollage de l’éolien au Texas a été amorcé grâce à un système de soutien mis en place en 1999, basé sur un crédit accordé aux producteurs d’énergies renouvelables, qui revendent la production aux fournisseurs locaux d’électricité, contraints d’avoir des approvisionnements en partie dé-carbonés. Des lignes à haute tension ont été construites entre l’ouest du pays, où se situe la ressource éolienne, et les grandes villes de l’Est[39]. Avec la mise en service en du parc éolien de Spinning Spur 3 (194 MW), la capacité éolienne installée d’EDF EN au Texas dépasse désormais le gigawatt. EDF EN va aussi construire d'ici fin 2016 le parc éolien de Tyler Bluff (123 MW), dans le comté de Cooke, au Texas, pour alimenter les usines de Procter & Gamble[40].

C'est en 2006 que le Texas est devenu le premier État producteur d’énergie éolienne du pays, devant la Californie[17]. À la fin 2007, les éoliennes installées au Texas développaient une puissance totale de 4 356 mégawatts, contre 2 439 mégawatts en Californie, et 1 300 mégawatts au Minnesota et en Iowa[41]. Des projets éoliens sont en cours d’étude au Texas : Shell et TXU Corporation prévoient de construire la plus grande ferme éolienne du monde d’une puissance de 3 000 mégawatts[41]. En 2008, le milliardaire texan T. Boone Pickens, magnat du pétrole, a commandé auprès de General Electric 667 turbines éoliennes pour deux milliards de dollars[42].

IowaModifier

L'Iowa est le deuxième État pour l'énergie éolienne avec 11 284 MW installés fin 2020[p 6] et une production de 34 149 GWh[p 3] ; la part de l'éolien dans sa production d'électricité atteignait 57,5 % en 2020[p 5].

Parmi ses principaux parcs éoliens, on note ceux de Rolling Hills (444 MW) et de Crystal Lake (416 MW).

OklahomaModifier

L'Oklahoma est le troisième État pour l'énergie éolienne avec 9 318 MW installés fin 2020[p 6] et une production de 29 572 GWh[p 3] ; la part de l'éolien dans sa production d'électricité atteignait 35,4 % en 2020[p 5].

KansasModifier

Le Kansas est le quatrième État pour la puissance installée éolienne avec 6 524 MW fin 2020[p 6] et pour sa production 2020 : 23 513 GWh[p 3] ; la part de l'éolien dans sa production d'électricité atteignait 43,3 % en 2020[p 5].

CalifornieModifier

 
Vue presque complète de la Ferme éolienne de San Gorgonio Pass, à l'extrémité occidentale de la vallée de Coachella, un des sites les plus ventés de la planète.
 
Carte des ressources éoliennes de la Californie à 50 m d'altitude.
 
Une petite partie du parc éolien Alta Wind vu de la route d'Oak Creek en août 2013.
 
Parc éolien de Tehachapi Pass, 2008.

La Californie est le sixième État pour la puissance installée éolienne avec 6 027 MW fin 2020[p 6] et pour sa production : 13 645 GWh[p 3] ; la part de l'éolien dans sa production d'électricité (hors solaire diffus) atteignait 7 % en 2020[p 5].

Quatre parcs éoliens de grande taille concentrent plus de la moitié de cette puissance :

  • Altamont Pass, construit dans les années 1970 à l'est de San Francisco, compte plus de 4 800 éoliennes de taille assez modeste, d'une capacité totale de 576 MW[43]. Il s'agit de la plus grande concentration d'éoliennes du monde (en nombre d'éoliennes)[44].
  • San Gorgonio Pass près de Palm Springs possède plus de 3 500 éoliennes[45] d'une capacité supérieure à 615 MW[46].
  • Tehachapi Pass dans le comté de Kern (sud de la Californie) produit avec ses 705 MW l'électricité nécessaire à 500 000 personnes[47].
  • Alta Wind, également dans la Tehachapi Pass, est en 2013 le plus grand parc éolien du monde avec 1 320 MW[48].

Le gouverneur de la Californie a signé en 2011 une loi qui relève l'objectif de part d'énergies renouvelables de l'État de 20 % à 33 % en 2020[18].

Notes et référencesModifier

  1. a et b p. 18.
  2. p. 13.
  3. a b c d e f g et h p. 48.
  4. p. 190.
  5. a b c d e f et g p. 25.
  6. a b c d e et f p. 147.

Autres références :

  1. (en) [PDF] « United States – Wind Resource Map », département de l'Énergie des États-Unis (consulté le )
  2. (en)Wind Potential Capacity, WindExchange (Programme éolien du département de l'Énergie).
  3. (en)Offshore 90-Meter Wind Maps and Wind Resource Potential, WindExchange.
  4. (en) Diane Cardwell, « Will Hurricanes Topple U.S. Wind Turbines? », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  5. (en) Stephen Rose, Paulina Jaramillo, Mitchell J. Small, Iris Grossmann et Jay Apt, « Quantifying the hurricane risk to offshore wind turbines », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 109, no 9,‎ , p. 3247–3252 (PMID 22331894, PMCID 3295275, DOI 10.1073/pnas.1111769109, Bibcode 2012PNAS..109.3247R).
  6. (en)Electricity - Generation, site EIA
  7. (en)Data and statistics : United States Electricity 2019, Agence internationale de l'énergie, 12 septembre 2020.
  8. [xls] Statistical Review of world energy - all data, (feuille 56), BP, juin 2020.
  9. a et b (en) « Global Wind Report 2021 » [PDF], Global Wind Energy Council (GWEC), , p. 46, 47 et 53
  10. a et b (en) « Wind energy barometer 2020 » [PDF], EurObserv'ER,
  11. a et b (en) « Global Wind Report 2019 » [PDF], Global Wind Energy Council (GWEC), , p. 44, 58-60
  12. (en) « Wind energy barometer 2019 » [PDF], EurObserv'ER,
  13. a et b [PDF] Baromètre éolien 2018, EurObserv'ER, février 2018.
  14. [PDF] EurObserv'ER Baromètre éolien 2013 (février 2014)
  15. (en) [PDF] « Wind Power Today », département de l'Énergie des États-Unis (consulté le )
  16. (en) « US and China in race to the top of global wind industry », Global Wind Energy Council, (consulté le )
  17. a et b (en) Clifford Krauss, « Move Over, Oil, There’s Money in Texas Wind », The New York Times, (consulté le )
  18. a b c et d [PDF] (en) « Global Wind Report 2012 - Annual market update », Global Wind Energy Council, (consulté le ), p. 66 à 69
  19. a b et c (en) Ten top trends for wind power in 2014
  20. (en)Gamesa back in wind top-five as GE drops out - analysts, site ReCharge consulté le 15 juin 2014.
  21. a et b (en)AWEA U.S. Wind Industry Annual Market Report 2012, sur le site de l'AWEA consulté le 28 octobre 2013.
  22. Solaire : de nouvelles aides vont doper le marché américain, Les Échos, 19 décembre 2015.
  23. (en) Countries, The Windpower, consulté le 13 mars 2016.
  24. (en) - USA, The Windpower, consulté le 13 mars 2016.
  25. (en)Natural gas, solar, and wind lead power plant capacity additions in first-half 2014, EIA, 9 septembre 2014.
  26. (en)Crystal Lake I, II & III Wind Energy Center, NextEra Energy Resources.
  27. Alstom - Feu vert pour Haliade aux États-Unis, Énergies renouvelables, 17 mars 2015.
  28. Les États-Unis installent leur première ferme en mer, Les Échos, 19 août 2016.
  29. Le géant pétrolier BP se lance dans l'éolien en mer via un partenariat avec Equinor aux États-Unis, Les Échos, 10 septembre 2020.
  30. Joe Biden adoube le développement de l'éolien en mer aux États-Unis, Les Échos, 30 mars 2021.
  31. Éolien en mer : les États-Unis jettent les bases d'une filière industrielle, Les Échos, 14 novembre 2021.
  32. (en)E.ON completes world's largest wind farm in Texas, sur Reuters consulté le 28 octobre 2013.
  33. (en)Horse Hollow I, II & III Wind Energy Centers, sur le site de NextEraEnergy consulté le 28 octobre 2013.
  34. (en)Capricorn Ridge Wind Energy Center, sur le site de NextEraEnergy consulté le 28 octobre 2013.
  35. (en)Sweetwater Windpower, sur le site de Duke Energy consulté le 28 octobre 2013.
  36. (en)AES Adds 170 MW to Buffalo Gap Wind Farm, sur Reuters consulté le 28 octobre 2013.
  37. (en)E.ON completes giant 458 MW wind farm in USA, sur le site REVE consulté le 28 octobre 2013.
  38. (en)Iberdrola Opens 404-MW Penascal Wind Farm, sur le site Renewable Energy World consulté le 28 octobre 2013.
  39. États-Unis - EDF Énergies Nouvelles approche le gigawatt au Texas, La lettre des énergies renouvelables du 11/06/2015.
  40. Éolien - Le rêve texan d'EDF EN, La lettre des énergies renouvelables du 28/10/2015.
  41. a et b (en) Clifford Krauss, « Move Over, Oil, There’s Money in Texas Wind », The New York Times (consulté le )
  42. « La croisade pour les énergies vertes d'un milliardaire texan » dans Le Figaro du 11-07-2008, [lire en ligne]
  43. Armelle Vincent, « Californie, la passion de l'écologie », dans Géo n°356, octobre 2008, p.53
  44. (en) « Wind Plants of California's Altamont Pass », Institut für Luft- und Raumfahrt Berlin (consulté le )
  45. (en) « Wind Plants California's San Gorgonio Pass », Institut für Luft- und Raumfahrt Berlin (consulté le )
  46. (en) « U.S. Wind Energy Projects – California », American Energy Wind Association (consulté le )
  47. (en) « Wind Plants of California's Tehachapi Pass », Institut für Luft- und Raumfahrt Berlin (consulté le )
  48. (en)World's Largest Wind Project is Underway, sur le site Renewable Energy World consulté le 28 octobre 2013.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier