Élisabeth Parmentier

théologienne française et professeure à l'Université de Genève

Élisabeth Parmentier, née en 1961, est une théologienne protestante française et une professeure de théologie pratique à l'université de Genève. Elle est spécialiste de théologie féministe.

Élisabeth Parmentier
Elisabeth Parmentier 2019.jpg
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Elisabeth GangloffVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Directeur de thèse
Œuvres principales
  • Les Filles prodigues : défis des théologies féministes (1999)
  • L’Écriture vive. Interprétations chrétiennes de la Bible (2004)
  • Une bible des femmes (2018)

BiographieModifier

Élisabeth Parmentier obtient une maîtrise en germanistique en 1982, puis elle fait ses études à la faculté de théologie protestante de Strasbourg, où elle obtient son master en 1985[1]. Elle est ordonnée pasteure dans l'Église protestante de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine en 1988[2]. Elle soutient en 1996 une thèse de doctorat, intitulée Les Filles prodigues. Éléments pour un dialogue entre les théologies féministes et la théologie classique, sous la direction d'André Birmelé[3]. Elle est nommée maître de conférences à la faculté de théologie protestante de Strasbourg en 1996. Elle obtient son habilitation universitaire en 1999, puis est nommée professeure en 2000[4]. Depuis 2015, elle est professeure ordinaire à la faculté de théologie protestante de l'université de Genève[5], première titulaire de la chaire Irène Pictet fondée pour l'enseignement de la théologie pratique en Suisse romande[6]. En 2018, elle est vice-doyenne de la faculté de théologie[1].

Activités de recherche et éditorialesModifier

Élisabeth Parmentier est l'auteure de plusieurs travaux consacrés aux femmes dans la Bible et à la théologie féministe[7],[8]. Dans le cadre d'un travail de réécriture de la Bible, elle codirige, avec la théologienne catholique canadienne Pierrette Daviau, un comité d’une vingtaine de femmes théologiennes, protestantes et catholiques francophones[9]. L'intitulé de l'ouvrage, Une bible des femmes, est une référence au travail d'exégèse critique réalisé à la fin du XIXe siècle par la suffragiste et écrivaine féministe Elizabeth Cady Stanton[10] et publié sous l'intitulé Woman’s Bible en 1895 et 1898[11].

PublicationsModifier

  • Les Filles prodigues : défis des théologies féministes, Labor et Fides, 1999, coll. Lieux théologiques, 279 p. (ISBN 2-8309-0907-0)
  • L’Écriture vive. Interprétations chrétiennes de la Bible, Genève, Labor et Fides, 2004, 285 p.
  • Catholiques et protestants, théologiens du Christ au XXe siècle, avec Michel Deneken, Paris : Mame-Desclée, 2009, 565 p. (ISBN 9782718909905)
  • Pourquoi prêcher ? Plaidoyers catholique et protestant pour la prédication, avec Michel Deneken, Labor et Fides, 2010, 272 p.
  • Marthe et Marie en concurrence ? Des Pères de l’Église aux commentaires féministes, avec Pierrette Daviau, Montréal, Médiaspaul, 2012, 181 p. compte rendu
  • (co-dir.) Une bible des femmes, avec Pierrette Daviau & Lauriane Savoy, Labor et Fides, 2018 (ISBN 978-2830916638)

RéférencesModifier

  1. a et b « Parmentier Elisabeth », sur unige.ch, Université de Genève — Faculté de théologie (consulté le 28 novembre 2018).
  2. « Élisabeth Gangloff Parmentier », sur unistra.fr, Faculté de théologie protestante — Université de Strasbourg (consulté le 28 novembre 2018).
  3. Thèse de doctorat de sciences religieuses, université de Strasbourg-2, 1996 notice du Sudoc [1].
  4. Décret du 29 janvier 2001, Journal officiel [2].
  5. « Leçon inaugurale d'Élisabeth Parmentier. Les Églises issues de l’immigration: un sujet de théologie pratique », sur unige.ch, (consulté le 30 novembre 2018).
  6. « UNIGE créera deux chaires de théologie à la rentrée 2015 », sur tdg.ch, Tribune de Genève, (consulté le 1er décembre 2018).
  7. Élisabeth Parmentier, « Féminisme et christianisme », dans Béatrice Didier, Antoinette Fouque, Mireille Calle-Gruber (éd.), Le Dictionnaire universel des créatrices, Paris, Éditions des femmes, (lire en ligne).
  8. [compte rendu] Denis Fricker, « Pierrette Daviau, Élisabeth Parmentier, Marthe et Marie en concurrence ? Des Pères de l’Église aux commentaires féministes », Revue des sciences religieuses, vol. 87, no 2,‎ , p. 253-265 (lire en ligne, consulté le 30 novembre 2018).
  9. Laurence Villoz, « La Bible à la lumière du féminisme », sur protestinfo.ch, (consulté le 1er décembre 2018).
  10. Ann D. Gordon, « Stanton, Elizabeth Cady (12 November 1815–26 October 1902) », dans American National Biography, (lire en ligne).
  11. « A l’heure de #metoo, des théologiennes publient une « Bible des femmes » », sur lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 28 novembre 2018).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier