Ouvrir le menu principal

Élie de Dampierre

personnalité politique française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Maison de Dampierre.
Elie de Dampierre
Fonctions
Président
Société des agriculteurs de France
-
Député
Landes
-
Député
Landes
-
Député
Landes
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Père
Autres informations
Membre de

Jean-Baptiste-Élie-Adrien-Roger, marquis de Dampierre (, Astaffort - , Paris), est un homme politique français.

Sommaire

BiographieModifier

Fils d'Aymar de Dampierre et de Marie Charlotte d'Abbadie de Saint-Germain, il fit ses études secondaires au collège Stanislas ; il étudia le droit, et voyagea pendant quelques années à l'étranger. Il était de tradition légitimiste et soutint la duchesse de Berry[1].

Riche propriétaire, enrichi encore par son mariage avec Henriette Barthélemy[1], qui lui apporta le domaine du Vignau dans les Landes[2], il se présenta sans succès aux élections de 1836 et de 1842, comme candidat de l'opposition à la fois royaliste et libérale.

Il fut élu, le 23 avril 1848, représentant des Landes à l'Assemblée constituante. Il siégea à droite et vota régulièrement avec les conservateurs. Il soutint d'abord, avec la majorité parlementaire, le gouvernement présidentiel de Louis-Napoléon Bonaparte, et continua cette politique à l'Assemblée législative, où il fut réélu représentant des Landes.

Il se montra favorable à toutes les lois répressives votées par les conservateurs monarchistes, et ne se sépara du prince président qu'à la veille du coup d'État du 2 décembre 1851. Il fut du nombre des représentants qui protestèrent à la mairie du 10e arrondissement de Paris.

Aux élections du Corps législatif, le 29 février 1852, Dampierre échoua comme candidat indépendant, dans la 2e circonscription des Landes. Il rentra alors dans la vie privée y resta pendant toute la durée de l'Empire, et n'en sortit que pour se faire élire, le 8 février 1871, représentant des Landes à l'Assemblée nationale. Il fit partie de la réunion Colbert en même temps que du Cercle des Réservoirs.

Il avait été élu, le 8 octobre 1871, conseiller général pour le canton de Grenade (Landes).

PublicationsModifier

  • Races bovines de France, de Suisse d'Angleterre et de Hollande (1849) ;
  • Les eaux-de-vie de Cognac (1855) ;
  • Le R. P. de Ravignan (1858) ;
  • De la culture de la vigne et de la convenance de l'épamprage dans le département de la Charente-Inférieure (1863) ;
  • Lettre sur l'invention de MM. Petit et Robert (1867) ;
  • La réorganisation des haras (1874).

Notes et référencesModifier

  1. a et b Dictionnaire des parlementaires d'Aquitaine sous la IIIe République, p. 378.
  2. Le Vignau, près de Lussagnet, comprenait, outre le château, six métairies et un moulin.

BibliographieModifier

Liens externesModifier