Élection présidentielle fidjienne de 2021

Élection présidentielle fidjienne de 2021
Corps électoral et résultats
Inscrits 51
Votants 51
100 %
Votes blancs et nuls 0
Transparent - replace this image male on Infobox lightgrey background.svg
Wiliame Katonivere – Fidji d'abord
Voix 28
54,90 %
Teimumu Kepa.jpg Teimumu Kepa – Sodelpa
Voix 23
45,10 %
Président
Sortant Élu
Jioji Konrote
Indépendant
Wiliame Katonivere
Fidji d'abord

L'Élection présidentielle fidjienne de 2021 a lieu au suffrage indirect le afin d'élire le président des Fidji[1].

Le président sortant Jioji Konrote n'est pas éligible à sa succession, la constitution limitant à deux le nombre de mandat présidentiels.

Wiliame Katonivere est élu avec le soutien du parti Fidji d'abord du Premier ministre Frank Bainimarama.

ContexteModifier

Élu en octobre 2015 sur proposition du Premier ministre Frank Bainimarama, Jioji Konrote est le premier chef de l'État à l'être sous la Constitution de 2013, qui attribue au président des fonctions principalement cérémonielles et symboliques[2]. Il est le premier président fidjien à ne pas être iTaukei, c'est-à-dire autochtone mélanésien. Il est également le premier à ne pas être issu de l'aristocratie et à ne pas avoir un titre de chef coutumier[3]. Il est investi dans ses fonctions le suivant.

Le , il est réélu sans opposition par le Parlement, l'opposition parlementaire ayant jugé prématurée l'élection, le mandat du président ne devant s'achever qu'en novembre. Les membres du Parti libéral social-démocrate (Sodelpa) refusent par conséquent de prendre part au vote, et aucun candidat n'est proposé par l'opposition[4].

Après deux mandats de trois ans, Jioji Konrote n'est pas éligible à sa succession, la constitution limitant à deux le nombre de mandat présidentiels. Le 15 août 2021, le Premier ministre Voreqe Bainimarama confirme la tenue du scrutin présidentiel avant fin novembre. Le contre-amiral Viliame Naupoto et le chef de la Province de Macuata Aisea Katonivere sont jugés favoris parmi les candidats du gouvernement, l'ancien ministre Epeli Ganilau étant quant à lui attendu comme candidat de l'opposition pour la seconde fois[5].

Mode de scrutinModifier

Le président de la République est élu au suffrage indirect uninominal majoritaire à un tour par le Parlement pour un mandat de trois ans reconductible une fois. Le Premier ministre et le chef de l'opposition proposent chacun un candidat aux députés, qui procèdent ensuite au vote, au cours duquel le candidat réunissant le plus de voix l'emporte. En cas d'égalité, un second tour est organisé le lendemain. Si l'égalité persiste après trois tours de scrutin, le candidat proposé par le Premier ministre l'emporte. Si le Premier ministre et le chef de l'opposition s'accordent sur un même candidat, celui ci devient président sans qu'il ne soit procédé à un vote. Tous les candidats sont obligatoirement indépendants, sans appartenance à un parti politique[6].

RésultatsModifier

Résultats[7]
Candidats Partis Voix %
Wiliame Katonivere Fidji d'abord 28 54,90
Teimumu Kepa Sodelpa 23 45,10
Votes valides 51 100,00
Votes blancs et nuls 0 0,00
Total 51 100,00
Abstention 0 0,00
Inscrits / participation 51 100,00

SuitesModifier

Le candidat du Premier ministre Frank Bainimarama, Wiliame Katonivere, président du parti Fidji d'abord, est élu avec 28 voix sur 51 contre 23 à son opposante, Teimumu Kepa, nominée par la cheffe de l'opposition Lynda Tabuya[8]. Katonivere parvient notamment à reccueillir une voix de plus que le total des 27 membres du parti de la majorité, Fidji d'abord, un député de l'opposition — Mosese Bulitavu, du Parti libéral social-démocrate — ayant voté pour lui[9]. Il devient également le plus jeune président de l'histoire des Fidji[10].

L'élection est critiquée par l'ancien premier ministre Mahendra Chaudhry en raison de l'appartenance des candidats à des partis politique, là ou la constitution impose au président d'être apolitique. Wiliame Katonivere doit de fait démissionner de la présidence de Fidji d'abord avant son investiture. L'ancien premier ministre Sitiveni Rabuka se réjouit quant à lui de l'élection d'un chef traditionnel[11].

RéférencesModifier

  1. (en) Fijivillage, « Parliament to elect and appoint Fiji’s new President on Friday 22nd Oct », sur www.fijivillage.com (consulté le ).
  2. « Fidji élit un nouveau Président », sur TAHITI INFOS, les informations de Tahiti (consulté le ).
  3. (en) "New Fiji president seen as beginning of new era", Radio New Zealand, 13 octobre 2015
  4. (en) "Konrote reappointed Fiji's president", Radio New Zealand, 31 août 2018
  5. (en) « President Konrote Ends Term In November », sur fijisun.com.fj (consulté le ).
  6. (en) Constitution de la République des Fidji, 2013
  7. (en) « Ratu Wiliame appointed as Fiji’s President elect », sur FijiTimes (consulté le ).
  8. (la) « Ratu Wiliame is Fiji’s new President », sur FijiTimes (consulté le ).
  9. (en) Fijivillage, « I voted for Ratu Wiliame Katonivere to be the next President to represent the wishes of those that had sent me to Parliament both in 2014 and 2018 - Bulitavu », sur www.fijivillage.com (consulté le ).
  10. (la) « Ratu Wiliame Katonivere is Fiji’s new President », sur pina.com.fj, (consulté le ).
  11. (en) « Rabuka lauds appointment of Fiji’s new head of State », sur FijiTimes (consulté le ).