Parlement des Fidji

Parlement
Parliament (en)
Palimedi (fj)
Sansada (hif)

XIIIe législature

Description de l'image Government_Buildings_Fiji_August_2014.jpg.
Présidence
Président Epeli Nailatikau (Indépendant)
Élection
Description de cette image, également commentée ci-après
Composition actuelle.
Groupes politiques
Élection
Système électoral Scrutin proportionnel uninominal à liste ouverte
Dernière élection 14 novembre 2018
Description de cette image, également commentée ci-après
Photographie du lieu de réunion.
Divers
Site web (en) parliament.gov.fj

Le Parlement est le corps législatif des Fidji. Le Parlement dans sa forme et ses locaux actuels date de 2014.

Les fonctions du Parlement sont définies par la Constitution adoptée en 2013. Le Parlement, élu tous les quatre ans (art. 58) au suffrage universel et au scrutin proportionnel uninominal à liste ouverte (art. 53) exerce le pouvoir législatif (art. 46). Tout député peut déposer une proposition de loi (art. 47). Toute loi adoptée par le Parlement est présentée au président de la République, qui lui donne automatiquement son accord ; dans cette république parlementaire, le président, dont les fonctions sont purement cérémonielles, n'a pas de droit de véto (art. 48)[1].

Le Parlement élit le Premier ministre (art. 93) et le président de la République (art. 85), ainsi que le président du Parlement (art. 77). En accord avec le principe de gouvernement responsable, le Premier ministre et son Cabinet sont redevables au Parlement, et doivent se soumettre à ses questions (art. 91). Le Parlement peut démettre le Premier ministre et son Cabinet par une motion de censure (art. 94).

HistoireModifier

Lors de l'indépendance des Fidji en 1970, le Parlement succède au Conseil législatif de l'ère coloniale britannique. Les premières élections ont lieu en 1972. De cette date jusqu'en 2006, le Parlement est composé d'une Chambre des Représentants (élue) et d'un Sénat (dont les membres sont nommés par diverses instances). La Chambre des Représentants exerce l'essentiel du pouvoir législatif, et contrôle le gouvernement, qui en est une émanation ; il se conforme ainsi au système de Westminster. Les sièges sont toutefois en grande partie répartis selon un système de quotas ethniques, entre les Fidjiens autochtones, les Indo-Fidjiens (descendants d'immigrés indiens) et les diverses communautés plus petites.

Le gouvernement dirigé par Voreqe Bainimarama à la suite du coup d'État militaire de décembre 2006 affirme notamment sa volonté de bannir les considérations ethniques de la vie politique. La nouvelle Constitution qu'il introduit en 2013 prévoit la création d'un Parlement monocaméral (appelé « Parlement »), constitué de cinquante députés élus au suffrage universel direct, au scrutin de liste proportionnel dans une unique circonscription nationale, sans quotas ethniques. La durée d'une législature serait de quatre ans, sauf dissolution anticipée par le président de la République, sur demande du premier ministre ou des deux tiers des députés[1]. C'est ce nouveau Parlement qui est élu pour la première fois lors des élections législatives de septembre 2014.

Mode de scrutinModifier

Le Parlement est élu au suffrage universel direct via une forme de scrutin proportionnel. Il y a une seule circonscription électorale couvrant l'ensemble du pays. Chaque citoyen vote pour un candidat spécifique, appartenant à un parti politique ou bien indépendant. Chaque bulletin reçu par un candidat est comptabilisé également comme une voix favorable au parti dont il est membre. Les cinquante-et-un sièges à pourvoir sont alors répartis entre les partis (et les candidats indépendants) proportionnellement au nombre de voix recueillis par leurs candidats respectifs. Pour chaque parti, les sièges obtenus sont alloués aux candidats dans l'ordre du nombre de suffrages obtenus par chaque candidat individuellement. Un parti politique ou un candidat indépendant doit obtenir au moins 5 % des suffrages au plan national pour être représenté au Parlement[2].

Le droit de vote s'acquiert à l'âge de 18 ans, et voter n'est pas obligatoire[2].

PouvoirsModifier

Après les élections, la nouvelle assemblée procède à l'élection du président du Parlement. En application de l'article 93 de la Constitution, si un parti dispose d'une majorité absolue des sièges au Parlement, le chef de ce parti devient Premier ministre, à condition d'avoir lui-même été élu député. Si aucun parti n'a de majorité claire, le Parlement procède à l'élection d'un Premier ministre parmi ses membres. En vertu du principe de gouvernement responsable, le Parlement peut démettre le Premier ministre de ses fonctions à tout moment[3].

RéférencesModifier