Édit de Nemours

L'édit de Nemours est un texte de loi révoquant tous les édits de tolérance qui existent en faveur des protestants, signé à Nemours par Henri III le 7 juillet 1585.

ContexteModifier

Le , le duc d'Anjou, François d'Alençon meurt. Henri III, n'a pas d'enfant et il est douteux qu'il en ait un jour. Le successeur légitime devient le chef du parti protestant de Navarre[1]. Les catholiques ne veulent en aucun cas d'un souverain protestant qui risquerait d'imposer sa religion à tout le royaume. Ils cherchent à faire adopter une nouvelle condition à l'accès au trône, être catholique[2]. Au printemps 1585, la Sainte Ligue revigorée prend le contrôle de nombreuses villes. Tentant de contrôler la Ligue, Henri III s'en déclare le chef le . Pour donner des gages à la ligue, il publie l'édit de Nemours qui l'oblige à rompre avec le roi de Navarre.

Le texteModifier

Henri III révoque tous les édits de tolérance précédents : l'exercice du culte protestant est interdit. Les protestants doivent abjurer ou s'exiler. Les ministres protestants doivent sans délais quitter le royaume sous peine de mort. Henri de Navarre et Condé sont déclarés inaptes à la succession au trône[2].

ConséquencesModifier

Cet édit marque le début de la Huitième guerre de Religion, qui dure jusqu’en 1598 et l'édit de Nantes pour mettre fin aux troubles qui secouèrent le royaume de France.

Notes et référencesModifier

  1. Jean Delumeau, Renaissance et discordes religieuses in L'histoire de France, sous la direction de Georges Duby, Larousse, 2007, p 478
  2. a et b Michel Péronnet, Le XVIe siècle, Hachette U, 1981, p 292

BibliographieModifier

Huitième guerre de Religion (1585–1598)
Traité de Nemours - Bataille de Jarrie - Bataille de Coutras - Bataille de Vimory - Bataille d'Auneau - Bataille d'Arques - Bataille d'Ivry - Bataille de Craon - Bataille du Port-Ringeard - Bataille de Fontaine-Française - Édit de Nantes