Ouvrir le menu principal

L'expression économie présentielle est une notion forgée par Laurent Davezies[1] et Christophe Terrier[2] pour décrire une économie basée sur la population réellement présente sur un territoire qui peut varier rapidement, et qui à la fois produit et consomme. Elle se distingue de l'analyse économique classique qui est basée sur les lieux de production traditionnels (usines, services, etc.).

Le terme est également utilisé par l'Insee[3].

Sommaire

Une nouvelle approche de l'économie régionaleModifier

La science économique régionale, encore nommée géographie économique, se partage en deux approches : l’une prend pour objet principal la localisation des firmes sur le territoire (économie productive), l’autre est centrée sur les populations qui habitent sur ce territoire (économie résidentielle). L’économie résidentielle est basée sur l’idée que la population qui réside sur un territoire génère une activité économique en même temps que des besoins de service.

Le développement de la mobilité – et en particulier du tourisme - dans le monde moderne modifie notablement le fonctionnement de l'économie présentielle car la population réellement présente sur le territoire devient variable, formée pour partie de résidents et pour partie de séjournants. Cette évolution marque une dissociation significative entre temps et lieux de production et temps et lieux de consommation. Il devenait dès lors nécessaire d’adopter un nom qui ne fasse plus référence aux seuls résidents - qui peuvent eux-mêmes être temporairement absents du territoire - mais plutôt à l’ensemble des personnes présentes.

À Laurent Davezies qui travaillait sur cette problématique, Christophe Terrier a proposé, en 2002, le nom d’économie présentielle. La première publication utilisant ce terme d’économie présentielle a été présentée par Laurent Davezies au colloque de l’ASRDLF (association régionale de langue française) en septembre 2004. Les travaux de la direction du Tourisme sur l’estimation de la population présente (première publication en mars 2005) ont constitué un apport majeur pour le développement des travaux sur ce nouveau concept. Les travaux de l’Insee sur l’estimation de l’emploi généré par la présence de touristes représentent une nouvelle étape (2006).

Traduction en anglaisModifier

Le terme « économie présentielle » peut se traduire en anglais par « in-place economy ». Cette traduction est proposée dans le cadre de l'édition de la deuxième version du Thésaurus multilingue du tourisme et des loisirs en cours d'élaboration par l'administration française du tourisme et l'Organisation mondiale du tourisme.

Notes et référencesModifier

SourcesModifier

  • Davezies Laurent, 2004, Temps de la production et temps de la consommation : les nouveaux aménageurs du territoire ? in Futuribles n° 295, mars 2004
  • Terrier Christophe, Sylvander Marguerite, Khiati Abdel, Moncere Véronique, 2005, Population présente : méthodes de détermination à partir des enquêtes sur les touristes.Communication aux Journées de Méthodologie Statistique de l’Insee – 15 mars 2005
  • Terrier Christophe, 2006, L’économie présentielle, un outil de gestion du territoirein Cahiers ESPACES, numéro spécial Observation et Tourisme (www.revue-espaces.com)
  • Terrier Christophe (dir) 2006, édition Direction du Tourisme, Mobilité touristique et population présente – Les bases de l’économie présentielle des départements.
  • Baccaïni Brigitte, Thomas Gwenaëlle, Khiati Abdel, 2006, L’emploi salarié dans le tourisme : une nouvelle estimation, Insee Première n°1099, août 2006

Voir aussiModifier