Ouvrir le menu principal

Yves Alexandre de Marbeuf

prélat catholique
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marbeuf.

Yves Alexandre de Marbeuf
Image illustrative de l’article Yves Alexandre de Marbeuf
Biographie
Naissance
Rennes (France)
Ordre religieux Ordre de Saint-Benoît
Ordination sacerdotale
Décès
Lübeck
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par
Mgr Antoine de Malvin de Montazet
Dernier titre ou fonction Archevêque de Lyon
Fonctions épiscopales Évêque d'Autun
Archevêque de Lyon
Autres fonctions
Fonction religieuse
Abbé de Saint-Jacut
Abbé du Bec

Ornements extérieurs Archevêques.svg
Blason fam fr Kerboudel.svg
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Yves Alexandre de Marbeuf, né le à Rennes et mort le à Lübeck, ecclésiastique et homme politique français.

Sommaire

BiographieModifier

Claude-François-Marie de Marbeuf, chevalier, seigneur du Gué, de Laillé et du Gaylieu est le père d'Yves-Alexandre[1]. Son oncle est le Comte de Marbeuf, protecteur de Napoléon Bonaparte dans sa jeunesse. La mère d'Yves Alexandre meurt alors qu'il n'a que 6 mois. Il entre dans un pensionnat à Rennes. Lorsqu'il a 12 ans son père le met au collège du Plessis. Il reçoit la tonsure en 1748. Il entre au chapitre de Lyon en 1752, tout en restant élève au collège du Plessis. Il est prêtre en 1759 et nommé vicaire général de Rouen. Il est député à l'assemblée du clergé de 1760.

Abbé commendataire de l'Abbaye de Saint-Jacut en 1761 il est nommé évêque d'Autun le 19 avril 1767, siège qu'il occupe jusqu'en 1788 ; son successeur est le fameux Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord.
Il accède alors au lucratif siège archiépiscopal de Lyon (50 000 livres de rente annuelle). Il avait également reçu en 1782 l'abbaye du Bec, dont il devait être le dernier abbé.

Sous l'Ancien Régime, il fut ministre de la feuille des bénéfices, qui gérait l'attribution des postes ecclésiastiques en France.

Mgr de Marbeuf, contre-révolutionnaireModifier

Dès les premiers temps révolutionnaires, Marbeuf se pose en conservateur. Il n'est pas opposé aux États généraux, mais s'élève vigoureusement contre la Constitution civile du clergé[2].

Il décide d'émigrer et il est remplacé sur le siège de Lyon par l'évêque jureur Antoine-Adrien Lamourette, mais, aux yeux de l'Église catholique, Mgr Marbeuf est le légitime évêque de Lyon jusqu'à sa mort en 1799[3].

DistinctionsModifier

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. Charles Monternot (abbé), Yves-Alexandre de Marbeuf, ministre de la feuille des bénéfices, archevêque de Lyon (1734-1799) : l'Église de Lyon pendant la Révolution / par l'abbé ), Lyon, Lardachet, , 436 p.
  2. Jacques Gadille, René Fédou, Henri Hours, Bernard de Vregille, s.j., Le Diocèse de Lyon (Histoire des diocèses de France, 16), Beauchesne, 1983, Paris, 350 p. (ISBN 2-7010-1066-7).
  3. Mgr de Marbeuf sur catholic-hierarchy.org.
  4. Liste des chevaliers de l'ordre du Saint-Esprit.