Yamato-e

style classique de peinture japonaise

Le yamato-e (大和絵?) est un style de peinture japonais qui se développe au début de l'époque de Heian (VIIIe – IXe siècle) dans la peinture profane de la cour impériale et la peinture bouddhique. Ce mouvement artistique et pictural est né de l’émergence d'une esthétique nationale japonaise, plus décorative, détaillée et inspirée de l'homme et de son quotidien au Japon, en opposition aux styles continentaux plus grandioses (surtout chinois), qui influençaient fortement tous les arts japonais depuis environ le IVe ou Ve siècle.

Rouleau des « Caricatures d’animaux ». (détail).
Emaki, 2e quart du XIIe siècle. Encre sur papier, H. 30 cm.
Rouleau enluminé des Enfers : L'Enfer du mortier de fer. Emaki, fin XIIe siècle. Couleurs sur papier, 26 × 434 cm. Musée national de Nara.
Scène de Sekiya du Roman de Genji. Tawaraya Sōtatsu, début 17e s. Paravent à six feuilles, or et couleurs sur papier, H. 151,7 ; L. 354 cm. Musée d'art Seikadō Bunko.
Attribué à Tosa Mitsuoki (1617-1691), Gengi monogotari. Mary Griggs Burke Collection.
Fukae Roshu (école Rinpa), Le Chemin étroit (?). Paravent de 6 panneaux, couleur sur papier et feuilles d'or, av. 1757. Musée national de Tokyo.

L'émergence de ce style fait suite aux premiers usages de caractères kana, syllabaires qui permettait une littérature en langue vernaculaire, dont la première compilation (fin VIIIe -début IXe siècle), de poésies tanka, le Man'yōshū, et le premier roman, Taketori monogatari (le Conte du coupeur de bambous), aussi au début de l'époque de Heian[1].

Intimement lié au goût des aristocrates de Heian, qui appréciaient le raffinement, la poésie, la mélancolie, ou encore la retenue, le style induit plusieurs évolutions techniques et picturales, avec notamment la peinture profane sur porte coulissante (shōji) et sur longs rouleaux de papiers (emaki).

Par la suite, on le considère comme le style japonais traditionnel, en opposition au style plus moderne de l’ukiyo-e. Au XVe siècle, l'école Tosa a repris les thèmes du yamato-e, dont elle se réclame. Le yamato-e a également eu une grande influence sur l'école Rinpa (琳派) et l’ukiyo-e (浮世絵), ainsi que sur le nihonga (日本画) au cours de l'ère Meiji, et ensuite jusqu'à aujourd'hui.

DéfinitionModifier

Il n'est pas forcément facile de définir le yamato-e. Étymologiquement, ce sont les images (, e) du Japon ancien (大和, yamato).

Cependant, de même que l'on peut définir le nihonga (日本画), la peinture japonaise, en l'opposant au yo-ga (西画), la peinture occidentale, on peut de la même façon définir le yamato-e comme étant la peinture de l'ancien Japon, par opposition au kara-e, « image des Tang », d'origine chinoise, qui domine fortement l'art de l'époque de Nara[2].

En ce sens, le yamato-e est un art du quotidien, faisant appel à des thèmes japonais, par opposition à l'art chinois, perçu comme une forme d'art savante, faisant appel à des thèmes chinois.

En pratique, on peut retenir une acception large du terme yamato-e, couvrant toute la peinture de genre sur des thèmes japonais, y compris en particulier les rouleaux peints e-makimono.

HistoireModifier

Même si le terme de peinture du yamato-e n'apparait probablement qu'à l'époque de l'empereur Uda (889-897), il existait déjà auparavant un style de peinture au Japon[Lequel ?], dès les périodes Jōmon et Yayoi. C'est dès ces époques que l'on peut chercher l'origine du yamato-e.[réf. nécessaire]

Le début de l'art du yamato-e en tant que tel remonte donc sans doute au milieu du IXe siècle.

On peut y voir une réaction au kara-e, d'origine chinoise, qui n'irriguait guère qu'une toute petite partie de la haute société japonaise. Après une période où le souci du Japon avait été de découvrir la culture chinoise et de se mettre à l'étude de son organisation, de son art, de ses techniques (papier, encre, pinceaux), de sa religion (bouddhisme) et de ses sciences (y compris l'écriture, jusque-là absente), est venu le moment de l'assimilation, ou plutôt de la redécouverte de la culture nationale, à la lumière de la découverte de la culture chinoise.

Dominant durant toute l'époque de Heian ainsi que celle de Kamakura, le genre perd de sa vigueur à l'époque de Muromachi au profit du sumi-e, peinture au lavis de paysage fortement influencée par le zen. L'école Tosa fait toutefois perdurer le yamato-e durant de nombreux siècles.

Principaux thèmesModifier

Quelques œuvres marquantes en particulierModifier

Parmi les œuvres marquantes du yamato-e qui ont survécu, on peut mentionner les peintures suivantes, qui sont le plus souvent des rouleaux, et dont l'auteur n'est pas toujours connu :

Notes et référencesModifier

  1. Iwao Seiichi, « Taketori monogatari », dans Iwao Seiichi et al., Dictionnaire historique du Japon (tome 19 : lettre T), Tokyo, Publication de la Maison Franco-Japonaise, (lire en ligne), p. 42-43.
  2. Saburō Ienaga, The Heibonsha Survey of Japanese Art, Painting in the Yamato Style, livre 10, p. 9, (ISBN 0-8348-1016-6).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier