William Wallace (mathématicien)

William Wallace
Description de l'image William Wallace Mathematician.jpeg.
Naissance
Dysart (Royaume-Uni)
Décès (à 74 ans)
Édimbourg (Royaume-Uni)
Nationalité Britannique
Domaines Mathématiques

William Wallace ( - ) est un mathématicien écossais.

BiographieModifier

Wallace est né à Dysart dans le comté de Fife où il a fait ses études. En 1784, sa famille déménagea à Édimbourg où il commença à apprendre le métier de relieur. Son goût pour les mathématiques était déjà prononcé, il utilisait ses heures de loisir pour s'instruire. Avant la fin de son apprentissage, il avait acquis des connaissances considérables dans les domaines de la géométrie, l'algèbre et l'astronomie. Il a en outre été aidé dans ses études par John Robison (1739-1805) et John Playfair (1748-1819) qui avaient appris ses capacités. Après divers changements de situation, dictés essentiellement par un désir de gagner du temps pour étudier, il devint assistant professeur de mathématiques à l'académie de Perth en 1794. En 1803, il changea pour un poste de professeur au collège militaire royal de Great Marlow. En 1819, il fut choisi pour succéder à John Leslie (1766-1832) à la chaire de mathématiques d'Édimbourg. Il avait la réputation d'être un excellent professeur. Mary Somerville a été l'une de ses étudiantes. En 1838, il quitta l'université pour cause de maladie.

Contributions mathématiquesModifier

Dans ses premières années, Wallace était un collaborateur occasionnel du Mathematical Repository de Leybourne et du Gentleman's Mathematical Companion (Compagnon Mathématique du Gentilhomme). Entre 1801 et 1810, il contribua à des articles sur l'algèbre, les sections coniques, la trigonométrie, et plusieurs autres dans les sciences mathématiques et physiques pour la quatrième édition de l'Encyclopædia Britannica. Certains d'entre eux furent retenus dans les éditions ultérieures de la cinquième, voire jusqu'à la huitième. Il a également été l'auteur des principaux articles de mathématiques de l'Encyclopédie d'Édimbourg, éditée par David Brewster (1808-1830). Il a également contribué à de nombreux documents importants pour les Transactions de la Royal Society d'Édimbourg.

Il a principalement travaillé dans le domaine de la géométrie et en 1799, il fut le premier à publier le concept de la droite de Simson qui par erreur a été attribuée à Robert Simson. En 1807, il prouve un résultat sur les polygones d'une superficie égale, qui devint plus tard connu sous le nom théorème de Bolyai-Gerwien[1]. Toutefois sa contribution la plus importante aux mathématiques britanniques, c'est qu'il a été l'un des premiers mathématiciens à introduire et à promouvoir le calcul venant d'Europe continentale.

Il est également le concepteur d'un instrument de dessin destiné à remplacer le pantographe : l'eidographe.

SourceModifier

RéférencesModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) Ian Stewart, From Here to Infinity, Oxford University Press, , 3e éd., 310 p. (ISBN 978-0-19-283202-3, lire en ligne), p. 169 (From here to infinity sur Google Livres)

Liens externesModifier