William Russell (1639-1683)

politicien britannique

William Russell () est un homme politique anglais du parti whig.

William Russell
William, Lord Russell, by Gerard Soest.jpg
Fonction
Membre du Parlement d'Angleterre
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 43 ans)
LondresVoir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activité
Père
Mère
Anne Carr, Countess of Bedford (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Conjointe
Rachel Russell (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Wriothesley Russell
Rachel Russell (d)
Catherine Russell (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Membre de
Parlement cavalier
Parlement de l'Exclusion Bill (en)
Parlement de l'Habeas Corpus (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieu de détention

BiographieModifier

Fils de William Russell, 1er duc de Bedford, il prit parti dans les guerres civiles contre Charles Ier. Après avoir voyagé sur le continent, il entra en 1661 à la Chambre des communes, se mit à la tête de l'opposition qui, en 1672, renversa le ministère de la cabale. De même, il se prononça contre lord Danby, devenu premier ministre, et sollicita en vain une accusation d'impeachment contre cet homme d'État. Il provoqua des rigueurs contre les fauteurs du prétendu complot papiste (inventé par Titus Oates), auquel il crut de bonne foi, et proposa d'écarter des conseils du roi le duc d'York, futur Jacques II (1679). Il prit une grande part à l'adoption par les Communes de l'Exclusion Bill qui excluait ce prince du trône, et porta cette loi à la Chambre des lords, qui la rejeta en 1680.

Quand Charles II se mit à gouverner sans le parlement, il entra dans le complot de Rye-House et fut condamné à mort malgré ses dénégations sur la participation au complot. Son ami le duc de Monmouth, lui aussi accusé d’avoir participé au complot, proposa à Russell de se rendre si cela pouvait le sauver mais celui-ci refusa, affirmant que cela ne l’aderait en rien que ses amis meurent avec lui. Il subit son arrêt avec courage le .

Sa mort fut généralement considérée par les whigs comme un assassinat juridique, et sa mémoire fut réhabilitée en 1689 après la Glorieuse Révolution.

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier