William Montagu (2e baron Montagu)

William (de) Montagu (ou de Montacute, latinisé en de Monte Acuto), 2e baron Montagu, est un pair d'Angleterre né vers 1285 et mort le . Soldat éminent et courtisan pendant les règnes d’Édouard Ier et Édouard II, il joue un rôle important dans les guerres en Écosse et au pays de Galles et est nommé intendant de la Maison d'Édouard II. Peut-être sous l'influence de son ennemi Thomas de Lancastre, le roi l’envoie en 1318 en Gascogne exercer la charge de sénéchal ; il y meurt en octobre de l'année suivante.

William Montagu
Biographie
Décès
Nom dans la langue maternelle
William MontacuteVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Simon de Montagu, 1st Baron Montagu (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Conjointe
Lady Elizabeth Montacute (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
William Montagu
Katherine Montague (d)
Elizabeth Montague (d)
Maud Montague (d)
Isabel Montague (d)
John de Montagu (d)
Simon Montagu (d)
Hawise de Montagu (d)
Simon Montacute (en)
Edward Montagu, 1st Baron Montagu (en)
Alice Montague (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
MontaguArms Unquartered.png
D'argent, à trois fusées de gueules, accolées et posées en fasce.
William of Montagu.jpg
Sceau de William Montagu, portant : S(IGILLUM) DE GUILLAUME SIRE DE MONTAGU. Les armes du chevalier (bandé d'or et d'azur, de huit pièces) semblent être celles de Peter de Montfort, grand-père de l'épouse de William[1].

OriginesModifier

La famille Montagu est d'origine normande et s'est enrichie dans le West Country anglais[2]. Elle possède de vastes terres dans le Somerset, le Dorset et le Devon[3].

William est né vers 1285, fils et héritier de Simon de Montagu, 1er baron de Montagu (qui meurt le ) et de sa première épouse, Hawise de St Amand (morte en 1287), fille d' Amaury de St Amand ou de la deuxième, Isabel, dont les parents sont inconnus[4]. Il a deux frères, John et Simon[4].

CarrièreModifier

William Montagu consacre une grande partie de sa vie aux guerres en Écosse, au Pays de Galles et sur le continent. Il se distingue lors de la première guerre d'indépendance écossaise[4], où il est convoqué pour le service militaire féodal en 1301 et nommé responsable de l'expédition en [4][5]. En 1304, il est avec le roi Édouard Ier au siège du château de Stirling[4]. La même année, il est pourtant emprisonné à la Tour de Londres avec son oncle Amaury de Saint-Amand pour une infraction dont il est rapidement disculpé[4]. Le , il est adoubé par le roi Édouard Ier et son fils le futur Édouard II[4][5]. En , son père et lui servent ensemble en Écosse[4]. Il participe au premier tournoi à Dunstable, portant pour blason d'argent, à trois fusées de gueules, accolées et posées en fasce[6][4]. En 1311, il est chargé de surveiller les défenses de plusieurs château dont celui de Hastings[4] et celui de Berkhamstead[4]. En 1314, il est nommé gouverneur du château de Berwick[5].

En , il escorte Édouard II et son épouse Isabelle de France lors de son voyage en France pour rencontrer le roi Philippe IV. La même année et en 1314, il sert de nouveau en Écosse. En , il joue un important rôle dans la répression d'une rébellion menée par Llywelyn Bren dans le Glamorgan[5][7] et en Juillet il règle à Bristol des griefs entre les bourgeois de la ville et Bartholomew de Badlesmere (décédé en 1322), connétable du château de Bristol[7][5].

En , en récompense de ses services, il obtient pour son fils cadet John la main de sa pupille du roi, Joan de Verdun, fille et héritière de Théobald II de Verdun[7][7][5]. En , il fut nommé Lord-intendant de la Maison du roi Édouard II (Steward of the Household). La charge s'accompagne d'une rente annuelle de 200 marks, qui ne lui est versée que de janvier à  : le roi lui accorde alors à vie, en tant que King's bachelor les bénéfices de plusieurs manoirs dont Gravesend dans le Kent et Kingsbury dans le Somerset. Le , le roi lui accorda le doter de créneaux son hôtel particulier à Cassington, dans l'Oxfordshire[7]. Il est convoqué au Parlement à partir du , où il est l'un des majores barones du parti du roi[7].

En , il est nommé gardien de l'abbaye d'Abingdon[7]. Cependant, le , Édouard II l'envoie en Gascogne et l'y nomme sénéchal[8]. Bartholomew de Badlesmere lui succède en tant que Lord-intendant[5]. Selon Gross, « il s'agit presque certainement d'une concession à Thomas de Lancastre, qui accusait Montagu de s'être associé à Roger d'Amory pour comploter contre sa vie, ce qui retardait sa réconciliation avec le roi »[5].

Mariage et enfantsModifier

 
Gisant d' Elizabeth de Montfort, épouse de William Montagu, dans la cathédrale Christ Church d'Oxford.
 
Armoiries de Montfort : bandé d'or et d'azur, de huit pièces[9].

Vers 1292, William épouse Elizabeth de Montfort (décédée en ), fille de Peter de Montfort (mort avant le ), lui même fils de Peter de Montfort et d'Alice Audley[5].

La mère d'Elizabeth est Maud de la Mare, fille et héritière de Henry de la Mare, seigneur notamment de Ashtead dans le Surrey, justicier et sénéchal de William Longespée, 2e comte de Salisbury, et de son épouse Joan Neville (fille de John Neville d'Essex et de son épouse Hawise de Courtenay, fille de Robert de Courtenay[10] baron féodal d'Okehampton dans le Devon[11][8][12].

Elizabeth de Montfort survit à son mari et se remarie à Thomas Furnivall de Sheffield (qui doit payer une amende de £ 200 en pour avoir épousé sans permission royale une veuve du détenteur d'une tenure[13][14]. Elizabeth meurt en et est enterrée dans le prieuré Sainte-Frideswide d'Oxford (aujourd'hui cathédrale de Christ Church), où sa tombe existe toujours dans la chapelle latine[14].

FilsModifier

FillesModifier

  • Alice Montagu, épouse avant le Ralph Daubeney ( - c.1378)[22][12] ;
  • Katherine Montagu, qui épouse William Carrington [23][24][25] ;
  • Mary Montagu, qui épouse Richard Cogan (décédé en 1368), baron féodal de Bampton, dans le Devon[23][26][12] ;
  • Elizabeth Montagu, religieuse au prieuré de Holywell[23][27][12] ;
  • Hawise Montagu, qui épouse Roger Bavent (décédé le ), dont elle a eu une fille, Joan Bavent[23][28][29][30][31][32],[33],[34][12] ;
  • Maud Montagu, abbesse de Barking Abbey de 1341 à 1352[23][12].

Mort et enterrementModifier

Montagu meurt en Gascogne le . Son lieu de sépulture est inconnu[14][35].

RéférencesModifier

  1. As shown in the Dering Roll (1270/80), no 83 "Peres de Muntfort (Piers de Montfort)"
  2. Gross, 2004
  3. Douch, « The career, lands and family of William Montague, Earl of Salisbury, 1301–44 », Bulletin of the Institute of Historical Research, London, vol. 24,‎ , p. 85 (DOI 10.1111/j.1468-2281.1951.tb00382.x)
  4. a b c d e f g h i j et k Cokayne 1936, p. 80.
  5. a b c d e f g h i j k et l Gross 2004.
  6. https://books.google.com/books?id=7AonAAAAMAAJ&dq=Argent+three+lozenges+in+fess+gules&source=gbs_navlinks_s Foster, Joseph, Feudal Coats of Arms from Heraldic Rolls 1298-1418, J. Parker & Company, 1902, p. 171.
  7. a b c d e f g h et i Cokayne 1936, p. 81.
  8. a b et c Cokayne 1936.
  9. Dering Roll, no.83
  10. Vivian, Lt.Col. J.L., (Ed.) The Visitations of the County of Devon: Comprising the Heralds' visitation of 1531, 1564 & 1620, Exeter, 1895, pp. 243–4, pedigree of Courtenay
  11. Magna Carta Ancestry: A Study in Colonial and Medieval Families, 2nd Edition...page 28, by Douglas Richardson; https://books.google.ca/books?isbn=1461045207
  12. a b c d e et f Wigram 1896, p. 9.
  13. Cokayne 1926, p. 582.
  14. a b et c Cokayne 1936, p. 82.
  15. a et b Richardson IV 2011, p. 255.
  16. Cokayne 1926.
  17. Ormrod 2004.
  18. a et b Waugh 2004.
  19. a et b Richardson II 2011.
  20. a b et c Richardson II 2011, p. 635.
  21. Cokayne 1936, p. 85.
  22. Cokayne 1916.
  23. a b c d et e Robertson 1893-5.
  24. Wright 1836, p. 225.
  25. Katherine n'est pas citée dans le cartulaire de Sainte-Frideswide.
  26. Burls, Robin J., Society, Economy and Lordship in Devon in the Age of the First Courtenay Earls, c.1297-1377, PhD thesis, University of Oxford, 2002, p. 135 Retrieved 21 October 2013.
  27. Sturman, Winnifred M., Barking Abbey: A Study in its External and Internal Administration from the Conquest to the Dissolution, PhD thesis, University of London, 1961, pp. 375, 382, 400-1, 404 Retrieved 21 October 2013.
  28. Copinger 1910.
  29. Shaw 1906, p. 5.
  30. Elwes 1876.
  31. Richardson IV 2011, p. 183.
  32. Dauntsey, Sir John (died 1391), of Dauntsey, Wiltshire, History of Parliament Retrieved 22 October 2013.
  33. 'Norton Bavant', A History of the County of Wiltshire: Volume 8: Warminster, Westbury and Whorwellsdown Hundreds (1965), pp. 47-58 Retrieved 22 October 2013.
  34. 'Parishes: Fifield Bavant', A History of the County of Wiltshire: Volume 13: South-west Wiltshire: Chalke and Dunworth hundreds (1987), pp. 60-66 Retrieved 22 October 2013.
  35. Gross affirme qu'il meurt fin octobre.

BibliographieModifier

  • George Edward Cokayne, The Complete Peerage, edited by Vicary Gibbs, vol. IV, London, St. Catherine Press,
  • George Edward Cokayne, The Complete Peerage, edited by Vicary Gibbs and H.A. Doubleday, vol. V, London, St. Catherine Press,
  • George Edward Cokayne, The Complete Peerage, edited by H.A. Doubleday and Lord Howard de Walden, vol. IX, London, St. Catherine Press,
  • W.A. Copinger, The Manors of Suffolk, vol. 6, Manchester, Taylor, Garnett, Evans & Co, (lire en ligne)
  • Dudley George Cary Elwes, A History of the Castles, Mansions and Manors of Western Sussex, London, Londmans & Co, (lire en ligne)
  • (en) E. B. Fryde, Handbook of British Chronology, London, Royal Historical Society, , p. 448
  • Anthony Gross, Montagu, William, second Lord Montagu (c.1285–1319),
  • W.M. Ormrod, Montagu, William, first earl of Salisbury (1301–1344),
  • Douglas Richardson, Plantagenet Ancestry: A Study in Colonial and Medieval Families, vol. II, Salt Lake City, 2nd, (ISBN 978-1449966348)
  • Douglas Richardson, Magna Carta Ancestry: A Study in Colonial and Medieval Families, vol. IV, Salt Lake City, 2nd, (ISBN 978-1460992708)
  • Herbert Robertson, Stemmata Robertson et Durdin, London, Mitchell and Hughes, 1893–95 (lire en ligne)
  • William Arthur Shaw, The Knights of England, vol. II, London, Sherratt and Hughes, (ISBN 9780806304434, lire en ligne)
  • Scott L. Waugh, Thomas, first earl of Norfolk (1300–1338),
  • Spencer Robert Wigram, The Cartulary of the Monastery of St. Frideswide at Oxford, vol. II, Oxford, Clarendon Press, (lire en ligne), p. 9
  • Thomas Wright, The History and Topography of the County of Sussex, London, George Virtue, (lire en ligne)

Liens externesModifier