Vol du ptérosaure

Les ptérosaures ont été les premiers vertébrés capables de voler[1],[2], et pour certains d'entre eux, ils sont les plus grands animaux volants qui aient jamais existé. Leur vol était actif et non pas seulement plané.

Les ptérosaures, communément appelés « reptiles volants » sont un clade de reptiles archosauriens préhistoriques étroitement liés aux dinosaures. Selon les espèces, ils occupaient plusieurs types d'environnements, aquatiques ou forestiers.

Ptérosaures ayant la plus grande envergureModifier

 
Comparaison de la taille de Q. northropi (vert), Q. sp (bleu) et d'un humain.

Voici une liste de ptérosaures dont l'envergure maximale estimée est supérieure à 5 mètres, sur une centaines d'espèces de ptérosaures identifiés en 2019 :

 
Reconstitution du Quetzalcoatlus northropi au sol (dans une prairie du Crétacé)
  1. Quetzalcoatlus northropi 7–13 m [3],[4] ; poids 250 kg[5] (certaines estimations donnent une fourchette de 90 à 250 kg[6]) ; hauteur : 6 mètres lorsqu'il se tenait au sol[7]
  2. Ornithocheirus, appelé aussi Tropeognathus 6–12 m, poids 100 kg[7]
  3. Arambourgiania philadelphiae 10–11 m[8], poids 180–250 kg[9]
  4. Hatzegopteryx thambema 10–11 m[10] ; ou 12 mètres[11] ; poids 100[7] à 220 kg[12]
  5. Cryodrakon boreas 10 m, poids 250 kg[13]
  6. Spécimen non décrit de Mongolie 10 m[14],[15]
  7. Spécimen non décrit UNCUYO-LD 350 : 9.1 m[16]
  8. Tropeognathus mesembrinus 8.2 m[17]
  9. Geosternbergia maysei 7.25 m[18]
  10. Coloborhynchus capito 7 m[19]
  11. Moganopterus zhuiana 7 m[20]
  12. Pteranodon longiceps 6.25 m
  13. Tupuxuara longicristatus 6 m[21]
  14. Santanadactylus araripensis 5.7 m[22]
  15. Cearadactylus atrox 5.5 m
  16. Caulkicephalus trimicrodon 5 m[23]
  17. Istiodactylus latidens 5 m
  18. Lacusovagus magnificens 5 m[24]
  19. Liaoningopterus gui 5 m
  20. Phosphatodraco mauritanicus 5 m
  21. Anhanguera sp. 4.5 m[25]

Le plus petit ptérosaure connu est Nemicolopterus avec une envergure d'environ 25 cm[26]. Cependant, le spécimen trouvé peut être un juvénile ou un subadulte, et les adultes peuvent être plus gros.

Vol des grands ptérosauresModifier

La question de l'aptitude au volModifier

Certaines espèces de ptérosaures ont atteint de très grandes tailles, ce qui a des effets sur leur capacité de vol. Si de nombreux ptérosaures étaient petits, les plus grands avaient des envergures dépassant 9 mètres et leur poids pouvait atteindre 250 kg. À titre de comparaison, parmi les oiseaux vivants, l'albatros hurleur est celui qui a la plus grande envergure, de 3,5 mètres maximum, et son poids est généralement inférieur à 12 kg. Les plus grands ptérosaures ayant une charge alaire bien plus élevée que les oiseaux modernes, leur vol diffère de celui des oiseaux modernes.

Des facteurs tels que le climat plus chaud du Mésozoïque ou des niveaux plus élevés d'oxygène atmosphérique ont été évoqués, mais il est désormais généralement admis que même les plus grands ptérosaures auraient pu voler dans le ciel d'aujourd'hui[27]

Technique de décollageModifier

La question du mode de décollage se pose pour les plus gros ptérosaures. En effet, en battant des ailes un grand ptérosaure risquait de les briser si elles heurtaient le sol[28] ; de plus, la morphologie d'un Quetzalcoaltus notamment ne lui permettait pas de battre des ailes vigoureusement plus de quelques secondes successives[29]. Les ptérosaures se lançaient en vol en utilisant leurs membres antérieurs dans une position quadrupède similaire à celle des chauves-souris modernes, une méthode plus rapide et moins énergivore que le décollage en position bipède des oiseaux modernes[30],[27]. Ayant besoin de vitesse pour quitter le sol, les grands ptérosaures devaient courir dans une descente, ce qui leur permettait dans un premier temps de planer, avant de s'élever dans les airs[28].

Les ptérosaures auraient disposé de sacs aériens dans leurs membranes alaires[31].

Ailes des ptérosauresModifier

Trois groupes de vertébrés sont aptes au vol, les ptérosaures, les oiseaux et les chauve-souris. L'aile du ptérosaure est assez semblable à celle de la chauve-souris : elle est constituée d'une membrane tendue sur les doigts de la "main", mais un seul doigt (le quatrième) soutient la membrane alaire chez le ptérosaure, au lieu des quatre doigts chez la chauve-souris[1]. Les trois premiers doigts, griffus, servaient probablement à la préhension[32]. A la grande membrane alaire s'en ajoutait une deuxième petite, tendue entre l'épaule et le poignet, qui limitait les turbulences pendant le vol[32]. Les membranes étaient actionnées par les fibres musculaires qui les parcouraient[33] Les ailes des ptérosaures n'avaient pas de plumes.

Les ailes du plus grand ptérosaure Quetzalcoaltus étaient longues, et étroites ; elles permettaient au Quetzalcoaltus de voler à une vitesse de croisière d'environ 58 km/h[29].

Vol chez les vertébrésModifier

 
Ailes de :
1. Ptérosaure
2. Chauve-souris
3. Oiseau

Convergence évolutiveModifier

L'aptitude au vol s'est développée de manière indépendante et selon des modes différents chez les ptérosaures, les oiseaux et les chauve-souris. Les biologistes parlent de convergence évolutive : les trois groupes n'ont pas hérité cette faculté d'un ancêtre commun[33]. Les oiseaux utilisent leurs plumes pour voler ; initialement ces plumes recouvraient de petits dinosaures inaptes au vol, dont elle assurait probablement la régulation thermique[1] Les chauve-souris ont une membrane alaire, mais elle est insérée autrement que chez les ptérosaures[33]..

Âge au premier envolModifier

A la différence de l'ensemble des oiseaux modernes, qui ne sont capables de s'envoler que plusieurs semaines après leur naissance, les petits ptérosaures pouvaient voler seulement quelques heures après leur éclosion, comme le montre l'étude de fossiles d'œufs prêts à éclore et de très jeunes ptérosaures[34]. « Une autre différence fondamentale entre les bébés ptérosaures et les bébés oiseaux ou chauves-souris est que es ptérosaures n'avaient aucun soin parental et qu'ils devaient se nourrir et se soigner dès la naissance », affirme le paléontologue David Unwin[35].

Lectures complémentairesModifier

  • (en) Ross A. Elgin, David W. E. Hone et Eberhard Frey, « The Extent of the Pterosaur Flight Membrane », Acta Palaeontologica Polonica, vol. 56, no 1,‎ , p. 99–111 (ISSN 0567-7920 et 1732-2421, DOI 10.4202/app.2009.0145, lire en ligne, consulté le 9 juillet 2020)
  • (en) Michael Habib, « Comparative evidence for quadrupedal launch in pterosaurs », Zitteliana. An International Journal of Palaeontology and Geobiology,‎ , p. 159-166 (lire en ligne)
  • (en) K.M. Middleton et L.T. English, « Challenges and advances in the study of pterosaur flight », Canadian Journal of Zoology, vol. 93, no 12,‎ , p. 945–959 (ISSN 0008-4301, DOI 10.1139/cjz-2013-0219, lire en ligne, consulté le 8 juillet 2020)
  • (en) Colin Palmer, « Flight in slow motion: aerodynamics of the pterosaur wing », Proceedings of the Royal Society B: Biological Sciences, vol. 278, no 1713,‎ , p. 1881–1885 (PMID 21106584, PMCID PMC3097835, DOI 10.1098/rspb.2010.2179, lire en ligne, consulté le 8 juillet 2020)
  • (en) Mark Witton, « A new approach to determining pterosaur body mass and its implications for pterosaur flight », Zitteliana. An International Journal of Palaeontology and Geobiology,‎ , p. 143-158 (lire en ligne)

Voir égalementModifier

RéférencesModifier

  1. a b et c Eric Buffetaut, « Les ptérosaures, conquérants des airs », sur Pourlascience.fr (consulté le 7 juillet 2020)
  2. @NatGeoFrance, « Ptérosaure : le premier vertébré à se lancer dans les airs », sur National Geographic, (consulté le 7 juillet 2020)
  3. Frey et Martill, « A reappraisal of Arambourgiania (Pterosauria, Pterodactyloidea): One of the world's largest flying animals », Neues Jahrbuch für Geologie und Paläontologie - Abhandlungen, vol. 199, no 2,‎ , p. 221–247 (DOI 10.1127/njgpa/199/1996/221)
  4. Pereda-Suberbiola, X., Bardet, N., Jouve, S., Iarochène, M., Bouya, B. and Amaghzaz, M. (2003). "A new azhdarchid pterosaur from the Late Cretaceous phosphates of Morocco." In: Buffetaut, E. and Mazin, J.-M. (eds.), Evolution and Palaeobiology of Pterosaurs. Geological Society of London, Special Publications, 217. p.87
  5. (en) « Figure 5: Comparative sizes of Quetzalcoatlus northropi (2.5 m tall at... », sur ResearchGate (consulté le 8 juillet 2020)
  6. (en) Andrew Johnson, The Earth... But Not As We Know It: An Exploration, Lulu Press, Inc, (ISBN 978-0-244-83603-0, lire en ligne)
  7. a b et c Futura, « Quel a été le plus grand animal volant ? », sur Futura (consulté le 7 juillet 2020)
  8. Witton et Naish, « A Reappraisal of Azhdarchid Pterosaur Functional Morphology and Paleoecology », PLOS ONE, vol. 3, no 5,‎ , e2271 (PMID 18509539, PMCID 2386974, DOI 10.1371/journal.pone.0002271, Bibcode 2008PLoSO...3.2271W)
  9. Darren Naish et Mark P. Witton, « Neck biomechanics indicate that giant Transylvanian azhdarchid pterosaurs were short-necked arch predators », PeerJ, vol. 5,‎ (ISSN 2167-8359, PMID 28133577, PMCID 5248582, DOI 10.7717/peerj.2908, lire en ligne, consulté le 8 juillet 2020)
  10. Witton, Martill et Loveridge, « Clipping the Wings of Giant Pterosaurs: Comments on Wingspan Estimations and Diversity », Acta Geoscientica Sinica, vol. 31, no Supp 1,‎ , p. 79–81
  11. « Le ptérosaure Hatzegopteryx, un superprédateur volant au crétacé », sur Sciences et Avenir (consulté le 8 juillet 2020)
  12. (en) Darren Naish et Mark P. Witton, « Neck biomechanics indicate that giant Transylvanian azhdarchid pterosaurs were short-necked arch predators », PeerJ, vol. 5,‎ , e2908 (ISSN 2167-8359, DOI 10.7717/peerj.2908, lire en ligne, consulté le 8 juillet 2020)
  13. « Canada : une nouvelle espèce de ptérosaure, un reptile volant de dix mètres d'envergure, identifiée », sur Franceinfo, (consulté le 7 juillet 2020)
  14. Tsuihiji, T., B. Andres, P. M. O'Connor, M. Watabe, K. Tsogtbaatar, and B. Mainbayar (2017). Gigantic pterosaurian remains from the Upper Cretaceous of Mongolia. Journal of Vertebrate Paleontology. doi: 10.1080/02724634.2017.1361431.
  15. « Ancient Winged Terror Was One of the Largest Animals to Fly »,
  16. Leonardo D. Ortiz David, Bernardo J. González Riga & Alexander W. A. Kellner (2017). Discovery of the largest pterosaur from South America. Cretaceous Research (advance online publication); doi: https://doi.org/10.1016/j.cretres.2017.10.004
  17. Kellner, Campos, Sayão et Saraiva, « The largest flying reptile from Gondwana: A new specimen of Tropeognathus cf. T. Mesembrinus Wellnhofer, 1987 (Pterodactyloidea, Anhangueridae) and other large pterosaurs from the Romualdo Formation, Lower Cretaceous, Brazil », Anais da Academia Brasileira de Ciências, vol. 85, no 1,‎ , p. 113–135 (PMID 23538956, DOI 10.1590/S0001-37652013000100009)
  18. Benton, « The Pterosaurs of the Niobrara Chalk », The Earth Scientist, vol. 11, no 1,‎ , p. 22–25
  19. Martill et Unwin, « The world's largest toothed pterosaur, NHMUK R481, an incomplete rostrum of Coloborhynchus capito (Seeley 1870) from the Cambridge Greensand of England », Cretaceous Research, vol. 34,‎ , p. 1–9 (DOI 10.1016/j.cretres.2011.09.003)
  20. Lü Junchang, Pu Hanyong, Xu Li et Wu Yanhua, « Largest Toothed Pterosaur Skull from the Early Cretaceous Yixian Formation of Western Liaoning, China, with Comments On the Family Boreopteridae », Acta Geologica Sinica, vol. 86, no 2,‎ , p. 287–293 (DOI 10.1111/j.1755-6724.2012.00658.x, lire en ligne)
  21. David M. Unwin, The Pterosaurs: From Deep Time, New York, Pi Press, , 246 p. (ISBN 0-13-146308-X)
  22. Wellnhofer, P. (1991). The Illustrated Encyclopedia of Pterosaurs. New York: Barnes and Noble Books. pp. 124. (ISBN 0-7607-0154-7).
  23. Steel, Martill, Unwin et Winch, « A new pterodactyloid pterosaur from the Wessex Formation (Lower Cretaceous) of the Isle of Wight, England », Cretaceous Research, vol. 26, no 4,‎ , p. 686–698 (DOI 10.1016/j.cretres.2005.03.005)
  24. Witton, « A new azhdarchoid pterosaur from the Crato Formation (Lower Cretaceous, Aptian?) of Brazil », Palaeontology, vol. 51, no 6,‎ , p. 1289–1300 (DOI 10.1111/j.1475-4983.2008.00811.x)
  25. Aureliano, Ghilardi, Duque et Barreto, « ON THE OCCURRENCE OF PTEROSAURIA IN EXU, PERNAMBUCO (LOWER CRETACEOUS ROMUALDO FORMATION, ARARIPE BASIN), NORTHEASTERN BRAZIL », Estudos Geológicos, vol. 24, no 2,‎ , p. 15–27
  26. Wang, Kellner, Zhou et Campos, « Discovery of a rare arboreal forest-dwelling flying reptile (Pterosauria, Pterodactyloidea) from China », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 105, no 6,‎ , p. 1983–1987 (PMID 18268340, PMCID 2538868, DOI 10.1073/pnas.0707728105, Bibcode 2008PNAS..105.1983W)
  27. a et b Witton, Mark P. (2013). Pterosaurs: Natural History, Evolution, Anatomy. Princeton University Press. (ISBN 0691150613)
  28. a et b « Comment les ptérosaures géants prenaient leur envol », sur Maxisciences, (consulté le 7 juillet 2020)
  29. a et b Quentin Mauguit, « Le décollage d’un ptérosaure géant ? C’est comme celui d’un deltaplane ! », sur futura-sciences.com,
  30. Fox, « How Giant Pterosaurs Took Flight », Scientific American,‎ (lire en ligne, consulté le 11 juillet 2014)
  31. Claessens, O'Connor et Unwin, « Respiratory Evolution Facilitated the Origin of Pterosaur Flight and Aerial Gigantism », PLOS ONE, vol. 4, no 3,‎ , e4497 (PMID 19223979, PMCID 2637988, DOI 10.1371/journal.pone.0004497, Bibcode 2009PLoSO...4.4497C)
  32. a et b Encyclopædia Universalis, « PTÉROSAURES », sur Encyclopædia Universalis (consulté le 7 juillet 2020)
  33. a b et c Jean-François Buoncristiani et Pascal Neige, 101 merveilles de l'évolution...: qu'il faut avoir vues dans sa vie, Dunod, (ISBN 978-2-10-077268-1, lire en ligne)
  34. Science-et-vie.com, « Paléontologie : les ptérosaures savaient voler à la sortie de... - Science & Vie », sur www.science-et-vie.com, (consulté le 7 juillet 2020)
  35. Zone Science- ICI.Radio-Canada.ca, « Bébé ptérosaure volait dès sa naissance », sur Radio-Canada.ca (consulté le 7 juillet 2020)