Ouvrir le menu principal

Villers-sur-Semois

section de Étalle, Belgique
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Villers.

Villers-sur-Semois
Villers-sur-Semois
L’ancienne halte ferroviaire
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Luxembourg Province de Luxembourg
Arrondissement Virton
Commune Étalle
Code postal 6740
Zone téléphonique 063
Démographie
Gentilé Villersois(e)
Géographie
Coordonnées 49° 41′ 55″ nord, 5° 33′ 35″ est
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Province de Luxembourg

Voir sur la carte administrative de Province de Luxembourg
City locator 14.svg
Villers-sur-Semois

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Villers-sur-Semois

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Villers-sur-Semois

Villers-sur-Semois est une section de la commune belge d'Étalle située en Région wallonne dans la province de Luxembourg.

Le village est situé sur la rive droite de la Semois, un affluent de la Meuse, qui le délimite au sud-ouest.

HistoireModifier

Au cours de la Première Guerre mondiale, le 22 août 1914 après que le 2e régiment d'infanterie coloniale a été pratiquement anéanti au cours de la bataille de Rossignol, perdant 2 850 hommes, le soldat Le Guidec y enterre le drapeau du régiment [1] qui sera retrouvé en 1918.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, le 10 mai 1940, jour du déclenchement de la campagne des 18 jours, les français du 2e escadron du 5e régiment de cuirassiers se portent à la défense de Villers-sur-Semois[2]. Le village est attaqué dans l'après-midi par les Allemands de l'Infanterie-Regiment Grossdeutschland, qui doivent s'y reprendre une deuxième fois avec notamment l'appui de deux StuG III pour forcer les défenseurs à se retirer, non sans pertes pour ces derniers, dont neuf tués[2].

CuriositésModifier

  • L’église Saint-Martin, classée

Notes et référencesModifier

  1. voir page 5 de Campagne 1914-1918. Historique du 2e régiment d'infanterie coloniale, Paris, Librairie Chapelot (lire en ligne)
    disponible sur Gallica
  2. a et b Jean-Yves Mary, Le Corridor des Panzers, t. I, Bayeux, Heimdal, , p. 103-104.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier