Akaoudj

(Redirigé depuis Village Akaoudj)

Akaoudj
Akaoudj
Noms
Nom berbère Aqawej ⴰⵇⴰⵡⴻⵊ
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Région Kabylie
Wilaya Tizi Ouzou
Daïra Ouaguenoun[1]
Commune Aït Aïssa Mimoun
Statut Village
Code postal 15097[2]
Géographie
Coordonnées 36° 44′ 58″ nord, 4° 05′ 42″ est
Altitude 438 m
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Algérie
Voir sur la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Akaoudj
Géolocalisation sur la carte : Algérie
Voir sur la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Akaoudj

Akaoudj est un village de la grande Kabylie situé à 10 km au nord-est de la Wilaya de Tizi Ouzou, commune de Aït Aïssa Mimoun, en Algérie.

Le toponyme d'Akaoudj est synonyme de piton, Tiqiwect en kabyle. Le village s’étire le long de la RN 72 qui méne vers Tigzirt et qui longe l’oued Sebaou (entre les ponts de Bougie et Voudkou)[3].

LocalisationModifier

Le village d'Akaoudj est situé au nord-est de la wilaya de Tizi Ouzou.

Villages limitrophes de Akaoudj
Sidi Namane Makouda Ifouzar
Redjaouna   Bou-Souar
Timizar Loghbar Dhalouth

Situation géographiqueModifier

Situé à proximité de la ville de Tizi-Ouzou (à 10 km au nord-est), Akaoudj dispose d’une situation géographique privilégiée entre le Djurdjura et la Méditerranée. Culminant à 438 m d’altitude, il offre une riche palette de paysages et de couleurs. Du sommet, le panorama est immense sur le Haut-Sébaou face au mausolée de Sidi Balloua (Redjaouna), la vallée d’Amraoua, les cimes du Djurdjura, et le « comptoir de la Méditerranée » Makouda et Mizrana[3].

HistoireModifier

On raconte, au village, et de génération en génération, que le fondateur d’Akaoudj serait un certain Uqataen originaire de Makouda et plus précisément du village Istiten. D’après un membre de l’association culturelle qui porte le nom du fondateur, la maison " tazqa" Uqataen existe toujours à Istiten.

Certains disent qu'Uqataen avait quitté son village natal, probablement, parce qu’il avait de sérieux problèmes avec ses concitoyens, pour d'autres sont départ d'Istiten est lié à son hostilité à la présence turque. Face aux menaces, il n’avait alors d’autre solution que de se retirer de cette localité. Ainsi, en traversant l'oued Stita, il a choisi le sommet de la montagne, l'actuel village Akaoudj, comme son vrai rempart. Cependant, on ignore toujours les vraies raisons de son « exil ».

Pour remonter à cette époque, on ne trouve pas d’index filiatif puisque l’enregistrement des naissances à l’état civil n’a commencé qu’à partir 1865. Toutefois, un calcul mathématique simple, basé sur l’arbre généalogique d’une famille, permet d’estimer l’âge de cet ancêtre et par ricochet celui du village. De ce point de vu, le village a environ quatre siècles d’existence. Assurément, cette estimation ne peut être qu’approximative car les maladies qui se développaient presque périodiquement à cette époque, comme les épidémies du choléra et du typhus, faussent incontestablement les données généalogiques. A titre d'exemple, entre 1888 et 1893, les épidémies du typhus ont augmenté de façon considérable le taux de mortalité en Kabylie, et particulièrement à Akaoudj où l'on trouve un cimetière dénommé Timqvart n tifis.

C’est donc vers la fin du XVIe siècle qu’Uqataen va marquer son territoire et donner par suite naissance à 5 enfants : Hamou, Slimane, « Wada », Amrouche et Moussa. Les deux premiers sont issus de sa première union avec une fille de son village natal. Les trois derniers fils naissent du second mariage avec une autre fille originaire de Larba Nat Iraten. Ces cinq frères, toujours du point de vu des anciens, ont donné, à leur tour, les cinq grandes familles (Idarmen) qui portent respectivement leurs noms: Ath Wada, Ath Moussa, Ath Amrouche, Ath Hamou et Ath Slimane. Cette thèse paraît beaucoup plus plausible s'il en tient compte de la répatition des terres entre ces cinq grandes familles.[4]

Notes et référencesModifier

  1. « Décret executif n° 91-306 du 24 août 1991 fixant la liste des communes animées par chaque chef de daïra. 15 - Wilaya de Tizi Ouzou », Journal officiel de la République Algérienne, (consulté le 19 avril 2021), p. 1301
  2. « Le site officiel d'Algérie Poste » (consulté le 19 avril 2021)
  3. a et b « Le blog du village Akaoudj », sur akaoudj.free.fr, (consulté le 19 avril 2021)
  4. « Le blog du village Akaoudj », sur akaoudj.free.fr, (consulté le 19 avril 2021)