Oued

terme générique désignant un fleuve d'Afrique du Nord

Un oued ou ouadi[1] (emprunté à l’arabe وادي (wādī), signifiant « vallée, lit de rivière, rivière »), est un terme générique désignant un fleuve d'Afrique du Nord ou du Moyen-Orient et des régions semi-désertiques à régime hydrologique très irrégulier. Surtout présent dans les régions endoréiques, il s'anime lors des rares et fortes précipitations. Le plus souvent à sec, il peut connaître des crues spectaculaires, charriant d'énormes quantités de boue, qui provoquent parfois des changements de lit. C'est pourquoi on dit d'un oued qu'il roule plus qu'il ne s'écoule.

À plus petite échelle, il existe des oueds dans les régions méditerranéennes du Sud de la France connus sous le nom de « rivière cévenole » ou en Espagne de « ramblas ». De même le terme arroyo, lorsqu'utilisé selon une acception analogue à un oued, désigne un cours d’eau et plus particulièrement un ruisseau temporaire qui se remplit lorsqu’il pleut.

ÉtymologieModifier

Le mot « oued » vient de l'Arabe وادي wadi. En espagnol, il devient guad, et fait partie de plusieurs noms de cours d'eau tels que Guadiana, Guadalquivir, Guadalhorce ou Guadarrama.

En arabe on l'appelle وادي wādī ou نهر (nahr), en araméen ܢܗܪܐ (nahrā’) et en hébreu נהר (nahar).

En amazigh l'oued est appelé asif ou ighzer.

En copte on retrouve en fonction des dialectes les termes ⲉⲓⲟⲟⲣ (eioor), ⲫⲓⲁⲣⲟ (piaro en sahidique, phiaro en bohaïrique), ⲉⲓⲉⲣⲟ (eiero), ⲓⲁⲣⲟ (iaro), ⲓⲉⲣⲟ (iero), ⲓⲉⲣⲁ (iera) ou ⲓⲟⲣ (ior), termes tous dérivés de l'égyptien ancien.

En égyptien ancien le terme utilisé était ar (hiéroglyphes : 𓇋𓂋𓈗), iar, iaur-t, iteru, atur, atr ou atru.

Les oueds des vallées du Tibesti sont appelés enneris.

HydrologieModifier

GalerieModifier

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Articles connexesModifier