Ouvrir le menu principal

Valdémar Guillaume Nème Botherel de La Bretonnière

Valdémar Guillaume Nème Botherel de la Bretonnière
Naissance
à la Martinique
Décès (à 75 ans)
à Paris
Origine Français
Allégeance Drapeau du royaume de France Royaume de France
Drapeau de la France République française
Drapeau de l'Empire français Empire français
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Arme Pavillon de la marine royale française Marine royale française
Pavillon de la Marine de la République française Marine de la République
Pavillon de la Marine du Premier Empire Marine impériale française
Grade Contre-amiral
Années de service 1791-
Conflits Guerre d'indépendance grecque
Faits d'armes Bataille de Navarin
Distinctions Commandeur de la Légion d'honneur

Valdémar Guillaume Nème Botherel de la Bretonnière, né le à la Martinique et mort le à Paris, est un officier de marine français. Il commande un vaisseau de ligne à la bataille de Navarin.

Sommaire

BiographieModifier

Issu d'une famille originaire de Dinan, fils d'un major breveté du régiments des colonies, il naît à la Martinique le 21 décembre 1775.

Il s'engage dans la marine royale et monte en grade : aspirant en 1791, enseigne en 1796, lieutenant de vaisseau en 1802, capitaine de frégate en 1811, capitaine de vaisseau en 1821 et contre-amiral en 1829.

Il est fait prisonnier au Bengale en 1799. Il obtint la légion d'honneur en 1814 et en devint commandeur à la suite de la bataille de Navarin où il commandait le vaisseau de ligne de 84 canons, le Breslau, qui s'y illustra particulièrement.

L’Albion, vaisseau de ligne britannique, s'était avancé un peu trop loin dans la baie de Navarin. Lorsque la bataille commença, l’Albion se retrouva face à trois vaisseaux de ligne ottomans (84, 74 et 74 canons). Elle fut sauvée d'abord par l'inefficacité des artilleurs ottomans puis par l'arrivée du Breslau. En effet, Botherel de la Bretonnière, voyant que son amiral Henri de Rigny n'avait pas besoin de son soutien, coupa ses amarres et prit l'initiative de se rendre au centre de la baie, à la pointe du dispositif des puissances, dans l'arrondi du fer à cheval ottoman, dans l'espace que les amiraux la veille avaient prévu entre les navires russes et britanniques. Il se plaça aux côtés de l’Albion. Les deux navires furent ensuite rejoints par l’Azov, le vaisseau amiral de la flotte russe. Les trois navires se soutinrent, attaquèrent et coulèrent ensemble cinq navires turcs dont un vaisseau de ligne de 74 canons, les deux autres vaisseaux de ligne turcs s'étant neutralisés (incapacité de leurs artilleurs puis mauvaises manœuvres lorsque leurs amarres furent coupées). Les trois vaisseaux des puissances participèrent peut-être même à la destruction du Guhu-Reva, navire amiral turc de Tahir Pacha. Les capitaines des Albion et Azov reconnurent ensuite que l'aide du Breslau avait été déterminante, voire leur avait évité la destruction[1].

Botherel de la Bretonnière meurt à Paris le 9 janvier 1851.

Notes et référencesModifier

  1. C. M. Woodhouse, Navarino, p. 119-120 et 135.

AnnexesModifier

Sources et bibliographieModifier

  • (fr) J. M. V. Kerviler, « Souvenirs d'un vieux capitaine de frégate : la bataille de Navarin. », Revue de Bretagne et de Vendée, mars 1891. lire sur Gallica
  • (en) C. M Woodhouse, The Battle of Navarino, Hodder and Stoughton, 1965.

Articles connexesModifier