Usine Leroy (Saint-Fargeau-Ponthierry)

usine à Saint-Fargeau-Ponthierry (Seine-et-Marne)

L'ancienne usine Leroy de Saint-Fargeau-Ponthierry fut le fer de lance de la production de papiers peints pendant une grande partie du XXe siècle.

Usine Leroy
Image dans Infobox.
L'enseigne de l'usine Leroy, près de la voie ferrée de Saint-Fargeau-Ponthierry
Présentation
Type
Architecte
Construction
1913
Propriétaire
Commune
Patrimonialité
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
4 à 8 rue Pasteur et rue du 11-Novembre-1918Voir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte d’Île-de-France
voir sur la carte d’Île-de-France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

HistoriqueModifier

 
La machine aux 26 couleurs.

Fondée en 1842 au 59 rue La Fayette à Paris par Louis-Isidore Leroy (1816-1899)[1], la manufacture des papiers peints Leroy se fait connaître par ses innovations techniques et la richesse des motifs employés pour l'impression des papiers peints. En 1879, l'entreprise s'étend dans des bâtiments situés 7 et 9 rue du Château-Landon puis par une usine à vapeur au 11 rue du Château-Landon[1]. L'usine est expropriées par les chemins de fer de l'est en 1912 et est alors transférée à Saint-Fargeau-Ponthierry[1], où la famille Leroy qui a des racines dans la région, achète la grande parcelle de terre dénommée « le Bas de la Seine » en 1912, et confie à l'architecte Paul Friesé la construction d'une usine plus vaste et plus moderne.

En marge de l'usine est aussi construite une cité ouvrière, dont les maisons sont toujours habitées.

Le fils et le petit fils de Louis-Isidore Leroy lui succéderont à la tête de l'usine Leroy.

L'usine subit la crise de 1973 et s'adapte mal aux nouvelles techniques et aux nouveaux marchés. Elle ferme définitivement en 1982, mettant fin à plus d'un siècle d'innovation.

Le bâtiment et les machines de la centrale électrique font l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques par arrêté du . Les façades et les toitures du bâtiment de la centrale électrique font eux l’objet d’une inscription par arrêté du [2].

La machine aux 26 couleursModifier

La machine vue du dessus

La pièce maîtresse des usines Leroy est la machine aux 26 couleurs, une machine capable d'imprimer des rouleaux de papier en 26 couleurs simultanément.

Fabriquée en 1877, cette machine fut présentée par Isidore Leroy lors de l'Exposition Universelle de 1878. Fort de ses innovations passées, il est alors rapporteur de son groupe à l'exposition et ne peut donc concourir. Mais sa présentation d'un motif imprimé en 26 couleurs - chiffre record à l'époque - fait l'admiration de tous, et la machine acquiert une renommée internationale.

La machine est classée au titre objet des monuments historiques par arrêté du [3].

PersonnalitésModifier

  • Pierre-Laurent Baeschlin (1886-1958), artiste peintre, travailla à la création de papiers peints pour la maison Leroy dans les années 1925-1930[4].

La réhabilitation en espace culturelModifier

 
La centrale électrique des usines Leroy, avant sa réhabilitation.

Dans les années 2000, la commune de Saint-Fargeau-Ponthierry rachète les anciennes usines Leroy pour les sauver de la destruction, et conçoit un plan de réhabilitation en espace culturel. Après trois années de travaux, l'espace culturel « Les 26 couleurs » est inauguré en et ouvert au public en .

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • La manufacture de papiers peints Isidore Leroy de Saint-Fargeau-Ponthierry, Virginie Lacour, édité par la Région île de France dans la collection « Parcours du patrimoine », 2010, (ISBN 978-2757202708).
  • Figuier, Louis, Merveilles de l'industrie, Paris, Furne, 1872
  • Saint-Fargeau-Ponthierry au fil du temps, par l'Association de recherches historiques, 1989.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :