United States Taiwan Defense Command

Commandement militaire de la République de Chine par les États-Unis d'Amérique

United States Taiwan Defense Command
Image illustrative de l’article United States Taiwan Defense Command

Création 1955
Dissolution 1979
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Type Commandement militaire
Fait partie de USPACOM seal.png US Pacific Command
Garnison Drapeau de Taïwan Taïwan
Yuanshan, Taipei

L’United States Taiwan Defense Command (ou USTDC/en français :Commandement de la défense des États-Unis a Taïwan) était un commandement des forces armées des États-Unis d'Amérique à Taïwan, en République de Chine.

HistoriqueModifier

 
Effectifs des troupes américaines déployés à Taiwan en 1950 et 1979.

Il était formé, à l'origine, par le centre de liaison de Formose (Formosa Liaison Center ou FLC), fondé en 1955 après la signature du traité de défense mutuelle entre les États-Unis et la république de Chine le à la suite, entre autres, de la première crise du détroit de Taïwan, en . En novembre 1955, Le FLC est devenu le « Taiwan Defense Command », un sous-commandement unifié du United States Pacific Command. Le commandement était composé de personnel de toutes les branches armées des forces armées des États-Unis et était basée à Taipei. Le premier commandant de l'USTDC était Alfred M. Pride, commandant de la septième flotte des États-Unis.

À la suite de l'amélioration des relations entre la Chine et les États-Unis et la visite de Richard Nixon en Chine en 1972, le commandement a été supprimé officiellement le , le traité de défense expirant le [1] à la suite de la Taiwan Relations Act de 1979 reconnaissant la politique d'une seule Chine.

Le siège de son quartier général est devenu en 1983 le Taipei Fine Arts Museum (en).

Unités américaines à TaïwanModifier

 
Emblème de la 327e division aérienne.
 
Des Douglas F4D Skyray j stationnés sur la base aérienne de Pingtung, Marine Aircraft Group 11, 19 septembre 1958

Plusieurs installations sont mises à la disposition des forces américaines dont Taoyuan Air Base.

La composante aérienne est la 327th Air Division (en) de l'United States Air Force entre le et . Le 3e escadre de chasse tactique alors basé aux Philippines pouvait la renforcer.

Armes nucléaires des États-Unis à TaïwanModifier

 
Lancement par le 868th Tactical Missile Squadron d'un missile TM-61C de la Tainan Air Base en 1959
 
Des missiles Martin TM-61C Matado sur la base aérienne de Tainan en 1959
 
Un missile Matador exposé à la base aérienne de Tainan en 2013.

Lors de la guerre froide, le président des États-Unis Eisenhower déclara en 1955 ouverte la possibilité d’employer l’arme nucléaire lors de la première crise du détroit de Taïwan pour défendre l'île[2]. Lors de la seconde crise en 1958, des plans de frappes furent mis sur pied en plaçant de facto sous le parapluie nucléaire américain Taïwan. Des armes nucléaires américaines sont entreposées à Formose de à . Leur nombre varia d’une douzaine à l’origine à moins d’une centaine sous la forme de missiles de croisière MGM-1 Matador armés d’ogives W5 d’une puissance estimée à 20 ou 40 kt du 868e escadron de missiles tactiques sur la base de Tainan qui prit sa première alerte le [3] jusqu’à mi-1962 et de bombes pour avions utilisables par les chasseurs F-100 et F-4 de l’US Air Force[4] à partir de [5].

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Mutual Defense Treaty between the United States of America and the Republic of China », sur Taïwan Documents (consulté le )
  2. (en) Scott Martelle, « Poker face? Author's reinterpretation of Eisenhower's political abilities fails to persuade », sur Chicago Tribune, (consulté le )
  3. (en) George Mindling, « TM-61C at Tainan Air Base », sur 38th Tactical Missile Wing 1959-1966, (consulté le )
  4. (en) Robert S. Norris, William M. Arkin et William Burr, « Where They Were », Bulletin of the Atomic Scientists, vol. 55, no 6,‎ , p. 26-35 (lire en ligne)
  5. (en) Hans M. Kristensen, « Nukes in the Taiwan Crisis », sur Federation of American Scientists, (consulté le )

Liens externesModifier

Lien externeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :