Ouvrir le menu principal

Union des travailleurs communistes libertaires

syndicat révolutionnaire français

L'Union des travailleurs communistes libertaires (UTCL) est un syndicat révolutionnaire établi en France et créé en 1978 après avoir fait scission de l'Organisation révolutionnaire anarchiste deux ans plus tôt. Il actif jusqu'en 1991, année de création d'Alternative libertaire.

HistoriqueModifier

À la suite des grandes grèves de 1974 dans les banques, les PTT et le rail, s'est formée au sein de l'Organisation révolutionnaire anarchiste (ORA) une tendance ouvriériste et syndicaliste révolutionnaire, nommée Union des travailleurs communistes libertaires (UTCL).

La tendance UTCL reprochait à l'ORA sa dérive gauchiste et antisyndicaliste qui l'éloignait du militantisme en entreprise. L'UTCL voulait réancrer l'anarchisme dans le mouvement ouvrier et dans le syndicalisme. À son congrès de 1976, l'ORA a exclu la tendance UTCL, et s'est rebaptisée Organisation communiste libertaire (OCL). En 1978 s'est tenu le congrès constitutif de l'UTCL. L'organisation s’organisait alors en secteur par profession (rail, banques, métallurgie, éducation, etc..

En 1979, l'UTCL reçoit l'adhésion de Georges Fontenis et de Daniel Guérin.

En 1980, l'UTCL a fusionné avec l'Organisation combat anarchiste (OCA).

En 1986, dans la fièvre des luttes anti-Devaquet, est né le Collectif jeunes libertaires (CJL), qui va connaître un grand succès, et bientôt s'adosser à l'UTCL.

Au cours des années 1980, les militants de l'UTCL se sont trouvés à l'animation de plusieurs syndicats de la gauche CFDT, opposés au « recentrage » de la confédération.

En 1986, les cheminots de l'UTCL, dont Henri Célié, Michel Desmars et Christian Mahieux, jouent un rôle important dans le déclenchement des grèves de l'hiver à la SNCF, qui ont vu apparaître pour la première fois des coordinations de grévistes. En 1987, ce sont encore des militants de l'UTCL qui participent au déclenchement de la grande grève des instituteurs. En 1988, on les retrouve dans les grèves de la Poste qui vont entraîner l'exclusion de plusieurs syndicats CFDT combatifs, et à la naissance de SUD-PTT. En 1989, les militants UTCL du secteur aérien sont présents dans la grève violente d'Air France.

L'UTCL a été pendant 15 ans une des organisations d'extrême gauche les plus en pointe dans l'émergence du syndicalisme alternatif qui allait se traduire, après le recentrage de la CFDT, par la création de nouveaux syndicats radicaux (SLT à Usinor-Dunkerque, SNPIT à Air Inter, CRC dans la santé, SUD aux PTT…).

En 1991, l'UTCL et le CJL s'autodissolvent, et leurs militants intègrent Alternative libertaire.

BibliographieModifier

  • Théo Rival, Syndicalistes et libertaires. Une histoire de l’Union des travailleurs communistes libertaires (1974-1991), Éditions Alternative libertaire, 2013, notice Dissidences.

Liens externesModifier

Articles connexesModifier