Ouvrir le menu principal

Un nommé Joe

film américain de 1943
Un nommé Joe
Titre original A Guy Named Joe
Réalisation Victor Fleming
Scénario Dalton Trumbo
Frederick Hazlitt Brennan
Acteurs principaux
Sociétés de production Loew's
Metro-Goldwyn-Mayer
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame fantastique
Durée 122 minutes
Sortie 1943

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Un nommé Joe (A Guy Named Joe) est un film américain de Victor Fleming, sorti en 1943.

Résumé détailléModifier

Dans une unité de bombardement en Angleterre, un pilote américain (Spencer Tracy) se signale par son audace, ses imprudences, son indiscipline. Mais c'est un as, qui réussit tout ce qu'il entreprend.

Il voue une tendre passion à une convoyeuse de l'aviation américaine, avec toute la désinvolture du héros machiste. Mais la tendre aviatrice (Irene Dunne) en profite pour lui chantonner toute la tendresse de son amour. Ses chefs, pour l'assagir, veulent l'envoyer aux États-Unis, faire l'instructeur pour de jeunes pilotes. Sa bien-aimée insiste aussi. Il accepte. Mais il reste une dernière mission à accomplir, pour ce bouillant pilote de B-25 : attaquer dans l'Atlantique un porte-avions allemand. L'héroïque Joe attaque à lui tout seul le porte avions, le coule, mais est tué par des chasseurs allemands[1].

On retrouve notre héros au paradis des pilotes. Il retrouve un copain, abattu avant lui, et leur service est dirigé par un vaillant ancêtre de l'aviation américaine (Lionel Barrymore). On explique à Joe que sa mission consiste à être le copilote invisible des apprentis pilotes, et de leur insuffler son expérience, en restant invisible et muet, uniquement par une sorte de télépathie suggestive. Le jeune pilote croit que sa science ne vient que de lui. Belle et noble mission, de sacrifice total. Cette fois, ils combattent dans le Pacifique. L'apprenti pilote, protégé et guidé par le flamboyant Joe, va devenir un as. Au cours d'une mémorable interception de bombardiers japonais[2] il abat à lui seul six avions sur huit. C'est la gloire ! Mais il fait la connaissance de la belle fiancée en deuil. Tourment cornélien pour le pauvre Joe, dévoré de jalousie posthume.

Le jeune héros blond, amoureux de la poignante quasi veuve, reçoit de bien mauvais conseils de son guide invisible, Joe, très jaloux, qui en oublie le caractère altruiste de sa mission. Il se fait rappeler à l'étage au-dessus, où le dieu des aviateurs le semonce. Repentant et assagi, Joe revient sur terre, résigné désormais à faire le bonheur de son ex-fiancée en compagnie de son élève. Mais voilà que le blond Roméo est envoyé dans une mission périlleuse. Avec son P-38, il doit détruire un dépôt de munitions japonais.

Mais c'est l'aviatrice chanteuse qui s'empare de l'avion, et fait à sa place, la périlleuse mission, sans se douter que Joe est derrière elle, et la guide. Le dépôt de munitions est détruit, l'héroïne revient indemne, et court se blottir dans les bras du blond Roméo préservé, sous le regard attendri et résigné du pauvre Joe.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Et, parmi les acteurs non crédités :

RemakeModifier

Steven Spielberg réalisera un film en 1989 à partir de cette histoire : Always. L'aventure se déroule alors à la fin des années 1980 et le héros n'est plus un pilote d'avion de guerre mais un combattant du feu aux États-Unis.

Autour du filmModifier

Une scène du film est diffusée à la télévision dans le film Poltergeist de Tobe Hooper (produit par Steven Spielberg).

Notes et référencesModifier

  1. Parmi lesquels on reconnait en vrai des A-36 américains.
  2. Des B-26 américains en réalité.

Liens externesModifier