Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Dans ce nom vietnamien, le nom de famille, Trần, précède le nom personnel.

Trần Đại Quang
Illustration.
Trần Đại Quang en février 2016.
Fonctions
Président de l'État
de la République socialiste du Viêt Nam
En fonction depuis le
(2 ans, 3 mois et 14 jours)
Élection
Premier ministre Nguyễn Tấn Dũng
Nguyễn Xuân Phúc
Prédécesseur Nguyễn Thị Doan (intérim)
Trương Tấn Sang
Ministre de la Sécurité publique

(4 ans, 8 mois et 5 jours)
Président Trương Tấn Sang
Nguyễn Thị Doan (intérim)
Lui-même
Premier ministre Nguyễn Tấn Dũng
Prédécesseur Lê Hồng Anh
Successeur Tô Lâm
Biographie
Date de naissance (61 ans)
Nationalité vietnamienne
Parti politique Parti communiste vietnamien

Trần Đại Quang
Présidents de l'État
de la République socialiste du Viêt Nam

Le général Trần Đại Quang, né le 12 octobre 1956 dans la province de Ninh Bình[1], est un homme politique vietnamien.

Il étudie à l'École de police, puis à l'École des langues étrangères du ministère des Affaires culturelles dans les années 1970. Il travaille ensuite à diverses fonctions au ministère de l'Intérieur. Il étudie à l'Université de Droit de Hanoi de 1991 à 1994, puis à l'Académie nationale de sciences politiques et d'administration publique Ho Chi Minh de 1994 à 1997. Membre du Parti communiste, il est nommé en 2003 vice-directeur général de la Sécurité générale au ministère de la Sécurité publique, avec le grade de major-général. En 2007, il est promu lieutenant-général et vice-ministre de la Sécurité publique. En 2009, étant titulaire d'un doctorat, il est fait professeur des universités. La même année, il devient membre du comité central du Parti communiste[1].

En 2011, il est élu député à l'Assemblée nationale, et est nommé ministre de la Sécurité publique. En 2012, il est promu général[1]. En 2015, il informe l'Assemblée que, sous sa direction, la police depuis 2012 a arrêté près de 2 700 personnes pour atteinte à la sécurité publique. Dans le même rapport, il indique que la police a eu pour tâche d'empêcher des dissidents d'« agiter et inciter les gens à s'assembler, manifester et protester contre le parti et l'État ». La tâche de la police, à ses yeux, inclut également d'empêcher la formation d'« organisations politiques d'opposition intérieures » ainsi que la création ou la promotion de « groupes et organisations illégaux sur Internet ». Il note que durant cette période, « plus de soixante groupes » ont été formés illégalement « au nom de la démocratie et des droits de l'homme », et ont conséquemment été réprimés. L'organisation Human Rights Watch dénonce cette répression et ces propos[2].

En janvier 2016, le congrès du Parti communiste le propose au poste de président de la République. Cette nomination devra être formellement approuvée par l'Assemblée nationale à l'issue des élections législatives du mois de mai[3].

Le 2 avril 2016, il est élu par le Parlement (460 voix sur 465) et investi le même jour[4]

Article connexeModifier

Notes et référencesModifier

  1. a, b et c (vi) Fiche biographique, gouvernement de la République socialiste du Viêt Nam]
  2. (en) "Vietnam: Widespread ‘National Security’ Arrests", Human Rights Watch, 19 novembre 2015
  3. (en) "Vietnam’s Party Chief Nguyen Phu Trong Keeps His Post", The Diplomat, 28 janvier 2016
  4. Rulers