Élections législatives vietnamiennes de 2016

Élections législatives vietnamiennes de 2016
Nguyen Phu Trong.jpg Parti communiste – Nguyễn Phú Trọng
Sièges obtenus 475  +17
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Autres candidats du Front de la Patrie
Sièges obtenus 19  −19
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
indépendants
Sièges obtenus 2  −2

Des élections législatives ont eu lieu au Viêt Nam le . Il s'agissait de renouveler, au suffrage universel direct, l'ensemble des cinq cents membres de l'Assemblée nationale[1].

Système électoral et contexteModifier

L'élection se déroule au scrutin plurinominal majoritaire. Le pays est divisé en 182 circonscriptions plurinominales, elles-mêmes subdivisées en « unités électorales » pouvant élire chacune jusqu'à trois députés. « Il doit y avoir plus de candidats que de sièges à pourvoir. Sont déclarés élus les candidats qui obtiennent le plus grand nombre de voix et plus de la moitié de suffrages exprimés dans l'unité. » Si certains sièges ne sont pas pourvus ou que le taux de participation dans une unité est en deçà de 50 %, un second tour est organisé dans cette unité, et la majorité relative suffit alors aux candidats vainqueurs pour être élus[2].

Traditionnellement, la grande majorité des candidats sont nommés par le Front de la Patrie du Viêt Nam, coalition dominée par le Parti communiste. Néanmoins, tout citoyen âgé d'au moins 21 ans peut se porter candidat de manière indépendante, à condition d'être approuvé par le Front de la Patrie. Ainsi, lors des élections précédentes en 2011, 2 % des candidats sont « auto-nominés » plutôt que nominés par le Front de la Patrie[3].

En amont des législatives, le congrès du Parti communiste, en , a élu le secrétaire-général du Parti, le dirigeant de facto du pays. À cette occasion, le congrès a nominé également les futurs président de la République, premier ministre, et président de l'Assemblée nationale. Ces trois nominations devront être approuvées par l'Assemblée issue des élections législatives[4]. Le congrès en janvier renouvelle sa confiance en Nguyễn Phú Trọng pour la direction du parti. Le ministre de la Sécurité intérieure, Trần Đại Quang, est nominé pour le poste de président de la République. Le vice-premier ministre Nguyễn Xuân Phúc sera promu Premier ministre[5].

CandidatsModifier

Cent-soixante-deux personnes tentent de se présenter comme candidats indépendants. Parmi eux, une vingtaine de dissidents, défenseurs des droits de l'homme, dont l'ancien homme d'affaires Nguyễn Quang A et la chanteuse Mai Khôi. Certains sont arrêtés par les autorités après le dépôt de leur demande de candidature. Au final, seuls onze candidats indépendants sont autorisés à se présenter[6],[7],[8]. Au total, 870 candidats sont retenus pour briguer les 500 sièges[9]. Parmi eux, donc, 859 candidats nominés par le Front de la Patrie, ce qui lui garantit par avance une très large majorité des sièges à l'Assemblée.

RésultatsModifier

Le taux de participation annoncé est de 98,7 %[9]. Dans plusieurs circonscriptions, les électeurs n'accordent pas leur approbation à suffisamment de candidats pour pouvoir tous les sièges. Ainsi, à Cần Thơ, deux sièges ne sont pas pourvus, trop peu de candidats ayant recueilli une majorité absolue de suffrages favorables. Il y a également un siège resté vacant dans les provinces de Sóc Trăng et de Đồng Nai, entre autres[10].

Les candidats membres du Parti communiste ou affiliés au parti remportent presque tous les sièges ; seuls deux candidats indépendants sont élus, soit deux de moins qu'auparavant. Il y a cent-trente-trois femmes parmi les élus, soit onze de plus que durant la législature précédente[11],[12].

Notes et référencesModifier