Ouvrir le menu principal

Trône du chrysanthème

Le trône Takamikura au palais impérial de Kyoto est essentiellement utilisé pour les cérémonies d'accession (1917).

Le trône du chrysanthème, en japonais kōi (皇位?, littéralement « trône impérial ») est le nom couramment donné au trône impérial du Japon, du fait que le mon ou insigne héraldique du chrysanthème à seize pétales[l 1] est utilisé par les empereurs depuis la période Kamakura[1]. L'empereur Go-Toba qui aimait beaucoup cette fleur l'aurait introduite sur ses vêtements et ses biens. Le chrysanthème est devenu l'insigne officiel de l'empereur du Japon en 1869 lors de la restauration de Meiji.

Selon certaines légendes, le trône du chrysanthème est la plus ancienne dynastie monarchique de la planète. Dans le Nihonshoki, il est dit que l'empire du Japon a été fondé en 660 av. J.-C. par l'empereur Jinmu[1]. Selon la tradition, l'empereur Naruhito est le 126e empereur du Japon et donc le 125e descendant de Jinmu. Les données historiques remontent à l'empereur Ōjin qui est présenté pour avoir régné au début du Ve siècle.

En dépit du fait qu'il y a eu auparavant huit « impératrices » (portant un titre différent des impératrices consorts), une loi promulguée à la fin du XIXe siècle par l'Agence impériale et le Conseil d'État interdit aux femmes l'accession au trône[1].

Notes et référencesModifier

Notes lexicales bilinguesModifier

  1. Emblème du Chrysanthème impérial (菊花紋章, kikukamonshō ou kikkamonshō?).

RéférencesModifier

  1. a b et c Johann Fleuri, « Japon. Naruhito, héritier discret d'un empereur adulé », Ouest-France, (consulté le 26 juillet 2019).

Voir aussiModifier