Trézence

rivière française

la Trézence
(canal de Saint-Julienne)
Illustration
La rivière Trézence, principal affluent de la Boutonne, arrose la commune de Migré.
Carte.
Cours de la Trézence.
Caractéristiques
Longueur 27,7 km [1]
Bassin collecteur Charente
Débit moyen (Tonnay-Boutonne)
Régime pluvial océanique
Cours
Source source
· Localisation Loulay
· Altitude 61 m
· Coordonnées 46° 02′ 18″ N, 0° 30′ 40″ O
Confluence Boutonne
· Localisation Tonnay-Boutonne
· Altitude m
· Coordonnées 45° 57′ 34″ N, 0° 41′ 32″ O
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Charente-Maritime
Cantons Loulay, Tonnay-Boutonne
Arrondissement Saint-Jean-d'Angély
Régions traversées Nouvelle-Aquitaine

Sources : SANDRE:R61-0430, Géoportail

La Trézence est une rivière française et un affluent de la Boutonne, donc un sous-affluent de la Charente. Elle arrose le département de la Charente-Maritime, dans la région Nouvelle-Aquitaine.

GéographieModifier

La Trézence est le principal affluent de rive droite de la Boutonne et en même temps son principal tributaire. La longueur de son cours est de 27,7 km[1]. Dans sa partie terminale, il s'appelle aussi le canal de Saint-Julienne.

Communes et cantons traversésModifier

Dans le seul département de la Charente-Maritime, la Trézence traverse onze communes[1] et deux cantons :

La Trézence arrose deux cantons pendant son cours sinueux, le canton de Loulay pour la partie amont et le canton de Tonnay-Boutonne pour la partie aval, tous deux sont situés dans l'arrondissement de Saint-Jean-d'Angély.

Bassin versantModifier

Organisme gestionnaireModifier

AffluentsModifier

La Trézence a cinq affluents contributeurs[1] :

HydrologieModifier

 
La Trézence en avril 2016 à Tournay (commune de Puyrolland).

AménagementsModifier

La Trézence a fait l'objet d'une décision - en 1997 - controversée à propos d'un barrage pour la production ostréicole et l'irrigation alentour[9],[10],[11].

La Trézence est localement entourée de marais , notamment dans la partie comprise entre les communes de Saint-Loup et de Tonnay-Boutonne (marais de Saint-Loup dit aussi "Marais de Landes"), dans lesquels la chasse de nuit se pratique volontiers avec des tonnes flottantes ou sur pilotis.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

 

Les coordonnées de cet article :

Notes et référencesModifier

RéférencesModifier

  1. a b c et d Sandre, « Fiche cours d'eau - La Trézence (R61-0430) » (consulté le )
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Bief (R6150560) » (consulté le )
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Sureau (R6150580) » (consulté le )
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Grand Pré (R6150590) » (consulté le )
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bief du Moulin (R6160510) » (consulté le )
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Renolet (R6160520) » (consulté le )
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Soie (R6170500) » (consulté le )
  8. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Bibot (R6170510) » (consulté le )
  9. Lettre Eau no 12-13 Avril 2000, « Trézence, un barrage reconnu d'inutilité publique » (consulté le )
  10. Gobages.com, « Trézence - Plus d'obstacle au barrage » (consulté le )
  11. S.O.S Rivières & Environnement, « Retenue de la Trézence 1990-2003 » (consulté le )