Ouvrir le menu principal

Torerito (Rafael Bejarano Carrasco)

Rafael Bejarano Carrasco
Présentation
Nom de naissance Rafael Bejarano Carrasco
Apodo Torerito
Naissance
Cordoue Andalousie
Décès (à 37 ans)
Cordoue
Nationalité Espagnol
Carrière
Alternative à Cordoue
Parrain, Lagartijo, témoin Frascuelo.
Fin de carrière 1899

Rafael Bejarano Carrasco dit « Torerito » (« petit torero ») né le à Cordoue (Espagne), mort le à Cordoue, est un matador espagnol.

CarrièreModifier

Ses débuts d'enfant-torero se font dans les abattoirs de sa ville natale, en compagnie de « Guerrita ». Très jeune, il est enrôlé dans une cuadrilla d'enfants, avant d'être intégré comme banderillero dans les cuadrillas de matadors célèbres comme « Frascuelo » ou « Manuel Fuentes y Rodríguez » en 1883.

De 1884 à 1889, il est enrôlé dans la cuadrilla de « Lagartijo ». Quoique toujours banderillero cette année-là, « Lagartijo » l'autorise à tuer quelques têtes de bétail dans les tientas en vue de sa formation de matador.

Le , il prend l'alternative à Madrid avec pour parrain « Lagartijo » et pour témoin « Frascuelo », devant un toro de Anastasio Martín : Cocinero. Sa corrida d'alternative n'est pas une réussite avec une estocade ratée, ce qui relègue « Torerito » à un rang inférieur.

Toutefois, lors de sa réapparition à Madrid le , il remporte un franc succès avec des taureaux de la ganadería Veragua et reçoit plusieurs trophées. Sa carrière prend un nouvel essor de 1892 à 1898. Mais il se retire du ruedo après la corrida du 21 septembre 1899 à Oviedo[1].

StyleModifier

Ce torero avait une bonne connaissance du taureau, mais il faiblissait à l'estocade, notamment le jour de son alternative, ce qui a été un grand handicap pour l'ensemble de sa courte carrière. Il était particulièrement doué pour le tercio de banderilles[1].

BibliographieModifier

  • Refilon, L'Évolution de la tauromachie du Cid Campeador à Luis Miguel Dominguín, Paris, Gründ, , p. 191 Introduction du Duc Levis de Mirepoix

Notes et référencesModifier

  1. a et b Refilon 1960, p. 191

Voir aussiModifier