Ouvrir le menu principal
Cuadrillas défilant lors du paseo : on aperçoit sur la gauche les matadors portant le capote de paseo, suivis de leurs peones et des picadors à cheval. Les monosabios en chemise rouge suivent.

Cuadrilla (de l'espagnol : troupe, bande, équipe) ou quadrille (fem) est un terme de la tauromachie désignant l'équipe de toreros placés sous les ordres du matador et qui affrontent, à pied ou à cheval, le taureau. Cette équipe se compose de trois peones et de deux picadors[1].

Sommaire

PrésentationModifier

Au moment du paseo, les cuadrillas défilent devant le président après le passage des alguazils et avant les monosabios et mulilleros qui ferment la marche avec l'arrastre.

HistoriqueModifier

Costillares (1743-1800), considéré comme l'un des principaux pères de la corrida moderne, fut l'un des premiers à organiser les cuadrillas de toreros de manière rigoureuse[2]. Jusqu'alors, chacun des toreros (matador, banderillero, picador) était indépendant et engagé séparément par l'organisateur de la corrida. À partir de Costillares, banderilleros et picadors deviennent les employés du matador[3].

Les peonesModifier

Aides du matador, les peones sont au nombre de trois par cuadrilla[4]. Ils l’assistent lors des différentes phases de la lidia :

  • en préparation du premier tercio, en réalisant une série de passes de capote (« toreo de cape ») pour permettre au matador d'étudier le taureau, puis en plaçant le taureau au moment de l'intervention des picadors
  • au deuxième tercio, en posant les banderilles. C’est pourquoi le terme « banderillero » qui, stricto sensu désigne celui qui pose les banderilles, est couramment utilisé comme synonyme de « peón ».

L'un d'eux est puntillero, c'est-à-dire chargé d'achever le taureau à terre après l'estocade.

Les picadorsModifier

Le picador applique les piques lors du premier tercio. Chaque cuadrilla compte deux picadors, qui officient à tour de rôle[5].

BibliographieModifier

  • Bartolomé Bennassar, Histoire de la tauromachie, Paris, Desjonqueres, (ISBN 2-904227-73-3)
  • Robert Bérard (dir.), Histoire et dictionnaire de la Tauromachie, Paris, Bouquins Laffont, (ISBN 2-22109-246-5)
  • Véronique Flanet (dir.) et Pierre Veilletet (dir.), Le Peuple du toro : ouvrage collectif, Paris, Hermé, (ISBN 2866650344)
    L'ouvrage comprend des contributions de Michel del Castillo, Jean Lacouture, Yves Harté; Jacques Durand Francisco Ruiz Miguel
  • Auguste Lafront, Encyclopédie de la corrida, Paris, Prisma,
  • Jean-Baptiste Maudet, Terres de taureaux - Les jeux taurins de l'Europe à l'Amérique, Madrid, Casa de Velasquez, , 512 p. (ISBN 8496820378), Annexe CD-Rom 112 pages
  • Jean-Baptiste Maudet, Terres de taureaux - Les jeux taurins de l'Europe à l'Amérique, Madrid, Casa de Velasquez, , 512 p. (ISBN 8496820378), préface de Jean-Robert Pitte
  • Claude Pelletier, L'heure de la corrida, Paris, Découvertes Gallimard, (ISBN 2070531899)
  • Claude Popelin et Yves Harté, La Tauromachie, Paris, Seuil, (1re éd. 1970) (ISBN 2020214334)
  • Paul Casanova et Pierre Dupuy, Dictionnaire tauromachique, Marseille, Jeanne Laffitte, (ISBN 2862760439)

Notes et référencesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :