Toponymie des îles Malouines

page de liste de Wikipédia

Cet article dresse une liste de toponymes des îles Malouines avec leurs équivalences en anglais, en espagnol et en français. De nombreux toponymes espagnols ont une origine différente de leurs équivalents en anglais, et nombre d'entre eux ont une connotation religieuse. Certains ont été attribués par les conquistadores espagnols, alors que d'autres ont été donnés par des gouvernements argentins bien plus tard.

Les toponymes espagnols ne sont presque jamais utilisées par les résidents des îles elles-mêmes, et le recours à certains d'entre eux, comme Malvinas et Puerto Argentino, peut être considéré comme offensant pour ces mêmes habitants en raison de leur association avec le invasion argentine de 1982[1]. Dans une déclaration conjointe publiée à la suite de l'accord de 1999 sur la levée des restrictions de voyage en direction des îles, l'Argentine a entrepris de revoir les toponymes argentins pour les lieux situées aux Malouines, tel que cela était imposé par un décret du général Galtieri[2]. Cependant, jusqu'à ce jour, l'Argentine continue d'avoir recours à ces toponymes à la grande frustration des insulaires[3]. Beaucoup ne sont généralement pas utilisés en tant que toponymes en espagnol, ils s'agit plutôt de noms conférés par un comité de Gouvernement argentin afin d'éviter d'employer le toponyme en langue anglaise.

Les îles Malouines (en espagnol : Falkland Islands) tirent leur nom du détroit des Falkland, un détroit séparant les deux principales îles de l'archipel[4]. Le nom « Falkland » est donné au détroit par John Strong, le capitaine d'une expédition anglaise, qui débarque sur les îles en 1690. Strong baptise ce détroit en l'honneur d'Anthony Cary, 5e vicomte Falkland, le Treasurer of the Navy ayant financé leur voyage[5],[6]. Le titre du Vicomte Falkland faisait référence à la ville de Falkland, en Écosse, dont le nom venait de « folkland » (la terre détenue par folk-right[7]). Le nom n'est pas appliqué à ces îles jusqu'en 1765, lorsque le capitaine anglais John Byron de la Royal Navy, revendique cette terre au nom du roi George III sous le nom de « Falkland's Islands »[8],[6]. Le terme « Falklands » est une abréviation standard utilisée pour désigner les îles.

Le nom espagnol pour désigner l'archipel, Islas Malvinas, dérive du français Îles Malouines — le nom donné à ces îles par l'explorateur français Louis-Antoine de Bougainville en 1764[9]. Bougainville, qui a fondé la première colonie sur ces îles, nomme les îles d'après le port de Saint-Malo, le point de départ de son expédition[9],[6]. Le port, situé en Bretagne à l'ouest de la France, tire son nom de saint Malo (ou saint Maclou), l'évangéliste catholique qui fonde la ville[10].

Lors de la 20e session de l'Assemblée générale des Nations unies, le Quatrième commission (en) détermine que, dans toutes les langues à l'exception de l'espagnol, tous les documents émanant des organes des Nations unies désigneraient ce territoire sous le nom de Falkland Islands (Malvinas). En espagnol, ce territoire serait désigné sous le nom d'Islas Malvinas (Falkland Islands)[11]. La nomenclature utilisée par les Nations unies à des fins d'études statistiques est Falkland Islands (Malvinas)[12].

Quelques lieux portent le même nom aussi bien en anglais qu'en espagnol ; par exemple Darwin, San Carlos, Salvador et Rincon Grande.

Cartes de l'archipelModifier

 
Carte avec les toponymes en anglais
 
Carte avec les toponymes argentins (en espagnol)
 
Carte avec les toponymes en français

Noms d'îlesModifier

Toponyme en anglais Toponyme en espagnol Toponyme en français Notes
Falkland Islands Islas Malvinas Îles Malouines Le nom espagnol des îles est dérivé du toponyme français « îles Malouines »
West Falkland Isla Gran Malvina Grande Malouine ou Malouine occidentale Malgré le nom espagnol, East Falkland est en fait plus grande
East Falkland Isla Soledad Malouine orientale
Barren Island Isla Pelada Île Barren Le nom espagnol est une traduction directe de l'anglais
Beaver Island Isla San Rafael Île Beaver
Beauchene Island Isla Beauchéne Île Beauchêne Nommée d'après Jacques Gouin de Beauchêne
Bleaker Island Isla María Île Bleaker
Carcass Island Isla del Rosario Île Carcass Nommée d'après le HMS Carcass qui explore les îles en 1766.
Eddystone Rock Roca Remolinos Eddystone Rock (en) Le nom anglais fait référence à Eddystone au large du Devon et de la Cornouailles.
George Island Isla Jorge Île George Le nom espagnol est une traduction directe de l'anglais
Great Island Isla Grande Grande île (en) Le nom espagnol est une traduction directe de l'anglais
Jason Islands Isla Sebaldes Îles Jason « Sebald Islands » était le nom donné à l'ensemble de l'archipel, il est dérivé de Sebald de Weert, reconnu assez largement comme étant le premier explorateur européen à avoir aperçu les îles. Les îles Jason sont divisées en deux groupes en espagnol. « Jason Islands » fait référence au HMS Jason qui explore les îles en 1766.
N/A (partie de Jason Islands) Islas los Salvajes Désigne les îles de Grand Jason et Steeple Jason
N/A (partie de Jason Islands) Islas las Llaves Flat Jason, Seal Rocks et North Fur Island
Keppel Island Isla de la Vigía Île Keppel Nommée en l'honneur de l'amiral Augustus Keppel
Lively Island Isla Bougainville Île Bougainville / Île Lively Le nom espagnol est une traduction directe du toponyme français. L'île a été nommée en l'honneur de Louis-Antoine de Bougainville.
New Island Isla Goicoechea, Isla San Felipe ou Isla Nueva Île New
Pebble Island Isla (de) Borbón/Isla Bourbon Île de Bourbon / Île Pebble
Ruggles Island Isla Calista Île Ruggles (en)
Saunders Island Isla Trinidad Île Saunders
Sea Lion Island Isla de los Leones Marinos Île des Lions de mer Le nom espagnol est une traduction directe de l'anglais
Sedge Island Isla Culebra Île Sedge (en)
Speedwell Island Isla Águila Île Speedwell Auparavant « Eagle Island » en anglais
Staats Island Isla Staats Île Staats Le nom espagnol est une traduction directe de l'anglais. Nommée en l'honneur des États de Hollande.
Weddell Island Isla San José Île Weddell Auparavant « Swan Island » en anglais (cf Swan Islands)
West Point Island Isla Remolinos Île West Point Auparavant « Albatross Island » en anglais

Noms de localitésModifier

Toponyme en anglais Toponyme en espagnol Toponyme en français Notes
Stanley Puerto Argentino Port Stanley Puerto Argentino est utilisé pour la première fois pendant la guerre des Malouines et il est employé par les partisans des revendications argentine. Port Stanley persiste en anglais, mais il ne s'agit pas du nom officiel[13]
Port San Carlos Puerto San Carlos Port San Carlos
Goose Green Prado del Ganso, Ganso Verde [sic] Goose Green
Port Louis Puerto Luis Port Louis / Port Saint Louis Le toponyme d'origine est le nom français de « Port Saint Louis », pendant l'occupation espagnole il est renommé Puerto Soledad, puis brièvement Anson's Harbour par les britanniques avant de redevenir Port Louis[14]
Port Howard Puerto Mitre Port Howard
Teal Inlet Caleta Trullo Teal Inlet (en)
Johnson's Harbour Puerto Johnson Johnson's Harbour (en)

Monts, caps, péninsulesModifier

Toponyme en anglais Toponyme en espagnol Toponyme en français Notes
Cape Dolphin Cabo Leal Cap Dauphin
Mount Usborne Cerro Alberdi Mont Usborne
Mount Adam Monte Independencia/Monte Beaufort[13] Mont Adam (en)
Mount Robinson Mont Robinson Nommé Monte Independencia jusqu'à ce qu'il soit découvert que le mont Adam était plus haut[13]
NA Peninsula de Freycinet Péninsule de Freycinet Péninsule située au nord de Port William (pas d'équivalent en anglais)
NA Peninsula de San Luis Péninsule de Saint Louis Péninsule au nord-est de Malouine orientale comprenant Johnson's Harbour, Port Saint Louis et Rincon Grande (pas d'équivalent en anglais)

Étendues d'eauModifier

Toponyme en anglais Toponyme en espagnol Toponyme en français Notes
Falkland Sound Estrecho de San Carlos Détroit des Falkland Le nom anglais provient du nom du détroit, San Carlos Water désigne une zone plus limitée en anglais.
Scotia Sea Mar Argentino Mer de Scotia / Mer d'Argentine Le terme « mer de Scotia » apparaît vers 1932 après que le navire Scotia, de la Scottish National Antarctic Expedition (1902-1904) ait croisé dans ces eaux. « Mar Argentino » se réfère à la mer située au-dessus du plateau continental au large de l'Argentine continentale. Les limites de ces deux mers sont légèrement différentes.
Choiseul Sound Seno Choiseul Détroit de Choiseul Nom donné par Louis-Antoine de Bougainville en l'honneur du Ministre des Affaires étrangères français, le duc de Choiseul.
Berkeley Sound Bahía de la Anunciación Baie Accaron
Adventure Sound Bahía del Laberinto
Bay of Harbours Bahía de los Abrigos
Grantham Sound Bahía de Ruiz Puente Détroit Grantham
Foul Bay Bahía Sucia
Port Albemarle Bahía Santa Eufemia Port Albemarle
Port William Puerto Groussac Baie Choiseul / Port Groussac
Queen Charlotte Bay Bahía San Julián
Port Edgar Puerto Edgardo Port Edgar
King George Bay Bahía 9 de Julio
Byron Sound Bahía San Francisco de Paula
Keppel Sound Bahía de la Cruzada
Stanley Harbour Beau Porte Baptisé « Beau Porte » par les Français[15] puis « Port Jackson » par les Britanniques. Parfois appelé à tort Port Stanley.

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Agreement of 14th July 1999 », Falklands.info
  2. (en) « International Relations » [archive du ], Falkland Islands Government
  3. (en) « Agreement of 14th July 1999 », falklands.info
  4. Jones 2009, p. 73.
  5. Dotan 2010, p. 165
  6. a b et c Room 2006, p. 129
  7. Room 2006, p. 129.
  8. Paine 2000, p. 45
  9. a et b Hince 2001, p. 121
  10. Balmaceda 2011, chapitre 36.
  11. Foreign Office 1961, p. 80.
  12. (en) « Standard Country and Area Codes Classifications », United Nations Statistics Division,
  13. a b et c The Toponymy of the Falkland Islands as recorded on Maps and in Gazetteers The Permanent Committee on Geographical Names for British Official Use.
  14. [1]
  15. Dom Pernety, Antoine-Joseph. Journal historique d'un voyage fait aux Iles Malouïnes en 1763 et 1764 pour les reconnoître et y former un établissement; et de deux Voyages au Détroit de Magellan, avec une Rélation sur les Patagons, Berlin, Etienne de Bourdeaux, 1769, 2 vol., 704 p. vol. 1 & vol. 2

BibliographieModifier

  • (en) Yossi Dotan, Watercraft on World Coins: America and Asia, 1800–2008, vol. 2, Portland, Oregon, The Alpha Press, (ISBN 978-1-898595-50-2)
  • (en) Roger Jones, What's Who? A Dictionary of Things Named After People and the People They are Named After, Leicester, England, Matador, (ISBN 978-1-84876-047-9)
  • (en) Adrian Room, Placenames of the World, Jefferson, North Carolina, McFarland & Company, Inc., (ISBN 978-0-7864-2248-7)
  • (en) Lincoln Paine, Ships of Discovery and Exploration, New York, Mariner Books, (ISBN 978-0-395-98415-4)
  • (en) Bernadette Hince, The Antarctic Dictionary, Collingwood, Melbourne, CSIRO Publishing, (ISBN 978-0-9577471-1-1)
  • (es) Daniel Balmaceda, Historias Inesperadas de la Historia Argentina, Buenos Aires, Editorial Sudamericana, (ISBN 978-950-07-3390-8)
  • (en) Foreign Office, Report on the Proceedings of the General Assembly of the United Nations, London, H.M. Stationery Office,

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier