Tomu Uchida

réalisateur japonais

Tomu Uchida (内田 吐夢, Uchida Tomu?), de son vrai nom Tsunejirō Uchida (内田 常次郎, Uchida Tsunejirō?), né le à Okayama et mort le , est un réalisateur japonais.

Tomu Uchida
内田 吐夢
Description de cette image, également commentée ci-après
Tomu Uchida en 1929.
Nom de naissance 内田 常次郎 (Uchida Tsunejirō?)
Naissance
Okayama (Japon)
Nationalité Drapeau du Japon Japonaise
Décès (à 72 ans)
Profession Réalisateur
Acteur
Films notables Le Mont Fuji et la lance ensanglantée
Meurtre à Yoshiwara
Le Détroit de la faim

BiographieModifier

Né à Okayama, Uchida part à 16 ans pour Yokohama pour travailler dans une fabrique de piano. Après son service militaire, il travaille comme accordeur de piano, dans une grande pauvreté. C'est durant cette période qu'il développe une passion pour le monde occidental et adopte le surnom de Tom, transcrit par deux caractères qui peuvent se lire Tomu.

 
De g. à d. : Heinosuke Gosho, Yasujirō Ozu, Tomu Uchida, Kiyohiko Ushihara, Isamu Kosugi et Mikio Naruse en 1955.

Thomas Kurihara (ja) et Jun'ichirō Tanizaki lui offrent ses premiers rôles au cinéma au début des années 1920 au sein de la Taikatsu. À partir de 1926, il travaille comme réalisateur pour la compagnie Nikkatsu. Il s'impose rapidement comme un des réalisateurs les plus importants de l'avant-guerre au Japon, avec des films comme Kagirinaki zenshin (1937) et Tsuchi (1939). Fervent nationaliste, il soutient l'aventure militariste du Japon et décide de s'exiler en 1940 en Mandchourie, alors contrôlée par le Japon, pour y tourner des films. Fait prisonnier par les Chinois, il restera en Chine jusqu'en 1953, contraint un temps au travail forcé et découvrant la pensée de Mao. La critique communiste de la société sera un élément important de sa filmographie à venir.

Rentré au Japon, il travaille à la compagnie Toei et devient un spécialiste renommé du jidai-geki dans un style plus réaliste et teinté de critique sociale. C'est ainsi qu'en 1955, il tourne un des films japonais les plus importants de l'après-Seconde Guerre mondiale : Le Mont Fuji et la lance ensanglantée, où l'influence des idées communistes sur Uchida transparaît nettement dans la critique des rapports entre les classes sociales. Il tourne également des films contemporains (gendaigeki) à thème social comme La Dernière extrémité (Dotanba) en 1957 ou Le Détroit de la faim (1964).

De 1961 à 1971, il réalise six films pour adapter le roman Musashi d'Eiji Yoshikawa qui raconte la vie du samouraï légendaire Musashi Miyamoto (1584-1645). Tomu Uchida meurt au cours du tournage de Duel à mort (真剣勝負, Shinken shōbu?) en 1970.

FilmographieModifier

La filmographie de Tomu Uchida est établie à partir la base de données JMDb.

Comme acteurModifier

Comme réalisateurModifier

 
La Poupée vivante (1929).
 
Taisuke Matsumoto et Isamu Kosugi dans Le Policier (1933).
 
Hisako Takihana et Yukiko Todoroki dans L'Avancée éternelle (1937).
 
Isamu Kosugi et Akiko Kazami dans La Terre (1939).
 
Tomu Uchida sur le tournage de Le Mont Fuji et la lance ensanglantée (1955).
 
Affiche du film Chacun dans sa coquille (1955).

Sauf indication contraire, les titres en français se basent sur la filmographie de Tomu Uchida dans l'ouvrage Le Cinéma japonais de Tadao Satō[1].

Les années 1920Modifier

  • 1922 : Ah ! le policier Konishi (噫小西巡査, Aa, Konishi junsa?), coréalisé avec Teinosuke Kinugasa
  • 1925 : Enmei-in no semushi otoko (延命院の傴僂男?)
  • 1925 : Sensō (戦争?)
  • 1925 : Giketsu (義血?)
  • 1925 : Vanity Is Hell (虚栄は地獄, Kyoei wa jigoku?)[2]
  • 1927 : Trois jours de compétition (競走三日間, Kyoso mikkakan?)
  • 1927 : Les Chaussures (, Kutsu?)
  • 1927 : Gloire future (未来の出世, Mirai no shusse?)
  • 1927 : Le Roi du canotage (漕艇王, Sōteiō?)
  • 1927 : Le Groupe oriental des yakuzas (東洋武侠団, Tōyō bukyō-dan?)
  • 1927 : Le Paresseux (なまけ者, Namakemono?)
  • 1927 : Pluie de bombes (砲煙弾雨, Hōen dan'u?)
  • 1928 : La Ligue antialcoolique des buveurs (のみすけ禁酒騒動, Nomisuke kinshu undo?)
  • 1928 : La Terre tourne III (地球は廻る 第三部 空想篇, Chikyu wa mawaru: Dai-san-bu Kuso hen?)
  • 1928 : Le Riche Avare (けちんぼ長者, Kechinbo choja?)
  • 1928 : La Lumière (, Hikari?)
  • 1929 : Le Vent du monde libre (娑婆の風, Shaba no kaze?)
  • 1929 : La Poupée vivante (生ける人形, Ikeru ningyō?)[3]
  • 1929 : La Marche de la Nikkatsu (日活行進曲, Nikkatsu kōshin kyoku?)
  • 1929 : Taiyōji, l'enfant des mers (大洋児出船の港, Taiyōji defune no minato?)
  • 1929 : La Sueur (, Ase?)[4]

Les années 1930Modifier

  • 1930 : Le Jour de l'aller-retour au paradis (天国その日帰り, Tengoku sono higeari?)[5]
  • 1931 : Jean Valjean (ジャンバルジャン, Jan Barujan?)[6]
  • 1931 : Miss Japon (日本嬢, Misu Nippon?)
  • 1931 : Les Faits divers (三面記事, Sanmen kiji?)
  • 1931 : Le Champion de la vengeance (仇討選手, Adauchi senshu?)
  • 1932 : Debout sur la terre (大地に立つ, Daichi ni tatsu?) (film en deux parties)
  • 1932 : Un amour infini (愛は何処までも, Ai wa doko mademo?)
  • 1933 : L'Appel de l'Asie (叫ぶ亜細亜, Sakebu Ajia?)
  • 1933 : Le Policier (警察官, Keisatsukan?)[7]
  • 1934 : Le Soleil sur le fleuve (河の上の太陽, Kawa no ue no taiyō?)[8]
  • 1934 : Vent chaud (熱風, Neppu?)
  • 1935 : Le Trône de l'homme blanc I (白銀の王座 前篇, Hakugin no ōza: Zenpen?)
  • 1935 : Le Trône de l'homme blanc II (白銀の王座 後篇, Hakugin no ōza: Kōhen?)
  • 1936 : Le Théâtre de la vie - Jeunesse (人生劇場, Jinsei gekijō: Seishun hen?)
  • 1936 : La Couronne de vie (生命の冠, Seimei no kanmuri?)
  • 1937 : La Ville nue (裸の町, Hadaka no machi?)
  • 1937 : L'Avancée éternelle ou Le Chemin sans fin (限りなき前進, Kagirinaki zenshin?)
  • 1938 : Les Mille et une nuit de Tokyo (東京千一夜, Tōkyō sen'ichiya?)
  • 1939 : La Terre (, Tsuchi?)[9]

Les années 1940Modifier

  • 1940 : Histoire I (歴史 第一部 動乱戊辰, Rekichi: Daiichibu: Dōran Boshin?)
  • 1940 : Histoire II-III (歴史 第二部 焦土建設、第三部 黎明日本, Rekichi: Dainibu: Shodo kensetsu - Daisanbu: Reimi Nihon?)
  • 1942 : Torii Suneemon (鳥居強右衛門?)

Les années 1950Modifier

Les années 1960 et 1970Modifier

DistinctionsModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

RécompensesModifier

SélectionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Tadao Satō (trad. du japonais), Le Cinéma japonais (tome II), Paris, Éditions du Centre Pompidou, , 324 p. (ISBN 2-85850-930-1), p. 289-290
  2. (en) Vanity Is Hell - Yamagata International Documentary Film festival
  3. (ja) « 生ける人形 (Ikeru ningyō) », sur www.nikkatsu.com, Nikkatsu (consulté le )
  4. (ja) « 汗 (Ase) », sur www.nikkatsu.com, Nikkatsu (consulté le )
  5. (ja) « 天国その日帰り (Tengoku sono higeari) », sur www.nikkatsu.com, Nikkatsu (consulté le )
  6. « Jan Barujan (Jean Valjean) », sur kinematoscope.org (consulté le )
  7. Le Policier : titre français du film lors de la rétrospective « Le Cinéma japonais » du 19 mars au 29 septembre 1997 au Centre Georges-Pompidou
  8. (ja) « 第18回 無声期日本映画のスチル写真(8)─新興キネマ », sur www.nfaj.go.jp (consulté le )
  9. La Terre : titre français du film lors de la rétrospective « Le Cinéma japonais » du 19 mars au 29 septembre 1997 au Centre Georges-Pompidou
  10. Critique sur eiga go go
  11. Le Bar du crépuscule (1955) - MCJP
  12. Chacun dans sa coquille : titre français du film lors de la rétrospective « Le Cinéma japonais » du 19 mars au 29 septembre 1997 au Centre Georges-Pompidou
  13. Le Passage du grand Bouddha, partie 1 : titre français du film lors de la rétrospective « Le Cinéma japonais » du 19 mars au 29 septembre 1997 au Centre Georges-Pompidou
  14. Le Col du grand Bouddha 1 : titre français du film lors de la rétrospective « La Tōei, histoire des grands studios japonais » du 21 janvier au 20 mars 2010 à la MCJP
  15. Le Passage du grand Bouddha, partie 2 : titre français du film lors de la rétrospective « Le Cinéma japonais » du 19 mars au 29 septembre 1997 au Centre Georges-Pompidou
  16. Le Col du grand Bouddha 2 : titre français du film lors de la rétrospective « La Tōei, histoire des grands studios japonais » du 21 janvier au 20 mars 2010 à la MCJP
  17. Le Passage du grand Bouddha, partie 3 : titre français du film lors de la rétrospective « Le Cinéma japonais » du 19 mars au 29 septembre 1997 au Centre Georges-Pompidou
  18. Le Col du grand Bouddha 3 : titre français du film lors de la rétrospective « La Tōei, histoire des grands studios japonais » du 21 janvier au 20 mars 2010 à la MCJP
  19. Meurtre à Yoshiwara (1960) - Eiga go go !
  20. Critique du coffret DVD de la saga Musashi Miyamoto sur avoir-alire.com
  21. Le Détroit de la faim (1965) - Eiga go go !
  22. Le Théâtre de la vie : titre français du film lors de la rétrospective « Le Cinéma japonais » du 19 mars au 29 septembre 1997 au Centre Georges-Pompidou
  23. a et b (en) Stuart Galbraith, Japanese Filmography : A Complete Reference to 209 Filmmakers and the Over 1250 Films Released in the United States, 1900 Through 1994, Mcfarland, , 509 p. (ISBN 978-0-7864-0032-4), p. 480
  24. (ja) « 20e cérémonie des prix du film Mainichi - (1965年) », sur mainichi.jp (consulté le )
  25. (it) « Gonin no sekkôhei », sur asac.labiennale.org (consulté le )
  26. (it) « Koi ya koi nasuna koi », sur asac.labiennale.org (consulté le )

Liens externesModifier