Tim Hunt

chimiste britannique
Tim Hunt
Tim Hunt at UCSF 05 2009 (4).jpg
Tim Hunt.
Biographie
Naissance
Nationalité
britannique
Domicile
Formation
Clare College
Dragon School
Magdalen College School (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Biochimiste, chimiste, participant au forum internationalVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Richard William Hunt (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Katharine Eva Rowland (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Mary Collins (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Dir. de thèse
Asher Korner (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions

Sir Richard Timothy Hunt ou Tim Hunt (né le à Neston in the Wirral, près de Liverpool) est un biochimiste britannique. Conjointement avec Sir Paul M. Nurse et Leland H. Hartwell il reçut le prix Nobel de physiologie ou médecine en 2001 pour ses travaux sur la régulation du cycle cellulaire par les cyclines et les protéine-kinases cycline-dépendantes (Cdk).

BiographieModifier

Après avoir fréquenté la Dragon School et à la Magdalen College School à Oxford, Sir Tim Hunt obtient en 1968 son Ph.D. au Clare College de l'université de Cambridge. En été 1982, alors qu'il travaillait au Laboratoire de biologie marine à Woods Hole, dans le Massachusetts, Sir Tim Hunt a fait la plus importante de ses trouvailles : en étudiant le cycle cellulaire des œufs de l'oursin Arbacia punctulata, il découvrit les cyclines. Sir Tim Hunt démontra que les niveaux de ces protéines augmentaient dans l'œuf du moment de sa fécondation à l'interphase, pour chuter fortement lors de la mitose et de la division cellulaire, avant de remonter à nouveau lors de l'interphase des cellules filles, et ainsi de suite, cycliquement. Il trouva aussi que ces protéines jouaient un rôle dans la régulation du cycle cellulaire non seulement chez les échinodermes, mais également chez les vertébrés. Par la suite, lui et d'autres ont démontré que les cyclines se lient et activent une famille de protéines régulatrices dénommées actuellement les protéine-kinases cycline-dépendantes (ou Cdk, d'après l'abréviation anglophone de cycline-dependant kinases), dont une en particulier vit son rôle crucial dans la régulation du cycle cellulaire démontré par Paul Nurse.

Dès 1991 Sir Tim Hunt a travaillé à l'Imperial Cancer Research Fund (aujourd'hui le Cancer Research UK, London Research Institute, en Grande-Bretagne). En 1991 il devint membre de la Royal Society[1], puis en 1999 membre de la National Academy of Sciences des États-Unis. En 2006, Sir Tim Hunt a été fait chevalier par la reine Élisabeth II pour ses services à la science[2].

En , Tim Hunt quitte son poste de professeur honoraire à l'University College de Londres après une polémique déclenchée par des propos présentés comme sexistes émis lors d'une conférence en Corée du Sud[3]. Dans un premier temps, Tim Hunt s'excuse de la maladresse de la forme de ses propos en en maintenant le fond[4],[5]. Par la suite, lui-même et plusieurs médias plaident l'humour et une autodérision mal comprise, en soulignant que la suite omise de ses propos où il invitait les femmes à être scientifiques iraient à l'encontre des accusations de sexisme[6],[7],[8],[9].

Notes et référencesModifier

  • Les Prix Nobel. 2002. The Nobel Prizes 2001, Editor Tore Frängsmyr. Nobel Foundation: Stockholm
  1. (en) [PDF] List of fellows of the Royal Society, 1600-2007. A-J, p. 182
  2. London Gazette : no 58014, p. 1, 17-06-2006
  3. (en) « Sexism row scientist Sir Tim Hunt quits over ‘trouble with girls’ speech »,
  4. (en) Alissa Greenberg, « Nobel Scientist's Sexist Remarks Provoke Outrage », sur Time, (consulté le )
  5. (en-GB) « Sir Tim Hunt resigns from university role over girls comment », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. (en) « Revealed: 'Sexist' Nobel winner went on to praise women scientists », sur dailymail.co.uk,
  7. (en) « From the Budget to Sir Tim Hunt: Facts Must Prevail Over Narrative », sur The Huffington Post UK,
  8. (en) « Recording ‘shows Sir Tim was joking’ | The Times »,
  9. (en) « 'Sexist' Scientist Tim Hunt: The Real Story », sur reason.com,

Liens externesModifier

  • (en) Autobiographie sur le site de la fondation Nobel (le bandeau sur la page comprend plusieurs liens relatifs à la remise du prix, dont un document rédigé par la personne lauréate — le Nobel Lecture — qui détaille ses apports)