Ouvrir le menu principal

Thomas Schlesser

historien de l'art français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Schlesser.

Thomas Schlesser (né à Paris le )[1] est un historien de l’art, directeur de la Fondation Hartung-Bergman[2], où il « a pour mission d’assurer la conservation et la valorisation des milliers d’œuvres, des archives et du patrimoine architectural de la propriété d’Antibes, conçue par Hartung[3] ». Il est également, depuis 2014, professeur à l'École polytechnique. Il a auparavant été journaliste pour Beaux Arts magazine et radio Nova[4].

Sommaire

BiographieModifier

Thomas Schlesser a soutenu en 2006 un doctorat en histoire et civilisations[5] à l’École des hautes études en sciences sociales sur l’artiste réaliste Gustave Courbet. Sa thèse est publiée sous le titre Réceptions de Courbet, fantasmes réalistes et paradoxes de la démocratie (Les Presses du réel, 2007). Thomas Schlesser se consacre plus spécifiquement aux liens entre « les champs esthétique et politique »[6]. Il a notamment publié des études sur la caricature, la censure et, dans le cadre d’une bourse Centre d’Histoire de Sciences-Po[7], sur le parcours de l’artiste lyonnais Paul Chenavard (Paul Chenavard, Monuments de l’échec, Presses du réel, 2009), « symptomatique de l’abîme qui se creuse entre les prétentions historiques qui construisent le mythe moderne de l’artiste et son efficacité nulle ou presque »[8]. Il a également travaillé à l'Institut national d'histoire de l'art comme chargé d’études et de recherche (2002-2006) puis comme pensionnaire (2010)[9].

Depuis 2014, Thomas Schlesser dirige la Fondation Hartung-Bergman[2] à Antibes, où il a succédé à François Hers.

Auteur de plusieurs essais, il a été récompensé en novembre 2017 par le Prix Bernier, décerné par l'Académie des Beaux-Arts, pour son livre L'Univers sans l'homme (2016). Cet ouvrage, inspiré du réalisme spéculatif de Quentin Meillassoux[10], étudie les œuvres des artistes qui, depuis le XVIIIe siècle, « cassent le sentiment de centralité de l’humanité tout entière[11] ».

Thomas Schlesser est le petit-fils du chanteur, cabarettiste d'origine gitane André Schlesser, et le fils de l’écrivain Gilles Schlesser.

PerformancesModifier

Thomas Schlesser est l’auteur de plusieurs performances : au Générateur à Gentilly, avec Alberto Sorbelli, dans L’Esthétique de la folie[12] (2011) ; pendant la Nuit blanche 2012, avec Le Saviez-vous ?[13] consistant à « délivrer absolument tout son savoir jusqu’à l’épuisement[14] » ; et en 2016 avec In Memoriam : 10 ans/10 heures dont le protocole consiste en « la restitution orale, pendant dix heures, et sans interruption, des dix dernières années de sa vie en privilégiant un ordre chronologique », sans répétition et sans avoir « sous les yeux aucune note ni document[15] ».

Panthéonisation de CourbetModifier

Depuis 2013, Thomas Schlesser milite avec le psychiatre Yves Sarfati en faveur de la panthéonisation de Gustave Courbet. Ils cosignent une tribune dans le journal Le Monde[16] reprise dans l’exposition « L’ennemi de mon ennemi » de Neïl Beloufa (Palais de Tokyo, 2018), puis amendée et déclamée à l’attention d’Emmanuel Macron le 10 juin 2019, lors du « banquet du bicentenaire »[17] de l’artiste célébré devant le musée d’Orsay.

PublicationsModifier

Essais

  • Faire rêver, Paris, Gallimard, 2019
  • L'Univers sans l'Homme, Paris, Hazan, 2016
  • L’art face à la censure, Paris, Beaux Arts éditions, 2011
  • Paul Chenavard, monuments de l’échec (1807-1895), Dijon, Les Presses du réel, 2009[18]
  • Réceptions de Courbet, fantasmes réalistes et paradoxes de la démocratie (1848-1871), Dijon, Les Presses du réel, 2007[19]

Ouvrages de vulgarisation

  • Une histoire indiscrète du Nu féminin, Paris, Beaux Arts éditions, 2010
  • Cent énigmes de la peinture – la Beauté, Paris, Hazan, 2010
  • Journal de Courbet, Paris, Hazan, 2007
  • Courbet, un peintre à contre-temps, Paris, Scala, 2007

Livres en collaboration

  • Le Roman vrai de l’impressionnisme (avec Bertrand Tillier), Paris, Beaux Arts éditions, 2010
  • L’Autoportrait dans l’histoire de l’art (avec Stéphane Guégan, Henri Soldani et Laurence Madeline), Paris, Beaux Arts éditions, 2009
  • Courbet face à la caricature, le chahut par l’image (avec Bertrand Tillier), Paris, Kimé, 2007
  • 1 Franc, récit (avec Gilles Schlesser), Paris, l’Harmattan, 2002

DistinctionsModifier

  • 2017 : Prix Bernier de l’Académie des Beaux-Arts pour L’Univers sans l’homme
  • 2004 : Prix du Premier Roman du Salon de Draveil pour La Vierge maculée

Notes et référencesModifier

  1. « Biographie Thomas Schlesser », sur evene.fr
  2. a et b « Thomas Schlesser nommé directeur de la Fondation Hartung-Bergman » in Le Quotidien de l'Art n°518, 10 janvier 2014, p. 2. ; Guy Boyer, « Thomas Schlesser nommé à la tête de la Fondation Hartung-Bergman », sur connaissancedesarts.com, 14 janvier 2014.
  3. « Dernière heure : Thomas Schlesser à la Fondation Hartung-Bergman, Christian Parisot et les archives de Modigliani, revalorisation des collections d’art contemporain », Le Journal des Arts,‎
  4. « Le futur c’est maintenant », sur novaplanet.com
  5. « Thèses soutenues par des membres du CEHTA », sur cehta.ehess.fr
  6. Béatrice Vallaeys, « La censure à l’œuvre », sur liberation.fr,
  7. Thomas Schlesser, « Paul Chenavard, l'égal de l'histoire », sur artsetsocietes.org,
  8. Antje Kramer, "Le coin lecture : Paul Chenavard" in Dossier de l'Art n° 176, juillet 2010.
  9. « Le pragmatisme de l’art. Les formes changent-elles les sociétés ? », sur inha.fr
  10. Thomas Schlesser, L'Univers sans l'Homme, Paris, Hazan, 2016, p. 4.
  11. Elisabeth Franck-Dumas, « "Un univers sans l’homme donne toujours une profondeur à la beauté" », Libération,‎ (lire en ligne)
  12. Collectif, Le Générateur, 10 ans d’art et de performances,, Gentilly, le Générateur, , p. 87.
  13. Ibid., p. 158.
  14. Emmanuelle Lequeux, « Par une Nuit blanche sur une Seine sans fin », sur lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 21 juin 2019)
  15. Entretien entre Thomas Schlesser et Yves Sarfati,, « Se rappeler 10 ans de sa vie pendant 10 heures, seul, sans note ni repère temporel : c’était la hantise de devenir fou. », Sociétés & Représentations,‎ 2018/1 (n° 45), p. 205-230.
  16. Yves Sarfati et Thomas Schlesser, « Pour que le Panthéon honore Courbet », Le Monde,‎
  17. Valérie Duponchelle, « Pour le bicentenaire de Courbet, un banquet érudit et énorme », sur lefigaro.fr, Le Figaro, (consulté le 21 juin 2019)
  18. Présentation de Paul Chenavard - Monument de l'échec (1807-1895) sur lespressesdureel.com
  19. Présentation de Réceptions de Courbet, fantasmes réalistes et paradoxes de la démocratie (1848-1871) sur lespressesdureel.com

Liens externesModifier