The March of the Women

hymne au mouvement du suffrage des femmes au Royaume-Uni

The March of the Women
Image illustrative de l’article The March of the Women
Défilé de suffragettes britanniques en 1911.

Genre Marche
Musique Ethel Smyth
Texte Cicely Hamilton
Langue originale Anglais
Effectif Voix de femmes, piano
Durée approximative 3 minutes
Dates de composition 1910

The March of the Women (La Marche des femmes) est un chant composé par Ethel Smyth, sur des paroles de Cicely Hamilton en 1910. Il est devenu l'hymne des suffragettes de la Women's Social and Political Union et plus largement du mouvement pour le droit de vote des femmes au Royaume-Uni[1].

HistoireModifier

Ethel Smyth rejoint la Women's Social and Political Union[2] et elle compose en 1910 la musique de cette marche, dont les paroles sont l’œuvre de l’écrivaine féministe Cicely Hamilton[2], et qu'elle dédie à la WSPU. Elle est interprétée pour la première fois le pour accueillir des suffragettes à leur sortie de prison[3],[4].

Ethel Smyth dirige également l'œuvre lors d'un rassemblement au Royal Albert Hall le [5].

En 1912, elle est condamnée à deux mois de prison pour avoir cassé la fenêtre de la résidence d'un secrétaire d’État lors d’une manifestation[6]. Dans la prison de Holloway, elle dirige une représentation mémorable de la March of the Women, comme l'écrit le chef d'orchestre Thomas Beecham après une visite qu'il lui rendit : « Quand je suis arrivé, le gardien de la prison était pris d’un fou rire. Il m’a dit « Entrez dans le quadrilatère. » Il y avait… une douzaine de dames, marchant de long en large et chantant fort. Le gardien me montra une fenêtre où se trouvait Ethel ; elle était penchée, et dirigeait vigoureusement avec une brosse à dents, se joignant au chœur sur sa propre chanson[6]. »

VersionsModifier

 
Partition vocale de The March of the Women (1911).

La partition est publiée pour la première fois en 1911 dans une version pour voix de femmes à l'unisson avec accompagnement de piano ad libitum[7].

Smyth place une version pour chœur et orchestre à la fin de ses Songs of Sunrise, trois mélodies créées le au Queen's Hall de Londres[7].

En 1914, pour le King Albert's Book, elle rédige un arrangement pour piano seul[8].

En , elle dirige une version pour orchestre militaire, interprété par le Metropolitan Police Band, à l'occasion du dévoilement d'une statue en hommage à Emmeline Pankhurst dans les jardins de Victoria Tower Gardens[5].

L'air de La Marche des femmes apparaît également dans l'ouverture de son opéra The Boatswain's Mate (Le Second du maître d’équipage)[9].

Reprise de la musiqueModifier

L’œuvre est réutilisée en 2015 par le compositeur de musique de film Alexandre Desplat dans le film Les Suffragettes[10].

BibliographieModifier

  • Jory Bennett et Ronald Crichton (éd.), The Memoirs of Ethel Smyth: Abridged and Introduced by Ronald Crichton, with a list of works by Jory Bennett, Harmondsworth, Viking, 1987. (ISBN 0-670-80655-2).
  • Louise Collis, Impetuous Heart: the Story of Ethel Smyth, Londres, W. Kimber, 1984. (ISBN 978-0-7183-0543-7).
  • Elizabeth Crawford, The Women's Suffrage Movement: a Reference Guide, 1866–1928, Londres, Routledge, 2001. (ISBN 0-415-23926-5).
  • Sophie Fuller, Pandora Guide to Women Composers, Londres, Pandora, 1994. (ISBN 0-04-440897-8).
  • Martin Pugh, The March of the Women: A Revisionist Analysis of the Campaign for Women's Suffrage, 1866-1914, Oxford University Press, 2000.
  • June Purvis, Emmeline Pankhurst: a Biography, Londres, Routledge, 2002. (ISBN 0-415-23978-8).
  • Christopher St John, Ethel Smyth: a Biography, Londres, Longmans, 1959.

Notes et référencesModifier

  1. « Ethel Smyth: March of the Women », sur The British Library (consulté le )
  2. a et b Camille Paix, « «The March of the Women»: les suffragettes toutes pour urnes », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. (en) Béatrice Bijon, « The March of the Women », sur National Library of Australia, (consulté le ).
  4. (en) Geoffrey Norris, « Ethel Smyth: from prison to the Proms », sur The Telegraph, (consulté le ).
  5. a et b (en) Maggie Andrews et Janis Lomas, Hidden Heroines : The Forgotten Suffragettes, The Crowood Press, , 224 p. (ISBN 978-0-7198-2762-4, lire en ligne)
  6. a et b Guillaume Decalf, « Ethel Smyth, compositrice engagée », sur France Musique, (consulté le )
  7. a et b (en) The Memoirs of Ethel Smyth : Abridged and Introduced by Ronald Crichton, with a list of works by Jory Bennett, New York, Viking, (lire en ligne), p. 378
  8. The Daily Telegraph, King Albert's Book, London: Houder and Staoughton, (lire en ligne), p. 67
  9. Laure Dautriche, « Ethel Smyth et la révolution des Suffragettes », sur Europe 1 (consulté le )
  10. Michèle Jacobs-Hermès, « « Les Suffragettes », le combat des femmes pour leur droit de vote, sur grand écran », sur TV5MONDE, (consulté le )

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Camille Paix, « «The March of the Women»: les suffragettes toutes pour urnes », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le ).

Liens externesModifier