The Andrews Sisters

groupe de musique américain
The Andrews Sisters
Les Sœurs Andrews
Description de cette image, également commentée ci-après
The Andrews Sisters en 1952. De haut en bas : LaVerne, Patty, Maxene.
Informations générales
Nom de naissance LaVerne, Maxene et Patricia Andrews
Naissance LaVerne :
Maxene :
Patty :
Minneapolis (Minnesota)
Décès LaVerne : (à 55 ans), Los Angeles, Californie
Maxene : (à 79 ans), Cap Cod, Massachusetts
Patty : (à 94 ans), Los Angeles
Activité principale Chanteuses
Genre musical Close harmony, jazz, swing, boogie-woogie
Années actives 1925 à 1967
Labels MCA
Site officiel www.cmgww.com/music/andrews

The Andrews Sisters (Les Sœurs Andrews) sont un célèbre trio de chanteuses américaines de jazz des années 1940, composé des trois sœurs LaVerne Andrews (contralto, - ), Maxene Andrews (soprano, - ) et Patty Andrews (mezzo-soprano, - ). Nées à Minneapolis dans le Minnesota, elles sont le plus célèbre trio vocal « close harmony » de l'histoire du jazz, avec plus de 75 millions de disques vendus dans le monde en près de 40 de carrière[1].

BiographieModifier

 
Don't Sit Under the Apple Tree, avec l'orchestre d'Harry James, du film Private Buckaroo (en) de 1942.

Elles naissent dans les années 1910 à Minneapolis dans le Minnesota, filles d'un immigrant grec et d'une mère américaine d'origine norvégienne.

Elles débutent leur carrière dans les années 1930, inspirées des Boswell Sisters, célèbre trio vocal à succès de l'époque, puis deviennent des stars internationales du jazz avec Bei Mir Bist Du Shein en 1937, suivit de leurs 113 chansons classées dans les hit-parades américains, avec en particulier Boogie Woogie Bugle Boy (1941), Don't Sit Under the Apple Tree (1942), Rum and Coca-Cola (1944), ou Tico-Tico no Fubá (1944)... et de nombreuses collaborations avec en particulier Bing Crosby... Le trio se sépare officiellement en 1953, avec un ultime enregistrement The Windmill Song (en) de 1951, avec l'orchestre de Gordon Jenkins (adaptation de la chanson française Maître Pierre composée par Henri Betti avec des paroles de Jacques Plante en 1948, avec des paroles anglaises de Mitchell Parish (en)).

DiscographieModifier

Titres et albumsModifier

 
Avec Bing Crosby en 1943
 
78 tours de Rum and Coca-Cola

Titres no 1[3]Modifier

  • Don't Fence Me In, avec Bing Crosby : no 1 US -janvier-
  • Rum and Coca-Cola : no 1 US février-
  • I Can Dream, Can't I? : no 1 US janvier-

Filmographie musicaleModifier

PostéritéModifier

Plusieurs groupes ont tenté, à leur suite, d'exploiter ce style de musique, tels : les Beverly Sisters en Californie, les Sœurs Étienne, les Chordettes ainsi que les Dolly Frenchies en France… The Star Sisters dans les années 1980, et plus récemment (2014) The Magic Beam Sisters & Robert, alliant le vocal et la comédie à merveille. Depuis 2007, les Puppini Sisters, tentent de reprendre le flambeau, avec Marcella Puppini, Stéphanie O'Brien et Kate Mullins, mais en plus sexy, en retravaillant les élégantes robes moulantes. Elles reprennent aussi le célèbre mur du son des Andrews Sisters avec leurs trois voix sur des lignes différentes[4].

La chanson de Christina Aguilera Candyman de 2007 reprend la musique de Boogie Woogie Bugle Boy sur des paroles différentes. Le clip reprend également la trame générale du clip des Andrew Sisters. Christina Aguilera chante et danse avec 3 coiffures (brune, blonde et rousse) en hommage aux Andrew Sisters.

HommageModifier

Dans le film français La Promesse de L'aube sorti en 2017, une scène montre Romain Gary dans un bar à Londres où les Andrews Sisters donnent un concert.

Notes et référencesModifier

  1. The Andrews Sisters biographie sur allmusic.com
  2. en:Rum and Coca-Cola
  3. en:List of number-one hits (United States)
  4. Le Figaro du 25 mars 2008 : « Les Puppini Sisters plongent dans les années 1940 »

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :