Théâtre de l'Atelier (Genève)

troupe de théâtre active à Genève entre 1965 et 1972
Théâtre de l’Atelier
Histoire
Successeur
Cadre
Type
Pays

Le Théâtre de l'Atelier est un groupe de création théâtral et d'accueil basé à Genève et actif principalement entre 1962 et 1972. Il s'est nommé Atelier Don Sapristi jusqu'en 1964. Fondé par Marcel Robert et François Rochaix, c'est ce dernier qui en assure la conduite. Le groupe fusionne en 1972 avec le Théâtre de Carouge qui s'intitulera ensuite Théâtre de Carouge - Atelier de Genève.

HistoireModifier

Le groupe démarre comme atelier théâtral de la Maison des Jeunes et de la Culture de Saint-Gervais à Genève (MJC) inaugurée en 1963. Il a pour mission à la fois de monter des pièces et de donner des cours de théâtre. Plusieurs acteurs romands confirmés ont démarré leur formation dans ces cours[1]. Il prendra le nom de Théâtre de l'Atelier en automne 1964 en démarrant sa première saison professionnelle mais c'est en 1967 qu'il sera complètement reconnu comme une institution théâtrale officielle en intégrant le "Cartel des théâtres dramatiques de Genève", au côté du Théâtre de la Comédie, Nouveau Théâtre de Poche et du Théâtre de Carouge, et recevant sa première subvention dédiée de la part de la Ville de Genève.

Le Théâtre de l'Atelier n'est pas une troupe indépendante comme celles qui naîtront en Suisse romande à la fin des années 1960 mais il a été une source d'inspiration (puisque de nombreuses personnes impliquées dans ces compagnies ont participés aux productions du Théâtre de l'Atelier) et il a pu leur apporter un soutien en accueillant leurs premières productions, comme Monsieur Fugue ou le Mal de la Terre du Théâtre O accueillit par le Théâtre de l'Atelier au sein de la MJC en 1970[2].

Productions crééesModifier

Notes et référencesModifier

  1. On peut nommer François Berthet, Domninique Catton, François Germond et Bernard Heyman.
  2. Anne-Catherine Sutermeister, Sous les pavés, la scène : L'émergence du théâtre indépendant en Suisse romande à la fin des années 60, Basel/Lausanne, Theaterkultur Verlag/Éditions d'en bas, , 280 p., p. 138.
  3. Maryvonne Stepczynski-Maitre, Saint-Gervais : trente ans de culture à Genève, Genève, Saint-Gervais, , 160 p., p. 31
  4. a b et c « La saison 1963-1964 à la Maison des Jeunes », Journal de Genève, no 223,‎ , p. 8 (lire en ligne, consulté le ).
  5. Maryvonne Stepczynski-Maitre, Saint-Gervais : trente ans de culture à Genève, Genève, Saint-Gervais, , 160 p., p. 36
  6. a et b P. B., « La Maison des jeunes de la rue du Temple a publié son (copieux) programme 1965-1966 », Journal de Genève, no 217,‎ 18-19 septembre 1965, p. 8 (lire en ligne, consulté le ).
  7. Maryvonne Stepczynski-Maitre, Saint-Gervais : trente ans de culture à Genève, Genève, Saint-Gervais, , 160 p., p. 43.
  8. a b c d e et f « Maret », dans Giovanni Lista (Ed.), La scène moderne. Encyclopédie mondiale des arts du spectacle dans la seconde moitié du XXe siècle, Paris/Arles, Éditions Carré/Actes Sud, , p. 676.
  9. a b c d et e Anne-Catherine Sutermeister, Sous les pavés, la scène : L'émergence du théâtre indépendant en Suisse romande à la fin des années 60, Basel/Lausanne, Theaterkultur Verlag/Éditions d'en bas, , 280 p., p. 269-270.
  10. Peter Weiss (trad. Jean Baudrillard), Chant du fantoche lusitanien, Éditions du Seuil,  
  11. Maryvonne Stepczynski-Maitre, Saint-Gervais : trente ans de culture à Genève, Genève, Saint-Gervais, , 160 p., p. 42.
  12. François Truan, « De la "commedia" à Molière », Journal de Genève, Genève, no 98,‎ , p. 12 (ISSN 1010-2108, BNF 13577509, lire en ligne) 

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Maryvonne Stepczynski-Maitre, Saint-Gervais : trente ans de culture à Genève, Genève, Saint-Gervais, , 160 p..

Liens externesModifier