Teudéric
Fonction
Évêque
Biographie
Activité
PrélatVoir et modifier les données sur Wikidata
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Théodoric.

Teudéric ou Théodoric, évêque d'Apt (988[1]-1009) .

BiographieModifier

Cet évêque est le successeur de Nartold sur le siège épiscopal d'Apt.

Le fondateur du Chapitre cathédral d'AptModifier

Par une charte datée du 4 août 991, Teudéric constitua en Chapitre les prêtres desservant sa cathédrale consacrée à Notre-Dame, saint Pierre et saint Castor. Cet acte fut passé avec l'accord de Guillaume, comte de Provence, Annon, archevêque d'Arles, Amaury, archevêque d'Aix-en-Provence, et Ingilramn, évêque de Cavaillon.

La restitution des biens à la famille de dom MayeulModifier

À sa demande, par un acte passé à Apt, le 14 novembre 992[2], pour réparer un forfait commis envers Humbert[3], Varacon[4] lui abandonna une partie de son héritage dans le comté d'Apt.

Ce Varacon, beau-frère de Humbert, avait profité de son séjour en Mâconnais, pour s'approprier ses biens. Cédant aux instences de l'évêque Teudéric, il lui rétrocéda nombre de villæ sous Gargas, à Clavaillan et à Lausnava, ainsi que la villa Ursiani dont le vignoble s'étendait entre le Pont-Julien et Bonnieux, des terres à Caseneuve ainsi que les villæ Interrivis, Intervias, Campania, Sardonicus et Celeirana[5].

Un des premiers exemples de complant de la vigneModifier

La charte XXXIII du Cartulaire de l'Église d’Apt donne l'un des premiers contrats de complants pour le vignoble du pays d'Apt. Il est daté du 9 juin 989[6]. Dans cet acte il est spécifié que l'évêque concède à Allard et à son épouse Auzille une terre sise au Podium Martis dans le comté d'Apt[7] pour une durée de sept ans. Durant cette période le couple a la charge de complanter cette terre en vigne.

Passé ce temps, l'évêque recevra la moitié de ce vignoble et les bénéficiaires l'autre moitié en pleine propriété. La seule réserve mise à cette accession à la propriété est que Teudéric se réserve, en cas de vente de ce vignoble, un droit de préemption.

Les moulins du CalavonModifier

Depuis que le comte Guillaume de Provence avait chassé les Sarrasins en 973 (bataille de Tourtour) la Provence et le pays d'Apt vivaient dans la paix retrouvée. Cette période favorable correspondit, sous l'épiscopat de Teudéric, à la construction des premiers moulins le long du Calavon.

Trois chartes font allusion à la mise en place de ce nouvel équipement et aux conditions d'exploitation[8]. Les deux premières sont datées du 30 août 998, la troisième du 30 avril 1008. Dans les deux premiers actes, l'évêque concède une terre sur les rives du Calavon à deux couples, la première à Geoffroy et son épouse Madeleine, la seconde à Didon et son épouse Arantrude. Ceux-ci devront construire un moulin et travail fini ils auront en pleine propriété la moitié de celui-ci, l'autre partie étant concédée à l'évêque.

Chaque couple restera propriétaire de la moitié de son moulin sa vie durant contre un cens annuel d'une livre de cire.

L'intérêt de la troisième charte, passée une décennie plus tard et aux mêmes conditions que les précédentes, réside dans le fait que ce contrat est passé avec le prêtre Durand.

NotesModifier

  1. Dans La Provence au Moyen Âge (page 40) de Martin Aurell, Jean-Paul Boyer et Noël Coulet, il est indiqué comme date de début de son épiscopat 966.
  2. Cet acte est référencé XLIII dans le Cartulaire de l'Église d'Apt.
  3. Humbert, dit Humbert de Caseneuve, était le neveu par son père Eyric, de dom Mayeul, le quatrième abbé de Cluny.
  4. Varacon-Farald II, proche parent de Humbert de Caseneuve, était devenu son beau-frère en épousant Aremberte, fille d'Eyric.
  5. Toutes ces villæ et ses biens appartenaient en 909 à Foucher, père de dom Mayeul, puis en 959 à Eyric et à son frère Mayeul.
  6. Cette date est la plus probable mais les savants commentateurs du Cartulaire avancent aussi celle de 988, première année de l'épiscopat de Teudéric.
  7. Le «Podium Martis » ou «Pied de Marc » est situé entre Apt et Caseneuve.
  8. Il s'agit des chartes XLVII, XLVIII et LXXI.

BibliographieModifier

  • N. Didier, H. Dubled, J. Barruol, Cartulaire de l'Église d'Apt, (835-1130), Librairie Dalloz, Paris, 1967.